Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ETHNOLOGIE Ethnosciences

Les convergences nécessaires

Les mots ne se laissent pas aisément manipuler : dans « ethnoscience » il y a « science » ; déjà, en 1963, Albert Spaulding avait contesté le bien-fondé de ce terme d'ethnoscience en raison de ses implications et de ses ambiguïtés sémantiques.

Le problème majeur posé par ce néologisme est qu'on en vint tout naturellement à faire de ce qui était à l'origine un objet d'étude une discipline scientifique voire des disciplines scientifiques, comme en témoigne le terme d'ethnosciences, au pluriel, si souvent utilisé chez nous, où il est généralement compris comme désignant des banlieues ethnologisées de disciplines naturalistes aux étiquettes simplement affectées du préfixe « ethno » ethnobotanique, ethnozoologie, ethnobiologie, ethnoécologie, etc.

Pourtant, dans La Pensée sauvage, publiée en 1962, Claude Lévi-Strauss avait bien distingué ce qu'était cette ethnoscience par rapport à la new ethnography américaine. Cela n'empêcha pas la confusion qui a quelque peu contribué à accroître les incompréhensions entre sciences naturelles et sciences humaines.

D'où bien des querelles – et par là même bien des articles et bien des ouvrages – sur le point de savoir, par exemple, si l'ethnobotanique n'était qu'une application de la botanique, si elle relevait strictement des sciences humaines, si elle était une discipline à part entière, indépendante, etc.

Il eût été infiniment préférable que l'on s'en tînt chez nous au vieux terme d'Eugène Rolland, « histoire naturelle populaire », au lieu de ce foisonnement d'ethno-disciplines naturalistes ! Certes, l'histoire naturelle n'est plus à la mode, du moins en France, où l'on reproche aussi à « populaire » une connotation péjorative. Qu'importe ! « histoire naturelle populaire » convenait fort bien et aurait évité nombre de discussions inutiles. On reconnaît en effet qu'il existe de remarquables travaux d'ethnobotanique et d'ethnozoologie réalisés par des ethnologues qui, à l'origine, n'étaient pas des naturalistes confirmés. Et l'on constate à l'inverse qu'il existe aussi des naturalistes d'origine qui ont su acquérir les connaissances ethnologiques et linguistiques nécessaires pour pénétrer au cœur de savoirs naturalistes populaires.

La seule règle pour une bonne recherche dans un tel champ interscience paraît être d'avoir un esprit assez subversif pour mettre en cause et transgresser les interdits et préjugés disciplinaires, seul moyen de se dégager des attitudes scientistes et d'accepter, tel qu'il est, le savoir des autres.

Pour illustrer ce qui précède, on citera deux propos d'ethnologues relatifs à l'ethnoscience. Le premier est emprunté à Harold Conklin, dont la thèse sur les relations des Hanunòo philippins à leur environnement végétal demeure un modèle ; Conklin, écrit que, en matière de recherche en ethnobotanique, on n'a guère à se préoccuper d'observations relevant de la botanique classique. Ce qui compte, c'est le recueil et l'analyse des savoirs locaux du végétal. Les considérations de botanique scientifique n'ont en la matière, ajoute Conklin, qu'une importance secondaire, leur seul rôle étant de faciliter la comparaison entre des systèmes sémantiques différents. Nous extrairons le second propos du Regard éloigné, un ouvrage publié par Claude Lévi-Strauss en 1983 : « Et comment se fait-il que mes livres portent tant d'attention aux plus infimes détails ethnographiques ? Pourquoi m'y efforçai-je d'identifier avec précision les plantes et les animaux connus de chaque société, leurs emplois techniques particuliers et, s'agissant d'espèces comestibles, les manières différentes dont on les prépare : bouillies, cuites à l'étouffée ou à la vapeur,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur au laboratoire d'ethnobotani-que et d'ethnozoologie du Museum national d'histoire naturelle de Paris.

Classification

Pour citer cet article

Jacques BARRAU. ETHNOLOGIE - Ethnosciences [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Claude Lévi-Strauss - crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Claude Lévi-Strauss

Portrait d'Elisée Reclus - crédits : Nicku/ Shutterstock

Portrait d'Elisée Reclus

Autres références

  • AFRICAINS CINÉMAS

    • Écrit par Jean-Louis COMOLLI
    • 1 131 mots

    L'histoire des cinémas africains se sépare difficilement de celle de la décolonisation. Il y eut d'abord des films de Blancs tournés en Afrique. Puis, à partir des années soixante, les nouveaux États africains ont été confrontés au problème de savoir quel rôle, quelle orientation, quels...

  • ANTHROPOLOGIE

    • Écrit par Élisabeth COPET-ROUGIER, Christian GHASARIAN
    • 16 158 mots
    • 1 média
    En Europe, le terme « anthropologie » désigna longtemps l'anthropologie physique, ce qui explique l'usage général du mot« ethnologie » pour les études s'appliquant à l'aspect social et culturel des populations, tandis que la préhistoire, l'archéologie et la linguistique constituaient des domaines...
  • ANTHROPOLOGIE RÉFLEXIVE

    • Écrit par Olivier LESERVOISIER
    • 3 448 mots
    ...dans la prise de conscience de la nécessité de ne plus passer sous silence les effets de la dimension intersubjective de l'enquête de terrain. En dévoilant les frustrations et les colères de l'ethnologue contre ses hôtes, l'ouvrage révèle le caractère illusoire d'une observation neutre et montre...
  • ANTHROPOLOGIE ANARCHISTE

    • Écrit par Jean-Paul DEMOULE
    • 4 849 mots
    • 3 médias
    ...développé cette même problématique des zones hors de l’État, cette fois à propos des hauts plateaux entre Soudan et Éthiopie. Combinant archéologie et ethnologie, il recense les diverses stratégies qu’ont adoptées différents groupes ethniques face à l’État, certains ayant opposé une résistance radicale,...
  • Afficher les 44 références

Voir aussi