ANGEVIN EMPIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De 1154 au début du xiiie siècle, sous l'égide des rois d'Angleterre issus de la maison d'Anjou, un « empire », fait en réalité de la juxtaposition de terres de pleine souveraineté et de fiefs tenus de princes étrangers, paraît dominer l'ouest de l'Europe. Ce Channel State est aussi remarquable par sa puissance d'un moment que par la relative rapidité de son érosion.

1100 à 1200. Croisades et Khwarazm

Vidéo : 1100 à 1200. Croisades et Khwarazm

Croisades. Les shahs du Khwarazm supplantent les Seldjoukides. Apogée anasazi en Amérique du Nord.Malgré ses rivalités internes, opposant notamment les rois capétiens à l'État anglo-angevin des Plantagenets, l'Occident chrétien s'étend en Méditerranée.Les Almohades, qui ont remplacé... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Des origines à l'épanouissement

Au lendemain de la mort de Guillaume le Conquérant, l'Angleterre entre dans l'ère des affrontements dynastiques et, avec elle, les fiefs continentaux auxquels ne renoncent ni ses rois ni leurs barons. Les Capétiens jugent habile de diviser les forces de leurs redoutables vassaux. Louis VI, après 1135, promet le duché normand à plusieurs prétendants avant que Louis VII en reconnaisse, en 1149, la possession à Geoffroi Plantagenêt, qui s'en était emparé cinq ans plus tôt : mais, la maison d'Anjou ainsi renforcée, un bloc considérable se forme en 1154 quand Henri, fils de Geoffroi, petit-fils par sa mère, Mathilde, de Henri Ier, monte sur le trône d'Angleterre. Époux depuis 1152 de la duchesse Aliénor d'Aquitaine, il se trouve à la tête d'un véritable empire qui menace de son hégémonie le royaume de France. Celui-ci bénéficie du miracle de l'affaiblissement rapide, en un demi-siècle, d'un rival qu'il contribue d'ailleurs de son mieux à réduire. Le premier souverain Plantagenêt, Henri II, a régné trente-cinq ans et il a tenté la gageure de vouloir centraliser le gouvernement de ses possessions. L'amalgame des principaux serviteurs de la couronne (les chanceliers Thomas Becket, Raoul Wanneville, cauchois et normand, les justiciers Guillaume Fitz Raoul, Richard de Lucé et Gautier Map, tous normands, le trésorier Richard d'Ilchester, anglais) témoigne de ce désir tout comme l'identité des politiques administratives dans les diverses possessions angevines : le système judiciaire anglais copié en Normandie, les responsabilités des shérifs en Angleterre rendues semblables à celle des baillis normands. Une cour hétéroclite de plus de deux mille fidèles en 1077 est le vivier d'inspecteurs envoyés en chevauchée comme de conseillers épisodiques. Même l'armée se diversifie en employant des mercenaires aragonais, auvergnats, bigourdans. En fait, l'entretien d'un domaine immense qui, sur le continent, correspond à une moitié de la France, de Rouen à Bayonne, de la Somme aux basses Pyrénées, impose un énorme effort militaire et de lourdes dépenses de déplacement ou de solde en garnisons à opposer à l'ennemi capétien ou breton. Henri II paye aussi le prix de la puissance, verse des aides à ses alliés de Flandre ou d'Allemagne, participe aux frais des croisades, répond aux appels financiers de la papauté.

Aquitaine médiévale

Dessin : Aquitaine médiévale

Possessions de la couronne d'Angleterre en Aquitaine (XIIIe-XIVe siècle). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les craquements sont inévitables. Ils sont faits de révoltes de grands vassaux. Ils deviennent plus évidents à partir de 1173. Les fils du roi, Henri le Jeune, Richard, Geoffroi (mais non Jean, alors âgé de huit ans), prennent les armes avec l'assentiment de leur mère, Aliénor, gagnent l'appui du roi de France, Louis VII, font régner le désordre en Gascogne, en Anjou, en Normandie, en Bretagne, encouragent par leurs actes une invasion de la Normandie par Louis VII, associé aux comtes de Flandre et de Boulogne. Les troubles gagnent l'Angleterre, où les comtes de Chester, de Norfolk et de Leicester guerroient contre le justicier Robert de Lucé, et se prolongent par une nouvelle guerre écossaise. La paix générale sur le continent n'est restaurée qu'après de pénibles batailles par la paix de Montlouis (septembre 1174) et par un pardon généreux aux fils rebelles. L'année suivante s'achèvent également des conflits britanniques, après la capture ou la soumission des révoltés ainsi que celle du roi d'Écosse qui, en décembre 1174, est même obligé de se reconnaître le vassal de son cousin anglais.

Ce n'est qu'un sursis. Les années 1180 acculent le roi vieillissant à de nouvelles luttes ; le prince héritier Richard, depuis la mort de Henri le Jeune e [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

1100 à 1200. Croisades et Khwarazm

1100 à 1200. Croisades et Khwarazm
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

Aquitaine médiévale

Aquitaine médiévale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Les Andelys

Les Andelys
Crédits : Patrick Ingrand/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Plantagenêts

Plantagenêts
Crédits : British Library/ AKG-images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  ANGEVIN EMPIRE  » est également traité dans :

ALIÉNOR D'AQUITAINE (1122 env.-1204)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 504 mots

Fille de Guillaume X, duc d'Aquitaine. Duchesse à la mort de son père (1137), elle fut mariée dès son avènement au prince Louis, qui montait, deux semaines plus tard, sur le trône de France sous le nom de Louis VII. Le duché demeura cependant distinct du domaine royal. L'union était mal assortie, la légèreté et la sensualité d'Aliénor s'accordant mal avec la dévotion ascétique du roi. Les prétenti […] Lire la suite

