CHEVÈNEMENT JEAN-PIERRE (1939- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 9 mars 1939, énarque, Jean-Pierre Chevènement commence sa carrière comme attaché commercial au ministère de l'Économie et des Finances avant de devenir conseiller commercial à Djakarta.

Il adhère en 1964 à la S.F.I.O., crée l'année suivante le Centre d'études, de recherche et d'éducation socialistes (C.E.R.E.S.) et s'allie à François Mitterrand au congrès d'Épinay en 1971, ce qui permet à ce dernier de conquérir le Parti socialiste. Membre du bureau exécutif du P.S. jusqu'en 1981 (puis de 1986 à 1993), il sera l'auteur de plusieurs projets socialistes, notamment celui qui préfigure les « 110 Propositions » du candidat Mitterrand en 1981.

Député du Territoire de Belfort depuis 1973, maire de Belfort de 1983 à 1997, puis de nouveau en 2001, président du conseil régional de Franche-Comté en 1981-1982, il devient en mai 1981 ministre de la Recherche, puis de l'Industrie (en 1982). En désaccord avec le « tournant de la rigueur » opéré en 1983, il quitte le gouvernement, avant d'y revenir un an plus tard comme ministre de l'Éducation (1984-1986).

Nommé ministre de la Défense en 1988, il démissionne avec fracas en janvier 1991 pour protester contre l'engagement militaire français dans la guerre du Golfe. Il prend aussi ses distances avec le P.S. à propos de la question européenne, vote non au référendum sur le traité de Maastricht et crée en 1992 son propre parti, le Mouvement des citoyens (M.D.C.).

Avec le retour de la gauche au pouvoir en 1997, ce fervent républicain devient ministre de l'Intérieur, seul membre du gouvernement Jospin à avoir appartenu aux premières équipes ministérielles de la présidence Mitterrand. Son nom est attaché à la loi sur l'immigration, votée en avril 1998, qui modifie les lois Pasqua-Debré.

Victime d'un accident opératoire grave le 2 septembre 1998, il est provisoirement remplacé au ministère de l'Intérieur par Jean-Jack Queyranne, secrétaire d'État aux D.O.M.-T.O.M., avant de reprendre ses fonctions, le 4 janvier 1999. Il doit alors affronter sa collègue Élisabeth Guigou, garde des Sceaux, à propos du traitement à appliquer aux mineurs délinquants (qu'il qualifie de « sauvageons »), puis les tourmentes du problème corse : incendie de la paillote Chez Francis, démission du préfet Bonnet, fuite de l'assassin du préfet Érignac, commissions d'enquête parlementaires. Le dialogue entre le gouvernement et les élus corses qui s'est ouvert en décembre 1999 pour tenter de définir un nouveau statut de l'île aboutit à la démission de Jean-Pierre Chevènement, en août 2000, pour la troisième fois : la possibilité d'une éventuelle dévolution du pouvoir législatif à l'Assemblée de Corse, évoquée au cours des négociations, étant incompatible avec sa conception de la République. Il retrouve en octobre 2000 son siège de député du Territoire de Belfort, et lance, en vue de l'élection présidentielle, un Pôle républicain, réunissant des personnalités politiques de tous horizons. Présenté au début de la campagne électorale comme « le troisième homme », il n'obtient que 5,33 p. 100 des suffrages à l'issue du premier tour, le 21 avril 2002, et perd son siège de député aux législatives de juin.

En 2003, il transforme le M.D.C. en Mouvement républicain et citoyen (M.R.C.), dont il est président d’honneur. Il a été l’un des principaux partisans du non lors du référendum de mai 2005 sur la ratification du traité constitutionnel européen.

Après une nouvelle défaite aux législatives de 2007 et sa démission consécutive de la mairie de Belfort, Jean-Pierre Chevènement, qui prône la création d’un grand parti de toute la gauche, est élu à la présidence du M.R.C. en juin 2008. Il est sénateur du Territoire de Belfort depuis le 21 septembre 2008.

Il redevient président d’honneur de son mouvement de juin 2010 jusqu’à son départ du M.R.C. en juin 2015. Après avoir annoncé, le 5 novembre 2011, son intention de se présenter à l’élection présidentielle de 2012, il se retire finalement de la course le 1er février 2012 et apporte son soutien au candidat socialiste, François Hollande.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHEVÈNEMENT JEAN-PIERRE (1939- )  » est également traité dans :

FRANCE - L'année politique 2006

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 947 mots

Dans le chapitre « La victoire de Ségolène Royal au péril des divisions »  : […] La désignation par les militants du Parti socialiste de Ségolène Royal comme candidate à la présidentielle, dès le premier tour de scrutin interne, le 16 novembre, et avec 60,70 p. 100 des voix (contre 20,57 p. 100 à Dominique Strauss-Kahn et 18,73 p. 100 à Laurent Fabius), a renforcé l'image du P.S., mais n'a pas pour autant dissipé les incertitudes. D'un côté, en effet, la procédure transparen […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2001

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 3 458 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'objectif de l'élection présidentielle de 2002 »  : […] À la fin de 2001, alors que les deux têtes de l'exécutif n'avaient pas encore officiellement annoncé leur candidature – le Premier ministre se déclarant seulement « candidat probable » –, les prétendants se sont multipliés. Ainsi, devaient alors être candidats (sauf renoncement ultérieur ou impossibilité de réunir les cinq cents signatures d'élus nécessaires), François Bayrou (U.D.F.), Olivier Bes […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2000

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 817 mots

Dans le chapitre « L'impossible consensus corse »  : […] Au-delà des débats sur la politique économique et fiscale, la question corse a été le problème politique central auquel le gouvernement a entendu apporter des solutions, non sans provoquer des heurts dans la cohabitation et avec sa propre majorité. La démission de Jean-Pierre Chevènement à la fin d'août 2000 a privé le Premier ministre d'un autre « poids lourd » de son gouvernement. Comme l'école […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 1999

