Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ETHNOLOGIE Ethnosciences

De l'écologie culturelle aux ethnosciences

Tout ne se réglait pas cependant dans les cercles académiques de la vieille Europe : la conquête blanche des espaces américains, particulièrement de l'espace nord-américain, allait susciter outre-Atlantique des démarches scientifiques particulièrement importantes dans l'histoire des relations entre sciences humaines et sciences naturelles.

Confrontés à des environnements nouveaux, à des ressources nouvelles et à des populations indigènes bien insérées dans ces environnements et sachant se servir de leurs ressources, les Blancs furent nécessairement conduits à étudier les uns et les autres. Cela, d'ailleurs, pouvait aider à disposer plus aisément de ces environnements et de ces ressources, en éliminant au besoin les concurrents indigènes dont il valait mieux, pour ce faire, connaître un peu les mœurs.

C'est dans ce contexte pionnier et colonial que devait apparaître, au xixe siècle, la grande figure de Lewis Henry Morgan, l'un des pères fondateurs de l'anthropologie sociale, dont l'œuvre ne néglige pas, loin de là même, les relations entre sociétés, civilisations, environnements et ressources.

Point de surprise donc à constater que c'est dans ces mêmes États-Unis d'Amérique qu'apparaît aussi, à la fin du xixe siècle, l' ethnobotanique inventée en 1895 par Harshberger, agronome et botaniste.

La démarche de Harshberger, initialement fondée sur l'étude des restes végétaux trouvés dans des sites archéologiques, consistait essentiellement à tenter de faire apparaître la trame végétale de l'histoire amérindienne, avec d'ailleurs le souci avoué de rechercher à cette occasion des ressources végétales nouvelles pour le commerce et l'industrie de la colonisation blanche.

Longtemps, cette ethnobotanique américaine ne se sentit concernée que par la relation d'hommes à végétaux dans le cas des sociétés archaïques ou primitives. Longtemps elle demeura dans l'orbite de l'economic botany. Elle recueillait ses données par une observation des façons dont ces sociétés « primitives », notamment les Amérindiens du Nord, se servaient des végétaux, observation faite de l'extérieur de ces sociétés.

Mais cette ethnobotanique allait susciter un vif intérêt parmi les agents du Bureau of American Ethnology. Ceux-là ne se contentèrent pas de relever les usages amérindiens des végétaux. Ils étendirent leurs investigations aux relations entre Amérindiens et animaux. Ainsi, en 1914, Henderson et Harrington utilisèrent pour la première fois, à propos des Indiens Tewa, le terme d'«  ethnozoologie », et cela dans un des bulletins du Bureau of American Ethnology. Les auteurs ne s'y bornaient pas à utiliser un néologisme ; ils insistaient en effet sur la nécessité de ne pas se limiter à inventorier les animaux utilisés, les modes indigènes de leurs utilisations et les noms vernaculaires de ces animaux ; ils soulignaient l'importance qu'il y avait à recueillir et à analyser les savoirs naturalistes indigènes. C'était là un tournant majeur : la prise en compte scientifique de ces savoirs naturalistes locaux que, chez nous et au xixe siècle, le folkloriste Eugène Rolland avait si bien désignés sous le terme d'« histoire naturelle populaire ».

Avec la démarche de Henderson et Harrington s'amorça l'étude de ces relations « de l'intérieur », c'est-à-dire au travers des savoirs et discours locaux, de sociétés à environnements naturels.

Plus tard, en 1944, Castetter, toujours aux États-Unis, proposa de réunir etnobotanique et ethnozoologie en une « ethnobiologie », cela afin de rendre compte d'une façon plus globale, « ethnobiocénotique » pourrait-on dire, des relations entre les sociétés et leurs environnements vivants. Très tôt, aux États-Unis encore, l'écologie[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur au laboratoire d'ethnobotani-que et d'ethnozoologie du Museum national d'histoire naturelle de Paris.

Classification

Pour citer cet article

Jacques BARRAU. ETHNOLOGIE - Ethnosciences [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Claude Lévi-Strauss - crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Claude Lévi-Strauss

Portrait d'Elisée Reclus - crédits : Nicku/ Shutterstock

Portrait d'Elisée Reclus

Autres références

  • AFRICAINS CINÉMAS

    • Écrit par Jean-Louis COMOLLI
    • 1 131 mots

    L'histoire des cinémas africains se sépare difficilement de celle de la décolonisation. Il y eut d'abord des films de Blancs tournés en Afrique. Puis, à partir des années soixante, les nouveaux États africains ont été confrontés au problème de savoir quel rôle, quelle orientation, quels...

  • ANTHROPOLOGIE

    • Écrit par Élisabeth COPET-ROUGIER, Christian GHASARIAN
    • 16 158 mots
    • 1 média
    En Europe, le terme « anthropologie » désigna longtemps l'anthropologie physique, ce qui explique l'usage général du mot« ethnologie » pour les études s'appliquant à l'aspect social et culturel des populations, tandis que la préhistoire, l'archéologie et la linguistique constituaient des domaines...
  • ANTHROPOLOGIE RÉFLEXIVE

    • Écrit par Olivier LESERVOISIER
    • 3 448 mots
    ...dans la prise de conscience de la nécessité de ne plus passer sous silence les effets de la dimension intersubjective de l'enquête de terrain. En dévoilant les frustrations et les colères de l'ethnologue contre ses hôtes, l'ouvrage révèle le caractère illusoire d'une observation neutre et montre...
  • ANTHROPOLOGIE ANARCHISTE

    • Écrit par Jean-Paul DEMOULE
    • 4 849 mots
    • 3 médias
    ...développé cette même problématique des zones hors de l’État, cette fois à propos des hauts plateaux entre Soudan et Éthiopie. Combinant archéologie et ethnologie, il recense les diverses stratégies qu’ont adoptées différents groupes ethniques face à l’État, certains ayant opposé une résistance radicale,...
  • Afficher les 44 références

Voir aussi