EXCRÉTION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'excrétion par accumulation dans l'organisme

Les déchets du métabolisme ne sont pas toujours éliminés hors de l'organisme. Certains d'entre eux, et plus particulièrement les moins hydrosolubles, peuvent être stockés de façon temporaire ou permanente dans des cellules ou des organes particuliers, ceci ne résultant pas nécessairement d'une incapacité à éliminer les substances en question.

L'excrétion par accumulation est en fait un processus fréquemment rencontré chez les animaux. Les auteurs du xixe siècle ont à ce sujet effectué une recherche systématique, qui consistait souvent à injecter à des animaux de l'encre de Chine (fine suspension de granules de mélanine). En suivant le devenir de ces particules, ils constatèrent qu'elles s'accumulaient dans des cellules particulières, mobiles ou fixes, isolées ou groupées en tissus. Cette accumulation pouvait être permanente, les cellules ainsi chargées en pigments n'évoluant plus, ou transitoire, les cellules se désagrégeant par migration hors de l'animal, ou transférant leur contenu dans des sites d'accumulation permanente.

Dans la pratique, de tels systèmes ont été particulièrement étudiés chez les Invertébrés, parmi lesquels nous retiendrons quelques exemples. Chez les Annélides terrestres, notamment le lombric, la paroi des vaisseaux sanguins et du tube digestif est bordée par des chloragocytes (fig. 3), qui se chargent de déchets formant des inclusions nombreuses dans les cellules (concréments). Ces cellules représentent un site d'accumulation renouvelable, les déchets étant finalement stockés dans l'épiderme et les cellules sous-jacentes. Les chloragocytes sont particulièrement développés chez les sangsues, où ils forment le tissu botryoïdal, riche en pigments biliaires provenant de la dégradation de l'hémoglobine ingérée par ces animaux hématophages (l'épiderme contient également de grandes quantités de ces pigments).

Concrément chez un Annélide

Dessin : Concrément chez un Annélide

Schéma théorique montrant les processus d'élaboration, de transfert, de stockage et d'élimination du concrément chez un Annélide. Les chloragocytes (Chl) accumulent les déchets puis se désagrègent éventuellement. Les fragments (F) sont ingérés par des cœlomocytes mobiles (Cc) qui... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Chez les Insectes, le rôle de « rein d'accumulation » est tenu par les cellules épidermiques – les belles couleurs des [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Déchets azotés

Déchets azotés
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Métabolisme des molécules organiques

Métabolisme des molécules organiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Excrétion azotée chez les animaux

Excrétion azotée chez les animaux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Concrément chez un Annélide

Concrément chez un Annélide
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  EXCRÉTION  » est également traité dans :

ACIDO-BASIQUE ÉQUILIBRE

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN
  •  • 2 973 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La régulation de l'équilibre »  : […] La régulation de l'équilibre s'effectue dans l'immédiat par l'intervention des systèmes tampons, à court terme par le poumon, à long terme par le rein. Le poumon , en excrétant par les voies respiratoires du gaz carbonique, modifie la pCO 2 du sang artériel. Or, la régulation de la ventilation pulmonaire dépend de deux stimuli : la pCO 2 artérielle et le pH du sang artériel. Par mécanisme réflexe […] Lire la suite

ADRÉNALINE

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 3 562 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Clinique »  : […] L'exploration de la fonction médullo- surrénale est limitée, en routine, à la mesure des quantités d' hormones circulantes ou excrétées dans les urines. La sécrétion totale de noradrénaline et d'adrénaline s'élève habituellement à 10 mg/j. On dose habituellement le principal dérivé urinaire, l'acide vanylmandélique, et les catécholamines méthoxylées (dans les urines) ou libres (dans le sang et le […] Lire la suite

