FRANCEL'année politique 2006

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La victoire de Ségolène Royal au péril des divisions

La désignation par les militants du Parti socialiste de Ségolène Royal comme candidate à la présidentielle, dès le premier tour de scrutin interne, le 16 novembre, et avec 60,70 p. 100 des voix (contre 20,57 p. 100 à Dominique Strauss-Kahn et 18,73 p. 100 à Laurent Fabius), a renforcé l'image du P.S., mais n'a pas pour autant dissipé les incertitudes. D'un côté, en effet, la procédure transparente de recueil des candidatures, marquée par la renonciation d'un Lionel Jospin pourtant tenté par un retour en politique, de Jack Lang et de François Hollande, et, surtout, les débats publics télévisés entre les trois candidats ont témoigné de la vivacité de la démocratie interne au sein du parti. Beaucoup ont observé également une concordance entre le choix final des militants et les appréciations des sympathisants qui, depuis longtemps, plébiscitaient Ségolène Royal, censée incarner un renouveau et une certaine indépendance par rapport aux dirigeants traditionnels du P.S. D'un autre côté, en dépit du rassemblement de principe autour de la candidate désignée, demeuraient des discordances de fond et des ambiguïtés sur la ligne finalement retenue. Le projet socialiste, adopté en juin 2006 et qui marquait une certaine inflexion vers la gauche, avait été présenté comme celui du candidat désigné en novembre ; mais Ségolène Royal l'a écarté, sans qu'un programme de substitution ait été présenté en 2006. Son équipe rassemble à la fois des anciens mitterrandiens, des sociaux-démocrates européens et des anciens partisans du non au référendum de 2005 sur le traité établissant une Constitution pour l'Europe. Après sa désignation, en échange de circonscriptions réservées au Mouvement des citoyens (M.D.C.) pour les législatives de juin 2007, elle a réussi à rallier [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2006 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2006/