FRANCEL'année politique 2006

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La droite entre hégémonie et division

Le président de la République, âgé de soixante-quatorze ans, a semblé, en 2006, avoir surmonté l'accident de santé qu'il avait connu à la fin de l'été de 2005 et il s'est montré très présent sur les dossiers internationaux ; pour autant, sa candidature à un troisième mandat paraissait douteuse à la plupart des analystes. Il a certes, notamment pour aider à la bonne gestion de la fin de son mandat, laissé planer le doute sur ses intentions, déclarant qu'il ne se prononcerait qu'en mars 2007, soit après la désignation du candidat de l'U.M.P., mais la candidature, officialisée en novembre 2006, du président de ce parti et ministre de l'Intérieur lui laissait une marge de manœuvre réduite. Ses derniers vœux aux Français, le 31 décembre 2006, montraient toutefois sa volonté de peser sur la campagne. La plupart des ministres du gouvernement Villepin ainsi que la très grande majorité des élus de l'U.M.P., y compris ceux qui étaient auparavant étiquetés comme « chiraquiens » ou « villepinistes », avaient d'ores et déjà rallié Nicolas Sarkozy à la fin de l'année.

Pour être incontestable, l'hégémonie de ce dernier était en elle-même critiquée et ne signifiait aucunement l'absence de divisions au sein du parti majoritaire. Certains déploraient ainsi l'absence de débats internes à l'intérieur du mouvement, à l'instar de ceux que le Parti socialiste a organisés, et une certaine tendance à la personnalisation du pouvoir. Beaucoup également accueillaient avec circonspection certaines prises de position du président de l'U.M.P. : une proximité jugée trop peu gaulliste avec les États-Unis, montrée notamment lors de sa visite en septembre à George W. Bush ; une attitude critique à l'égard de la magistrature ; des expressions jugées maladroites (« racaille », « Kärcher ») ; un penchant pour une vision « communautariste » de la société, alimentant l'idée d'une certaine remise en cause de la laïcité ; un discours très appuyé sur le thème de la « rupture » : de manière générale, une tendance à défendre excessivement les valeurs d'autorité en même temps qu'un libéralisme contraire aux traditions françaises. D'autres encore, toujours dans son propre camp, remettaient en cause son bilan en matière de lutte contre l'insécurité. Pour autant, ni le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan (éventuel candidat sans l'étiquette U.M.P., il est vrai), ni la ministre de la Défense Michèle Alliot-Marie, qui à la fin de décembre finit par renoncer à briguer les suffrages des militants, n'avaient semblé en 2006 posséder une chance raisonnable de l'emporter dans la compétition interne. Le chef de l'U.M.P. ne devait pas davantage avoir à se soucier de concurrents à droite, Christine Boutin (1,19 p. 100 en 2002) s'étant ralliée à lui et Alain Madelin (3,91 p. 100 en 2002) n'étant pas candidat. Malgré le désir de l'Élysée d'empêcher son ascension, Nicolas Sarkozy apparaissait, avant même de s'être déclaré, comme un candidat naturel, plébiscité depuis longtemps, selon les études d'opinion, par la très grande majorité des électeurs de droite. Le retour en France d'Alain Juppé, qui a vite regagné en octobre son siège de maire de Bordeaux, ne modifiait pas la situation.

C'est sur les craintes suscitées par Nicolas Sarkozy et la domination de son parti sur la droite que comptait le président de l'U.D.F. pour rassembler sur son nom un nombre plus important de suffrages qu'en 2002 (6,84 p. 100), espérant en même temps rallier des électeurs de la gauche modérée qui ne se reconnaissent pas en Ségolène Royal. François Bayrou poursuivait ainsi sa stratégie d'autonomie et de critique envers le gouvernement et l'U.M.P., affirmant une position parfois qualifiée d'« extrême centre », au-delà du clivage traditionnel entre la gauche et la droite. Il est allé, en 2006, jusqu'à joindre sa voix à la motion de censure déposée par la gauche à l'occasion de l'affaire Clearstream, à voter plus d'une fois contre les projets de loi du gouvernement, et a dénoncé la mainmise de l'U.M.P. sur l'État ainsi qu'une collusion des médias avec les deux grands partis. Une stratégie présidentielle qui doit cependant composer avec la réalité électorale sur le plan local : les élus de l'U.D.F. ont, en effet, un positionnement politique plus marqué à droite que leur chef.

L'extrême droite, quant à elle, malgré l'âge de son principal leader (soixante-dix-huit ans), se maintenait à un niveau c [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Les derniers événements

11-20 février 2019 France. Regain de l'antisémitisme.

Il estime que « le mouvement des “gilets jaunes” contribue à une hausse des chiffres sur les dernières semaines de l’année » 2018. Le 16, à Paris, le philosophe Alain Finkielkraut est vivement pris à parti par des gilets jaunes qui le traitent notamment de « sale sioniste ». Le principal auteur des injures est reconnu par les services de renseignement comme appartenant à la mouvance radicale islamiste. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2006 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2006/