  • Écrit par 
  • Bruno DIVE
  •  • 3 065 mots

Dans le chapitre « La guerre du Kosovo »  : […] Le retour de Jean-Pierre Chevènement, au début du mois de janvier 1999, après quatre mois d'hospitalisation puis de convalescence, ne passe pas inaperçu. Le ministre de l'Intérieur polémique avec Daniel Cohn-Bendit, mais aussi avec sa collègue Élizabeth Guigou, garde des Sceaux, à propos des mesures à prendre envers les mineurs délinquants. Le Premier ministre arbitre finalement en faveur de celle […] Lire la suite

MACRON EMMANUEL (1977- )

  • Écrit par 
  • Blaise MAGNIN
  • , Universalis
  •  • 1 184 mots
  •  • 1 média

Secrétaire général adjoint de la présidence de la République de 2012 à 2014, puis ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique jusqu’à sa démission en août 2016, Emmanuel Macron est élu président de la République française le 7 mai 2017 à l’âge de trente-neuf ans. Un an auparavant, en avril 2016, il avait fondé le mouvement politique En Marche ! pour porter ses ambitions présidentielles […] Lire la suite

M.D.C. (Mouvement des citoyens)

  • Écrit par 
  • Benoît VERRIER
  •  • 1 498 mots

Dans l'histoire politique française récente, le Mouvement des citoyens (M.D.C.) est un parti politique dont la chronologie est a priori aisément repérable : il est créé au congrès de Saint-Égrève, en 1993, par des socialistes principalement (Jean-Pierre Chevènement, Didier Motchane, Georges Sarre, Jean-Pierre Michel), autour d'un triple refus – libéral, atlantiste et européen ; il disparaît en tan […] Lire la suite

PS (Parti socialiste), France

  • Écrit par 
  • Frédéric SAWICKI
  • , Universalis
  •  • 7 698 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le temps des fiefs et des clans (1988-1995) »  : […] La défaite électorale aux législatives de 1986, dont les effets sont atténués par l'adoption du scrutin proportionnel (avec 31 p. 100 des voix, le PS sauve 206 sièges), est vite oubliée en raison de la large réélection de François Mitterrand en 1988 avec 54 p. 100 des voix sur le thème de « la France unie ». La politique d'ouverture décidée par le président sortant s'impose au PS qui n'en n'a pas […] Lire la suite

RECHERCHE SCIENTIFIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre PAPON
  •  • 9 164 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le cas de la France »  : […] Prolongeant une tradition « colbertiste », l'État joue, en France, un rôle central dans le soutien à la recherche. Dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, la planification de la recherche a contribué au développement de celle-ci jusqu'au début des années 1970. Outre le C.N.R.S., créé en 1939, de grands organismes publics ont été fondés, après la guerre, pour piloter la recherche […] Lire la suite

Les derniers événements

1er-29 août 2016 France. Annonce de la création d'une Fondation de l'islam de France.

Le 29, Bernard Cazeneuve confirme la nomination de l’ancien ministre Jean-Pierre Chevènement à la présidence de la Fondation de l’islam de France. Feront partie du conseil d’administration de celle-ci le président du Conseil français du culte musulman Anouar Kbibech, trois représentants des ministères concernés, deux représentants du comité des donateurs, le recteur de la mosquée de Lyon Kamel Kabtane, l’entrepreneuse Najoua Arduini-Elatfani, l’islamologue Ghaleb Bencheikh et l’écrivain Tahar Ben Jelloun. […] Lire la suite

9-23 mars 2012 France. Poursuite de la campagne présidentielle

Le 9, le Parti socialiste et le Mouvement républicain et citoyen de Jean-Pierre Chevènement – qui a retiré sa candidature à l'élection présidentielle en février – signent un accord de législature. Jean-Pierre Chevènement annonce, le 13, son soutien à François Hollande. Le 19, à la suite de l'assassinat d'enfants devant une école juive de Toulouse, la plupart des candidats suspendent leur campagne en annulant leurs déplacements. […] Lire la suite

15 septembre 2002 France. Réélection de Jacques Mellick à la mairie de Béthune

L'ancien maire de la ville avait obtenu l'invalidation du scrutin de mars 2001, remporté par le candidat socialiste rallié à Jean-Pierre Chevènement, Bernard Seux. En mars 1997, Jacques Mellick avait été condamné à cinq ans d'inéligibilité pour faux témoignage en faveur de Bernard Tapie dans l'affaire de corruption liée au match de football Valenciennes-Olympique de Marseille disputé en 1993. […] Lire la suite

5-16 juin 2002 France. Majorité absolue pour l'U.M.P. à l'issue des élections législatives

À gauche, de nombreuses personnalités sont battues, comme Martine Aubry dans le Nord, Robert Hue dans le Val-d'Oise, Jean-Pierre Chevènement dans le Territoire de Belfort ou Dominique Voynet dans le Jura.  […] Lire la suite

4-26 avril 2002 France. La gauche éliminée du second tour de l'élection présidentielle

), Christine Boutin (Forum des républicains sociaux), Jean-Pierre Chevènement (Pôle républicain), Jacques Chirac (R.P.R.), Daniel Gluckstein (Parti des travailleurs), Robert Hue (P.C.F.), Arlette Laguiller (L.O.), Lionel Jospin (P.S.), Corinne Lepage (Cap 21), Jean-Marie Le Pen (F.N.), Alain Madelin (D.L.), Noël Mamère (Les Verts), Bruno Mégret (M.N. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bruno DIVE, « CHEVÈNEMENT JEAN-PIERRE (1939- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-pierre-chevenement/