Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ETHNOLOGIE Ethnosciences

Claude Lévi-Strauss - crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Claude Lévi-Strauss

Dans l'ouvrage publié en 1983, Le Regard éloigné, Claude Lévi-Strauss remarque que, en matière de connaissance des faits de culture et de société, « une étroite collaboration entre les sciences humaines et les sciences naturelles permettra seule de récuser un dualisme métaphysique dépassé ». Force est en effet de constater que ce dualisme métaphysique, que les vieilles oppositions entre esprit et matière, homme et nature, culture et nature imprègnent encore les structures et la pensée de la société académique française où elles se traduisent trop souvent par une stricte ségrégation entre sciences naturelles et sciences humaines ; les unes et les autres de ces sciences s'efforcent ainsi d'ignorer l'objet des recherches des unes ou des autres et surtout les interactions entre ces objets. Cela ne facilite guère l'étude nécessairement inter-, pluri-, ou transdisciplinaire des relations entre les sociétés et leurs environnements naturels, des savoirs et savoir-faire « populaires » qu'impliquent ces relations et la diversité des modes humains d'insertion dans les écosystèmes de la biosphère terrestre, le tout constituant le champ d'investigation que désigne ce terme « ethnoscience ».

À l'origine, l'histoire naturelle

Si la vieille « histoire naturelle » n'avait pas connu le défaveur scientifique dont elle a malheureusement souffert, ayant été la victime de la biologie qu'elle avait engendrée, ce problème de collaboration entre sciences et la nature et de la vie et sciences de l'homme et de la société dans l'étude des rapports entre sociétés, civilisations et nature ne se poserait pas avec une telle acuité.

L'histoire naturelle de jadis et naguère ne dissociait jamais les hommes d'une nature qu'elle s'efforçait de mettre en ordre pour la mieux comprendre afin de s'en mieux servir. Dans cette démarche, elle ne dédaignait pas de faire appel aux savoirs naturalistes populaires. Pour s'en convaincre, il suffit de se référer, pour le début de notre ère, à l'Histoire naturelle, de Pline l'Ancien. L'histoire naturelle conserva longtemps cette orientation comme le montre bien, au xviiie siècle, l'œuvre de Buffon.

Portrait d'Elisée Reclus - crédits : Nicku/ Shutterstock

Portrait d'Elisée Reclus

Mais la spécialisation croissante des sciences et de leurs disciplines allait conduire à l'éclatement des savoirs scientifiques ; les sciences naturelles rejetèrent de leurs préoccupations tout ce qui concernait l'homme social et les sciences humaines naissantes se réfugièrent dans le giron de la philosophie. Ainsi fut consommé chez nous le divorce entre ces sciences au grand dam de la connaissance des relations réciproques entre sociétés, civilisations, nature et ressources naturelles, domaine où toutefois exercèrent avec des fortunes diverses des géographes et biogéographes du xixe siècle tels que Friedrich Ratzel en Allemagne et, en France, Élisée Reclus.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur au laboratoire d'ethnobotani-que et d'ethnozoologie du Museum national d'histoire naturelle de Paris.

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Claude Lévi-Strauss - crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Claude Lévi-Strauss

Portrait d'Elisée Reclus - crédits : Nicku/ Shutterstock

Portrait d'Elisée Reclus

Autres références

  • AFRICAINS CINÉMAS

    • Écrit par Jean-Louis COMOLLI
    • 1 131 mots

    L'histoire des cinémas africains se sépare difficilement de celle de la décolonisation. Il y eut d'abord des films de Blancs tournés en Afrique. Puis, à partir des années soixante, les nouveaux États africains ont été confrontés au problème de savoir quel rôle, quelle orientation, quels...

  • ANTHROPOLOGIE

    • Écrit par Élisabeth COPET-ROUGIER, Christian GHASARIAN
    • 16 158 mots
    • 1 média
    En Europe, le terme « anthropologie » désigna longtemps l'anthropologie physique, ce qui explique l'usage général du mot« ethnologie » pour les études s'appliquant à l'aspect social et culturel des populations, tandis que la préhistoire, l'archéologie et la linguistique constituaient des domaines...
  • ANTHROPOLOGIE RÉFLEXIVE

    • Écrit par Olivier LESERVOISIER
    • 3 448 mots
    ...dans la prise de conscience de la nécessité de ne plus passer sous silence les effets de la dimension intersubjective de l'enquête de terrain. En dévoilant les frustrations et les colères de l'ethnologue contre ses hôtes, l'ouvrage révèle le caractère illusoire d'une observation neutre et montre...
  • ANTHROPOLOGIE ANARCHISTE

    • Écrit par Jean-Paul DEMOULE
    • 4 849 mots
    • 3 médias
    ...développé cette même problématique des zones hors de l’État, cette fois à propos des hauts plateaux entre Soudan et Éthiopie. Combinant archéologie et ethnologie, il recense les diverses stratégies qu’ont adoptées différents groupes ethniques face à l’État, certains ayant opposé une résistance radicale,...
  • Afficher les 44 références

Voir aussi