Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FONDEMENTS DE LA MÉTAPHYSIQUE DES MŒURS, Emmanuel Kant Fiche de lecture

En 1781, la Critique de la raison pure d'Emmanuel Kant (1724-1804) marquait nettement la différence de statut entre les sciences exactes et les sciences humaines. Elle soulignait aussi que toute science se décompose en connaissance a priori (ce que Kant appelle, en un sens technique, « métaphysique ») et connaissance empirique. Les mœurs, c'est-à-dire l'ensemble des activités humaines, relèvent de sciences particulières (économiques, politiques, juridiques, et plus largement – le terme s'impose précisément à la fin du xviiie siècle – anthropologiques) qui toutes supposent une « métaphysique des mœurs ». Longtemps méditée, cette dernière ne sera publiée sous sa forme développée qu'en 1797 – douze ans après les Fondements (1785), qui anticipent aussi sur la Critique de la raison pratique (1788).

La morale dans le projet critique

Les Fondements de la métaphysique des mœurs sont moins un abrégé programmatique que l'établissement préalable, comme l'indique mieux l'allemand (le titre original est au singulier : Grundlegung zur Metaphysik der Sitten), d'une assise, d'une fondation « pour » une telle métaphysique ; c'est-à-dire la démonstration que la morale est un fait de raison, et pas seulement de « sentiment » ou d'expérience – même s'il convient de distinguer soigneusement les principes de cette raison « pratique » de ceux de l'entendement. Se plaçant sur un terrain propice – la morale – à ce que Kant appelle la « philosophie populaire », mais encore vierge pour la pensée critique, les Fondements offrent de celle-ci un exposé plus accessible que celui des grands traités, plus bref, moins méthodique, mais sans rien abandonner de leur ambition « fondatrice ».

L'homme aspire au bonheur, à la béatitude. La morale serait donc la science du bien, comme science de notre fin. Mais Kant fait remarquer que si tel était le cas (c'est-à-dire si la finalité morale nous était « naturelle »), l'instinct serait mieux à même de nous y conduire que la raison. Au contraire, la morale n'est rationnelle que pour autant que le mobile de l'action se distingue de toute inclination : mobile pur de la volonté, le « devoir » remplit seul cette condition. Mais qu'est-ce que le devoir ? Alors que l'ensemble des choses et des êtres vivants, animés ou inanimés, agit selon des lois, seul l'homme, en tant qu'être raisonnable, peut se déterminer à partir de la représentation de ces lois ; représentation contraignante pour la volonté, et c'est pourquoi elle prend la forme d'un « impératif ». « Puisque l'impératif ne contient, en dehors de la loi, que la nécessité », pour la volonté, « de se conformer à cette loi », et puisque la loi « ne contient aucune condition à laquelle elle soit astreinte, il ne reste rien que l'universalité d'une loi en général, à laquelle la maxime de l'action doit être conforme ».

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

François TRÉMOLIÈRES. FONDEMENTS DE LA MÉTAPHYSIQUE DES MŒURS, Emmanuel Kant - Fiche de lecture [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • DEVOIR (notions de base)

    • Écrit par
    • 2 244 mots
    ...je me dis que « je dois » accomplir telle action ou ne pas accomplir telle autre ? Je me découvre « autonome », le mot probablement le plus important des Fondements de la métaphysique des mœurs(1785). Autrement dit, confronté à la dimension du devoir dont je ressens la puissance au fond de moi, je...
  • AUTRUI (notions de base)

    • Écrit par
    • 3 534 mots
    Emmanuel Kant (1724-1804) se méfie de la sensibilité, trop instable et de laquelle nous sommes trop dépendants. Mais ne pouvant se résoudre à l’éliminer totalement, il va faire l’hypothèse originale d’un sentiment unique, du seul sentiment qui a son origine dans notre raison et non dans notre cœur :...