FONDEMENTS DE LA MÉTAPHYSIQUE DES MŒURS, Emmanuel KantFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les maximes de l'impératif catégorique

Kant aboutit ainsi à la formulation d'un « impératif catégorique » : « Agis uniquement d'après une maxime telle que tu puisses vouloir en même temps qu'elle devienne une loi universelle », ou encore : « Agis comme si la maxime de ton action devait être érigée par ta volonté en loi universelle de la nature. » Le mensonge, la dissimulation deviennent le prototype de l'acte immoral : la volonté s'y contredit elle-même. L'acte moral, a contrario, révèle une raison pratique, un usage régulateur pour l'action du principe de non-contradiction ou d'universalité formelle. Kant déduit de ce principe des applications aux problèmes moraux traditionnels. Il faut comprendre que le « respect » de la loi morale se confond avec la « dignité » de l'homme. L'impératif catégorique peut alors se reformuler : « Agis de telle sorte que tu traites l'humanité, aussi bien dans ta personne que dans la personne de tout autre, toujours en même temps comme une fin, et jamais simplement comme un moyen. » Ayant reconnu le caractère inconditionné, absolu, de sa liberté, la volonté se découvre législatrice. C'est seulement sur cette base d'une autonomie de la volonté qu'il est possible de construire une science des mœurs, et non sur celles, empiriques ou philosophiquement erronées (hédonisme, divinisation de l'homme), qui caractérisaient les morales antérieures. Penser la liberté, c'est-à-dire le domaine qui n'est pas soumis aux lois de la nature, domaine d'exercice d'une raison autre que la « raison pure » de la première Critique, telle sera la tâche de la Critique de la raison pratique. La Critique de la faculté de juger (1790), quant à elle, aura à reconsidérer « l'abîme » ainsi creusé entre nature et liberté. Kant, comme on l'a dit, reviendra ensuite à la Métaphysique des mœurs, puis aux sciences morales positives, avec une Anthropologie du point de vue prag [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FONDEMENTS DE LA MÉTAPHYSIQUE DES MOEURS, Emmanuel Kant  » est également traité dans :

DEVOIR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 242 mots

Dans le chapitre « La décision morale »  : […] Si nous avons raison de nous considérer comme des sujets libres, chacun de nos actes relève donc d’une décision prise dans le secret de notre intériorité. Kant est sur ce point l’héritier de René Descartes (1596-1650), qui le premier envisagea que « notre liberté se connaît sans preuve par la seule expérience que nous en avons ». Mais alors que, pour Descartes, notre liberté relève de l’évidence, […] Lire la suite

AUTRUI (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 535 mots

Dans le chapitre «  La pitié, un élan vers autrui »  : […] Moins métaphysiques seront les approches généalogiques de nos relations avec les autres. Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) reprend l’hypothèse bâtie par Thomas Hobbes (1588-1679) dans le Léviathan (1651) , celle d’un « état de nature » ayant précédé l’état de société. Bien que très critique à l'égard de Hobbes, il doit concéder que, si les hommes avaient un jour vécu isolés, ils auraient été im […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

François TRÉMOLIÈRES, « FONDEMENTS DE LA MÉTAPHYSIQUE DES MŒURS, Emmanuel Kant - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fondements-de-la-metaphysique-des-moeurs/