BOULLÉE ÉTIENNE LOUIS (1728-1799)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un enseignement et une œuvre théorique importants

Membre de l'Académie royale d'architecture de 1762 jusqu'à sa suppression en 1793, Boullée enseigne dès 1747 (il a dix-neuf ans !) et va influencer toute une génération d'architectes par ses conceptions à la fois rationnelles et utopistes. « Ed io anche son pittore » (« Et moi aussi je suis peintre ») : cette célèbre profession de foi de Corrège, que Boullée place en épigraphe de son Essai sur l'art, éclaire d'emblée sa pédagogie. « Art du dessin », comme la sculpture, la décoration ou la peinture, l'architecture (« mère des arts ») doit emprunter aux séductions poétiques de l'art figuratif, voire narratif, les moyens d'inventer le caractère spécifique de chaque bâtiment. « Oui, écrit Boullée, je le crois, nos édifices, surtout les édifices publics, devraient être, en quelque façon, des poèmes. Les images qu'ils offrent à nos sens devraient exciter en nous des sentiments analogues à l'usage auquel ces édifices sont consacrés. » La philosophie sensualiste d'un Condillac justifiait l'abandon de la rhétorique vitruvienne des ordres antiques : l'usage des formes naturelles pures (cube, pyramide, cylindre, sphère) devait s'accorder au rôle expressif des ombres et à la mise en scène d'immenses colonnades libres. Frapper l'imagination, par la clarté et la grandeur des effets, équivalait à éveiller la conscience de l'humanité en « progrès ».

Boullée, architecte-peintre, rêve d'un art urbain grandiose qui ne se concrétisera jamais, mais qui influencera certaines théories et réalisations européennes de la première moitié du xixe siècle. Sa doctrine a un rôle important dans la formation des candidats aux grands prix de l'Académie. Parmi ses élèves les plus connus, J. F. T. Chalgrin, A. T. Brongniart, M. Crucy, J. P. Gisors-l'Aîné, J. N. L. Durand, P. A. Pâris et A. M. Peyre feront carrière jusque sous l'Empire ou la Restauration. Quant à l'œuvre de l'architecte, ses écrits et ses dessins visionnaires sont oubliées dès la mort de l'artiste, malgré le legs qui est fait à la Bibliothèque nationale en 1793 (environ une centaine de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Sorbonne, directeur du centre Ledoux

Classification


Autres références

«  BOULLÉE ÉTIENNE LOUIS (1728-1799)  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Notions essentielles

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 4 952 mots

Dans le chapitre « Culture architecturale et projet »  : […] « Qu'est-ce que l'architecture ? La définirai-je, avec Vitruve, l'art de bâtir ? Non. Il y a dans cette définition une erreur grossière. Vitruve prend l'effet pour la cause. Il faut concevoir pour effectuer. Nos premiers pères n'ont bâti leurs cabanes qu'après en avoir conçu l'image. C'est cette production de l'esprit, c'est cette création qui constitue l'architecture. » C'est en ces termes que l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-notions-essentielles/#i_23568

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 573 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La vocation pédagogique et édilitaire de l'architecture (1750-1867) »  : […] En un siècle, de la fin de l'Ancien Régime au second Empire, la profession d'architecte est agitée par une crise fondamentale, particulièrement sensible dans une déontologie si diversement et si difficilement formulée et pratiquée dans les siècles passés. Cette crise est la conséquence de la civilisation industrielle naissante et du formidable essor économique et démographique qui l'accompagne. El […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-l-architecte/#i_23568

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et société

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 5 774 mots

Dans le chapitre « L'architecture touchée par les Lumières »  : […] « On dit en général du goût que c'est un certain je-ne-sais-quoi-qui-plaît », déclare l'architecte Germain Boffrand dans son Livre d'architecture en 1745, en ajoutant que « cette idée est bien vague ». Aussi imprécise soit-elle, la référence des architectes des Lumières au goût n'en témoigne pas moins de leur souci de mieux répondre à la demande sociale des élites, quitte à faire quelques entors […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-architecture-et-societe/#i_23568

COLOSSAL, art et architecture

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 3 271 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Le colossal en architecture »  : […] Par extension, le mot colossal a été appliqué au domaine architectural. Vers 1514, Bramante semble avoir inventé l'ordre colossal pour sa propre maison de Rome : une ordonnance de hautes et imposantes colonnes qui embrasse plusieurs niveaux d'habitation et unifie la façade par la puissance de son rythme et de ses proportions. L'ordonnance colossale connut un grand succès dans l'architecture du x […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colossal-art-et-architecture/#i_23568

LAUGIER MARC-ANTOINE (1713-1769)

  • Écrit par 
  • Daniel RABREAU
  •  • 972 mots

Sans fausser les perspectives, mais en simplifiant, on peut dire que le siècle des Lumières a connu deux grands théoriciens de l'architecture, en France : le père Laugier et Jacques-François Blondel. Tandis que ce dernier poursuivait, non sans nuances, la tradition classique du Grand Siècle, fondée sur un vitruvianisme rationalisé, Laugier ouvrait la voie aux innovations, définissant certains trai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marc-antoine-laugier/#i_23568

NÉO-CLASSICISME, arts

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 8 099 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Rationalisme et primitivisme »  : […] Le néo-classicisme est un des aspects typiques du siècle des Lumières. L'esprit scientifique et rationnel des encyclopédistes s'allie au retour à la nature prêché par Rousseau et à l'évolution du goût qui voit dans l'art antique et dans les héros de Plutarque les modèles d'une perfection qu'on doit s'efforcer de restaurer dans le monde. Ainsi, un élément utopique et en même temps didactique accom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-classicisme-arts/#i_23568

RÉVOLUTION FRANÇAISE ARTS SOUS LA

  • Écrit par 
  • Udolpho van de SANDT
  •  • 2 120 mots
  •  • 1 média

Après avoir visité le Salon de 1791, le premier Salon « libre » ouvert par un décret de l'Assemblée nationale à tous les artistes sans distinction, le graveur J.-G. Wille notait dans son Journal : « J'y vis du sublime, du beau et bon, du médiocre, du mauvais et de la croûterie. » Cette idée reçue que la Révolution française n'a été en général qu'un « déplorable intervalle dans la région des beaux- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-sous-la-revolution-francaise/#i_23568

Pour citer l’article

Daniel RABREAU, « BOULLÉE ÉTIENNE LOUIS - (1728-1799) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-louis-boullee/