VALLOTTON FÉLIX (1865-1925)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Félix Fénéon à la Revue blanche, F. Vallotton

Félix Fénéon à la Revue blanche, F. Vallotton
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Le Bain par Félix Vallotton

Le Bain par Félix Vallotton
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Ballon, F. Vallotton

Le Ballon, F. Vallotton
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Dans les ténèbres (C'est la Guerre ! IV), F. Vallotton

Dans les ténèbres (C'est la Guerre ! IV), F. Vallotton
Crédits : Dist. RMN-Grand Palais/ Bibliothèque nationale de France

photographie

Tous les médias


L’originalité des gravures sur bois

Établi à Paris à l’âge de seize ans, Félix Vallotton se forme à l’académie Julian, dans les ateliers de Gustave Boulanger et de Jules Lefebvre. Il débute sa carrière comme portraitiste imprégné de la leçon de Holbein le Jeune. Il présente invariablement des portraits dans les expositions auxquelles il participe, en Suisse tout comme au Salon des Champs-Élysées, où il est admis pour la première fois en 1885. Son envoi, un portrait de vieillard (Kunsthaus de Zurich), inaugure le Livre de raison – répertoire chronologique de ses œuvres qu’il tiendra jusqu’à sa mort. Un revers de fortune de son père l’ayant privé de sa pension, il survit péniblement grâce à des commandes sporadiques : portraits, copies au musée du Louvre ou encore travaux de restauration.

En 1891, il franchit un pas décisif en s’essayant à la gravure sur bois. En quelques mois, sa pratique révolutionnaire de cette technique lui vaut une renommée en France puis, très vite, dans le monde. Séduits par ses images ironiques de la vie quotidienne urbaine, où se conjuguent arabesques et aplats de noir et de blanc, les nabis l’invitent à les rallier en 1893 et à exposer dorénavant avec eux. Édouard Vuillard, son meilleur ami dans le groupe, l’introduit à la rédaction de La Revue blanche, dont il devient le principal illustrateur, réalisant pour elle d’innombrables portraits tout en collaborant à d’autres périodiques français et étrangers. Sa troisième apparition au Salon des indépendants, en 1893, a révélé un peintre nouveau, nourri des trouvailles du graveur, bien que les audaces de son Bain au soir d’été (Kunsthaus de Zurich) aient provoqué la risée. À partir de ce moment, un dialogue thématique et stylistique s’est instauré entre gravures et tableaux. Il trouvera son expression la plus accomplie avec le thème de la duplicité des relations amoureuses dans la suite de xylo [...]

Félix Fénéon à la Revue blanche, F. Vallotton

Félix Fénéon à la Revue blanche, F. Vallotton

Diaporama

Félix VALLOTTON, Félix Fénéon à la Revue blanche, vers 1896. Huile sur carton, 52,5 cm × 66 cm. Collection Josefowitz, Lausanne. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Le Bain par Félix Vallotton

Le Bain par Félix Vallotton

Photographie

Le Bain par Félix Vallotton, 1894. Gravure sur bois. Johannesburg Art Gallery, Afrique du Sud. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : conservatrice honoraire de la fondation Félix Vallotton, Lausanne

Classification


Autres références

«  VALLOTTON FÉLIX (1865-1925)  » est également traité dans :

LAUSANNE MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE

  • Écrit par 
  • Daniel HARTMANN
  •  • 1 382 mots

Installé dans l'imposant palais de Rumine qui de sa façade néo-renaissance florentine large de 131 mètres surplombe la place de la Riponne, le musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne a été inauguré le 17 juillet 1906. Construit de 1898 à 1906 sur les plans de l'architecte français Gaspard André (1840-1896) grâce au legs de 1,5 million de francs suisses fait à la ville de Lausanne par Gabriel de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musee-des-beaux-arts-de-lausanne/#i_23545

LES CAHIERS DESSINÉS (exposition)

  • Écrit par 
  • Nelly FEUERHAHN
  •  • 1 081 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Hors convention »  : […] Lorsque le dessin adopte le langage de la rupture, les artistes posent plus clairement le problème de l’altérité. Restés hors des codes de l’art traditionnel, ils ont souvent dessiné sur le tard. Ils furent parfois des initiés au spiritisme, comme Laure Pigeon ou Rafael Lonné. Nouveau venu dans cet espace, Marcel Bascoulard (1913-1978), un autodidacte clochard, souvent vêtu en femme, donne des œuv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-cahiers-dessines-exposition/#i_23545

NABIS

  • Écrit par 
  • Antoine TERRASSE
  •  • 3 178 mots
  •  • 4 médias

Nabi ( nebiim au pluriel) signifie prophète en hébreu. À la fin de l'année 1888, quelques très jeunes peintres, entraînés par l'aîné d'entre eux, Paul Sérusier, choisirent de se grouper sous ce terme quelque peu mystérieux, qui leur fut révélé par leur ami Auguste Cazalis. Sérusier, en effet, subjugué par la personnalité et par l'art de Paul Gauguin qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nabis/#i_23545

Voir aussi

Pour citer l’article

Marina DUCREY, « VALLOTTON FÉLIX - (1865-1925) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-vallotton/