ALDOSTÉRONE

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN
  •  • 1 642 mots

Dans le chapitre « Effets biologiques »  : […] L' aldostérone, principal stéroïde à action minéralo-corticoïde, maintient à concentration quasi constante (homéostasie) le sodium et le potassium dans l'organisme. La rétention sodée et l'excrétion de K + provoquées par l'hormone ne sont pas obligatoirement couplées ; un phénomène d'échappement (arrêt de l'effet biologique après 3 à 5 jours d'administration d'aldostérone) est observé sur la r […] Lire la suite

AMPHIBIENS ou BATRACIENS

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER, 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 6 171 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Appareil excréteur »  : […] Les reins sont situés très dorsalement, de part et d'autre de la colonne vertébrale. Ce sont des reins secondaires (mésonéphros). Au cours du développement, leur partie antérieure dégénère chez la femelle, alors qu'elle est annexée par l'appareil génital chez le mâle. La partie postérieure possède, seule, la fonction excrétrice. La diurèse est très importante et dépend de la température. L'urine, […] Lire la suite

ANNÉLIDES

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE
  •  • 7 466 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Appareils et fonctions »  : […] Le trait le plus frappant que présente une coupe transversale dans la région moyenne du corps d'une Sangsue est l'absence de cavité cœlomique. Présent chez la larve, le cœlome, au cours du développement, est envahi par un tissu conjonctif d'origine mésodermique, creusé de cavités contenant les organes génitaux, et un système compliqué de sinus. Ce tissu particulier est appelé tissu botryoïdal  ; […] Lire la suite

ANOURES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER
  •  • 3 596 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Physiologie »  : […] Phonation . Le coassement du mâle , en période sexuelle, consiste en une expiration forcée. L'air passe dans la bouche (les narines sont fermées) puis dans les sacs vocaux, sortes de diverticules pairs ou impairs de la paroi buccale, qui jouent le rôle de résonateurs. Leur position varie avec les genres. Certains, tel le crapaud commun ( Bufo bufo ), en sont dépourvus. Respiration . Les échanges r […] Lire la suite

AZOTÉMIE

  • Écrit par 
  • Geneviève DI COSTANZO
  •  • 423 mots

L'élévation dans le sang du taux de l'urée et des autres produits d'excrétion azotée est communément décrite en clinique sous le nom d'azotémie ou d'urémie. Elle représente le stade terminal de l'insuffisance rénale progressive et résulte de l'impossibilité d'excréter les déchets métaboliques au rythme de leur production. Elle s'installe progressivement au fur et à mesure que s'étend la destructio […] Lire la suite

CÉPHALOCORDÉS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS
  •  • 3 667 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Excrétion »  : […] Si nous avons déjà trouvé chez l'Amphioxus quelques traits d'organisation rappelant les Vertébrés, son appareil excréteur n'a, en revanche, aucun rapport avec le rein de ces animaux. Il est formé de néphridies , petits tubes à paroi épithéliale appliquée contre le cœlome, étroitement entourés d'un sinus sanguin . Ces néphridies, nombreuses, sont situées à la partie dorsale des fentes branchiales […] Lire la suite

CRUSTACÉS

  • Écrit par 
  • Jacques FOREST
  •  • 7 672 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Tube digestif et organes excréteurs »  : […] Le tube digestif comprend un court œsophage, un large estomac, un intestin moyen et un intestin postérieur. Dans l'estomac, un système de pièces articulées calcifiées forme un véritable « moulin gastrique », dont le rôle est de broyer les aliments. Au niveau de l'intestin moyen débouche un hépatopancréas, qui sécrète les enzymes digestives et absorbe en partie les produits de la digestion. On retr […] Lire la suite

DÉTOXICATION

  • Écrit par 
  • Jean-Paul LEROUX
  •  • 2 768 mots
  •  • 4 médias

Il ne s'agit nullement ici de désintoxication, c'est-à-dire de neutralisation de substances nocives en utilisant des moyens thérapeutiques. On appelle détoxication la transformation biologique que subissent certains composés exogènes (médicaments par exemple) ou endogènes (hormones stéroïdes, bilirubine) en vue de leur élimination de l'organisme. Les composés traités par ces biotransformations do […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

René LAFONT, « EXCRÉTION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/excretion/