ANJOU

  • Écrit par 
  • Gabriel LLOBET
  •  • 624 mots

Ancienne province de France dont l'essentiel a formé le département du Maine-et-Loire (chef-lieu : Angers). Riche en vestiges néolithiques, l'Anjou était peuplé par les Andes au temps de César. Dans la seconde moitié du ix e siècle, il souffre particulièrement des pillards normands installés à l'entrée de la Loire et contre qui s'illustre Robert le Fort, comte d'Angers. Le fils de Robert, devenu […] Lire la suite

AQUITAINE

  • Écrit par 
  • Jean DUMAS, 
  • Charles HIGOUNET
  •  • 7 520 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Variations territoriales et politiques »  : […] Avant la conquête romaine (56 av. J.-C.), les peuples « aquitains » occupaient l'espace compris entre la Garonne et les Pyrénées. C'est l'administration impériale sous Auguste, puis au iii e  siècle, qui fit passer à l'ancienne Celtique – qui couvrait le vaste ensemble de pays entre Loire, Garonne et bordure orientale du Massif central – la dénomination d'Aquitaine ; ainsi fut constituée une provi […] Lire la suite

BOUVINES BATAILLE DE (1214)

  • Écrit par 
  • Georges DUBY
  •  • 402 mots

Bouvines est une bataille, c'est-à-dire, selon les conceptions du temps, un duel où deux concurrents décident de s'engager, seul à seul ou accompagnés de leurs amis, afin de forcer le jugement de Dieu et de trancher définitivement une querelle. Procédure exceptionnelle alors, un acte quasi liturgique, nettement distinct des harcèlements de la guerre auxquels il met un terme généralement pour de lo […] Lire la suite

BRETAGNE

  • Écrit par 
  • Jean MEYER, 
  • Jean OLLIVRO
  •  • 6 672 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « À l'époque féodale (Xe-XVe siècle) »  : […] Face à l'Europe romane et gothique, la Bretagne ducale fait longtemps figure de parent pauvre. Chancelleries royale et pontificale s'accordent pour ne concéder au duc que le simple titre de comte – ce jusqu'au xiii e  siècle. Les maisons de Nantes, de Rennes et de Cornouaille étendent cependant le domaine ducal sur l'ensemble de la péninsule. Depuis le ix e  siècle, la Bretagne s'est couverte de c […] Lire la suite

GUERRE DE CENT ANS

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 4 440 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Un héritage contesté : le royaume de France »  : […] Pendant longtemps, les historiens ont vu dans la guerre de Cent Ans la conséquence d'une querelle dynastique compliquée par un conflit féodal. Ce dernier remontait au mariage d'Henri Plantagenêt avec Aliénor d'Aquitaine, répudiée par le roi de France Louis VII (1152). Devenu en 1153 roi d'Angleterre, Henri II était plus puissant que le roi de France, dont il était le vassal pour divers fiefs, don […] Lire la suite

GUYENNE

  • Écrit par 
  • Gabriel LLOBET
  •  • 284 mots

Altération du mot Aquitaine qu'elle a remplacé au xiii e siècle. Le traité de Paris de 1259 désigna ainsi tout le territoire qui, au sud-ouest de la France, était tenu en fief par les Plantagenêt. Ce duché de Guyenne, successeur lointain de l'antique Aquitaine seconde, avait pour cœur la région bordelaise et, au sud, longeait l'océan jusqu'à la Navarre (approximativement les départements actuels […] Lire la suite

HENRI II PLANTAGENÊT (1133-1189) roi d'Angleterre (1154-1189)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 579 mots
  •  • 2 médias

Petit-fils d'Henri I er , désigné par son grand-père pour lui succéder dès le moment de sa naissance, écarté en fait du trône par Étienne, neveu du roi défunt, Henri II doit tout à l'énergie de sa mère, Mathilde, et de son père, Geoffroi V Plantagenêt. Il est couronné en 1154 et, dès ce moment, il est le maître non seulement de l'Angleterre, mais aussi de la Normandie ; en outre, grâce à un maria […] Lire la suite

JEANNE Ire (1326-1382) comtesse de Provence et reine de Naples (1343-1382)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 365 mots

Petite-fille, par son père, du roi Robert d'Anjou, Jeanne lui succéda en 1343. Fiancée en 1333 à André de Hongrie, elle l'épousa dix ans plus tard et le fit sans doute assassiner en 1345 ; elle se remaria en 1347 avec son cousin Louis de Tarente, qui mourut de la peste en 1362. Jusqu'à cette date, la politique angevine fut en grande partie influencée par les maris de la reine, qui furent l'un aprè […] Lire la suite

NORMANDIE

  • Écrit par 
  • Armand FRÉMONT, 
  • Lucien MUSSET
  •  • 7 271 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les Plantagenêts (XIIe-XIIIe siècle) »  : […] Henri I er ne laissant qu'une fille, mariée au comte d'Anjou Geoffroy, une crise successorale, entre 1135 et 1153, faillit ruiner cette œuvre et séparer à nouveau la Normandie de l'Angleterre. L'unité fut rétablie au profit du fils de Geoffroy, Henri II Plantagenêt. Déjà maître par son père de l'Anjou et de la Touraine, Henri II le devint aussi, par son mariage en 1152 avec Aliénor d'Aquitaine, […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roland MARX, « ANGEVIN EMPIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-angevin/