DUFLOT CÉCILE (1975- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Femme politique française, secrétaire nationale du parti écologiste Les Verts de 2006 à 2012 (devenu Europe Écologie-Les Verts en 2010), puis ministre de l'Égalité des territoires et du Logement de mai 2012 à mars 2014.

L’ascension politique de Cécile Duflot est atypique. Alors que la plupart des dirigeants politiques français ont fourbi leurs armes dans les écoles du pouvoir et les cabinets ministériels, ou au cours d'engagements militants précoces et intenses, Cécile Duflot s'est hissée en moins de cinq ans du statut de simple militante écologiste à celui de figure politique de premier plan. Pour ce faire, elle a su jouer des rapports de forces au sein des Verts, des atouts médiatiques liés à sa jeunesse au sein d'une classe politique vieillissante, ainsi que de son parcours de mère de quatre enfants, autodidacte parmi les politiciens professionnels.

Cécile Duflot est née le 1er avril 1975 à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) d'un père cadre à la SNCF et d'une mère professeur de physique-chimie, desquels elle héritera un vif intérêt pour la vie publique et une politisation nettement ancrée à gauche. Sa mère, très militante, est engagée dans la vie locale et anime une association de protection de l'environnement ; Cécile Duflot participera ainsi tout naturellement aux activités de nombreuses organisations de jeunesse telles que la Maison pour tous ou la Jeunesse ouvrière chrétienne. En 1994, alors étudiante en géographie, elle rejoint le Groupement étudiant national d'enseignement aux personnes incarcérées et fait office d'écrivain public à la prison de la Santé, fonction qu'elle quitte en 1997, peu avant la naissance de son premier enfant.

Titulaire d'un diplôme d'études approfondies de géographie, elle poursuit ses études en alternance entre la prestigieuse École supérieure des sciences économiques et commerciales (ESSEC) et une association de promotion et de gestion de logements sociaux, lorsqu'elle se rapproche en 1999 des Verts. En janvier 2001, alors qu'elle n'est pas même adhérente de ce parti, les militants avec qui elle est en contact la sollicitent afin qu'elle prenne la deuxième place sur la liste présentée par les Verts aux élections municipales de Villeneuve-Saint-Georges. Cécile Duflot accepte et mène campagne ; elle n'est pas élue, mais s'engage activement dans la vie interne du parti. Elle découvre les arcanes de l'appareil lors de l'assemblée générale de préparation des élections présidentielle et législatives de 2002, dans un contexte très conflictuel, le candidat désigné par les militants, Alain Lipietz, ayant été contraint de se retirer au profit de Noël Mamère.

Tandis que cet épisode ainsi que le bilan contesté des Verts au sein du gouvernement de Lionel Jospin ont contribué à déstabiliser les courants dominants, Cécile Duflot participe à la création du courant « Reconstruire l'espoir », qui obtient un bon score lors du congrès de janvier 2003. À la faveur de ce résultat, elle devient l'un des quinze membres du collège exécutif des Verts, chargée de l'organisation. Elle s'y impose progressivement, devenant d'abord porte-parole du parti en janvier 2005, avant d'être candidate à l'investiture pour l'élection présidentielle de 2007 – elle arrive en troisième position lors du scrutin interne avec plus de 23 p. 100 des suffrages. Et, dès décembre 2006, Cécile Duflot devient secrétaire nationale des Verts, à la suite d'un compromis trouvé entre les principaux leaders du parti, qui voient en elle une personnalité à même de contenir les conflits internes et, par ailleurs, peu susceptible de leur porter ombrage. Sévèrement battue au premier tour des élections législatives de 2007, elle obtient enfin un mandat en mars 2008, devenant troisième adjointe au maire de Villeneuve-Saint-Georges, chargée de l'urbanisme, de l'aménagement et du développement durable.

Alors que son premier mandat de secrétaire nationale arrive à son terme, Cécile Duflot lance, en vue des élections européennes de juin 2009, le rassemblement Europe Écologie qui se propose de réunir, au-delà du seul parti des Verts, des personnalités proches de la mouvance écologiste telles que Nicolas Hulot, Eva Joly, José Bové ou Daniel Cohn-Bendit. Cette initiative provoque l'enthous [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DUFLOT CÉCILE (1975- )  » est également traité dans :

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Hollande (2012-2017)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 005 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une politique du logement fluctuante »  : […] Le programme présidentiel prévoyait de construire davantage de logements neufs (500 000 par an), d’encadrer les loyers, de développer le logement social et la mixité sociale, et de créer une garantie universelle des loyers (évitant le versement d’une caution). De 2012 à 2014, la ministre écologiste du Logement, Cécile Duflot, tente d’aller dans ce sens : le secteur public accepte de céder des ter […] Lire la suite

Pour citer l’article

Blaise MAGNIN, « DUFLOT CÉCILE (1975- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cecile-duflot/