FRANCEL'année politique 2021

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La droite sous la pression de l’extrême droite

Après une année d’exposition au grand jour des rivalités entre dirigeants ou ex-dirigeants du parti Les Républicains (LR), la droite finit par trouver un accord en vue de la tenue d’un congrès tenant lieu de « primaire fermée », interne au parti. Le président de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand, longtemps persuadé de ses capacités à rassembler la droite sur son nom, et la présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse ne sont plus membres de LR, mais le réintègrent à cette occasion. L’élection se tient du 1er au 4 décembre 2021. Les quatre débats télévisés organisés pour l’occasion montrent qu’il y a peu de différences programmatiques entre les candidats. Les principaux thèmes abordés sont l’immigration, la sécurité, l’Europe, mais aussi la relation transatlantique – en septembre, un contrat de vente de sous-marins français à l’Australie a été rompu par Canberra au profit des États-Unis. Les candidats Éric Ciotti et Xavier Bertrand se distinguent par une ligne assez favorable au régime russe et plutôt réservée, sinon hostile, envers l’alliance atlantique et l’OTAN. Il est indéniable que le surgissement en cours d’année de la candidature – putative en juin, officielle en novembre – d’Éric Zemmour, polémiste médiatique d’extrême droite, a lourdement pesé sur les thèmes abordés par chacun des candidats LR. Soucieux de « coller » aux thèmes de prédilection du polémiste, tout en tentant de paraître plus respectables, les candidats de la droite ne donnent guère de précisions sur leur programme, notamment sur les questions économique, sociale, éducative ou environnementale.

Xavier Bertrand et Michel Barnier, l’ancien négociateur du Brexit, étaient considérés comme les favoris du scrutin par la plupart des observateurs. Pourtant, ce sont Éric Ciotti (25,59 %) et Valérie Pécresse (25 %) qui accèdent au second tour. La ligne très « droitière » du premier a profité du phénomène Zemmour. En outre, la moitié des électeurs sont de nouveaux adhérents, ce qui explique en grande partie le démenti subi par les prévisionnistes. À l’issue du second tour, c’est Valérie Pécresse, plus modérée, et à laquelle se sont finalement ralliés les candidats malheureux et les principaux caciques du parti, qui remporte le scrutin avec plus de 60 % des suffrages. Quant à l’ancien président Nicolas Sarkozy, toujours populaire parmi les sympathisants du parti qu’il a fondé – malgré sa condamnation en septembre, en première instance, à un an de prison ferme dans l’affaire Bygmalion –, il ne donne aucune consigne de vote à l’occasion de ces primaires. L’incertitude sur le candidat qu’il choisira de soutenir en 2022 reste donc entière.

À l’extrême droite, Marine Le Pen est sortie affaiblie des élections régionales et continue de pâtir de la mauvaise gestion financière de son parti. À partir de l’été, Nicolas Dupont-Aignan et surtout Florian Philippot (ancien numéro deux du Front national) tentent de profiter des mouvements de protestation contre le passe sanitaire pour occuper l’espace médiatique. Dans ce contexte intervient la candidature d’Éric Zemmour. Fin juin, une importante campagne d’affiches « Zemmour président » ouvre le banc. Longtemps qualifié de « probable candidat », Zemmour se déclare officiellement en novembre, à la veille des primaires de la droite, dans une vidéo crépusculaire postée sur les réseaux sociaux. Plutôt proche de Jean-Marie Le Pen, largement promu, dès avant sa candidature, par la chaîne CNews, propriété du milliardaire Vincent Bolloré, Zemmour était avant tout connu pour ses positions brutales sur l’immigration et l’islam, sa misogynie, son anti-européisme viscéral et ses remises en cause de vérités historiques élémentaires – en particulier la participation spontanée du régime de Vichy à la déportation des juifs de France. Il avait d’ailleurs été condamné à plusieurs reprises pour provocation et incitation à la haine raciale. Zemmour s’attache le soutien d’autres personnalités d’extrême droite, telles que Philippe de Villiers, ainsi que de groupes, parfois violents, situés à la droite du RN. Il dépasse un temps Marine Le Pen dans les sondages, mais la popularité de celui qui est aussi la «  [...]

La précampagne présidentielle perturbée par la candidature Zemmour, 2021

Photographie : La précampagne présidentielle perturbée par la candidature Zemmour, 2021

À partir du mois de juin 2021, une campagne d'affichage « Zemmour président » lance la candidature présidentielle du polémiste d'extrême droite. Officielle en novembre, cette candidature fragilise la position de Marine Le Pen. En outre, elle impose les thèmes néomaurassiens de l'ancien... 

Crédits : Laurent Ferriere/ Hans Lucas/ AFP

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Emmanuel Macron lors de la visite d’un centre de vaccination contre la Covid-19

Emmanuel Macron lors de la visite d’un centre de vaccination contre la Covid-19
Crédits : Yoan Valat/ pool/ AFP

photographie

France : abstentionnisme aux élections régionales, cantonales (1982-2011) et départementales (2015-2021)

France : abstentionnisme aux élections régionales, cantonales (1982-2011) et départementales (2015-2021)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

France : élections régionales 2021

France : élections régionales 2021
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

La précampagne présidentielle perturbée par la candidature Zemmour, 2021

La précampagne présidentielle perturbée par la candidature Zemmour, 2021
Crédits : Laurent Ferriere/ Hans Lucas/ AFP

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

23 novembre 2021 Union européenne. Adoption de la réforme de la Politique agricole commune.

Le Parlement européen adopte la réforme de la Politique agricole commune (PAC) qui doit entrer en vigueur le 1er janvier 2023. Celle-ci a fait l’objet de trois ans et demi de négociations. La PAC est dotée d’un budget annuel de 50 milliards d’euros, soit près du tiers du budget européen. La France en est le principal bénéficiaire. Une part croissante des aides est conditionnée au respect de mesures environnementales et le quart d’entre elles est réservé aux « écorégimes » ou « programmes pour l’environnement et le climat » encore plus ambitieux que les États doivent mettre en œuvre dans le cadre de leurs plans stratégiques nationaux qui devront être présentés d’ici à la fin de l’année. […] Lire la suite

10 septembre 2021 France. Mise en examen de l'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn.

La Cour de justice de la République (CJR) met en examen l’ancienne ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn pour « mise en danger de la vie d’autrui », en lien avec sa gestion de la crise sanitaire liée à la Covid-19. Celle-ci est également placée sous le statut de témoin assisté pour le chef d’« abstention volontaire de combattre un sinistre ». […] Lire la suite

1er-29 avril 2014 France. Nomination du gouvernement de Manuel Valls

Le 28, Manuel Valls annonce que les pensions de retraite inférieures à 1 200 euros mensuels ne seront pas concernées par la mesure de gel des prestations sociales, et que le gel du point d'indice des fonctionnaires fera l'objet d'un réexamen chaque année. Le 28 également, le bureau national du P.S. adopte une résolution de soutien au gouvernement par 31 voix contre 15 et 1 abstention. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2021 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2021/