ÉTAT, sociologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'État et la bureaucratisation

Cette monopolisation s'est partout traduite par l'émergence d'une bureaucratie d'État dont la temporalité, l'ampleur et le type (différenciation fonctionnelle, principes de fonctionnement, de recrutement et de rémunération, etc.) renvoient à des modes chronologiquement et géographiquement distincts de domination étatique. Déjà relevées par Alexis de Tocqueville et Karl Marx, l'ampleur et la différenciation acquises par une administration comptant un demi-million de membres dès la fin de l'Ancien Régime auraient, selon Bertrand Badie et Pierre Birnbaum, déterminé l'étatisation précoce du « centre politique » en France alors que l'Angleterre et les États-Unis, dont l'organisation de la société civile rendait une telle administration inutile, posséderaient un « centre sans véritable État ». Limitée par sa négligence de la typologie wébérienne, cette synthèse assimile la bureaucratie patrimoniale absolutiste – avec ses « offices » et ses « bénéfices » – à la bureaucratie moderne – caractérisée par sa différenciation fonctionnelle, sa hiérarchie, son salariat, ses règles de recrutement et d'avancement méritocratiques ; elle ne permet donc pas de séparer administrativement l'État dynastique et l'État bureaucratique moderne, ni de discerner les types de domination étatique correspondants. À son tour, cette typologie ne résout pas le problème historique du passage de la « maison du roi » à l'État bureaucratique moderne. C'est pourquoi, à la suite d'historiens qui, tel Georges Duby, décèlent des signes d'autonomisation de l'administration d'État dès le xiie siècle, Bourdieu retrace, dans La Noblesse d'État, la formation d'un champ bureaucratique dont le mode de reproduction et les règles de fonctionnement subvertissent peu à peu les principes de l'État dynastique.

Dans le sillage de Durkheim et de Weber, longtemps pensée sur le mode de l'instrumentalisation ou de la séparation, la collaboration entre l'ad [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : agrégé de sciences sociales, chargé de cours à l'université Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  ÉTAT, sociologie  » est également traité dans :

CIVILISATION PROCESSUS DE

  • Écrit par 
  • André BURGUIÈRE
  •  • 1 292 mots

Dans le chapitre « Une théorie du changement social »  : […] Cette traduction venait au bon moment. Depuis les années 1960, les historiens s'efforçaient de penser le changement social dans sa globalité et, tout spécialement, celui de la première modernité, entre la Renaissance et la Révolution. Après un modèle d'explication socio-économique – celui d'Ernest Labrousse, inspiré en partie par le marxisme –, ils ont été tentés, avec Roland Mousnier et Pierre C […] Lire la suite

DÉMOCRATIE

  • Écrit par 
  • Daniel GAXIE
  •  • 10 277 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une compétition ouverte et pacifiée »  : […] Dans une démocratie, l'accès aux positions de pouvoir (gouvernement, Parlement, exécutifs territoriaux) s'effectue, plus ou moins directement, à travers une lutte concurrentielle sur les votes et, plus généralement, sur le soutien des citoyens. La compétition est, dans l'ensemble, ouverte, sincère et pacifiée. Pourtant, tout au long de l'histoire de l'humanité, la violence physique a été un moyen […] Lire la suite

ELIAS NORBERT (1897-1990)

  • Écrit par 
  • Alain GARRIGOU
  •  • 1 796 mots

À la fin de sa vie, Norbert Elias avait trop attendu la reconnaissance publique pour se croire enfin compris. Si la qualité de l'œuvre en était la seule clé, cette reconnaissance eût dû venir plus tôt. Nul ne dénierait en tout cas son ambition. La théorie de la civilisation forgée par Elias se frotte à des faits empiriques selon une posture méthodologique obstinée. Il fallait de l'originalité p […] Lire la suite

LA NOBLESSE D'ÉTAT, Pierre Bourdieu - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Antonin COHEN
  •  • 1 058 mots

Pierre Bourdieu (1930-2002) est professeur au Collège de France lorsqu'il publie La Noblesse d'État en 1989. Tout en s'inscrivant dans la continuité des travaux que le sociologue a consacrés à l'éducation ( Les Héritiers , 1964, La Reproduction , 1970), cet ouvrage fondamental ouvre la voie d'une sociologie de l'État dont le fil directeur, la théorie des champs, est repris de ses travaux plus ré […] Lire la suite

PARIAS URBAINS. GHETTO, BANLIEUES, ÉTAT (L. Wacquant)

  • Écrit par 
  • Stéphanie WOJCIK
  •  • 936 mots

Dans Parias urbains. Ghetto, banlieues, État (traduit de l'anglais par Sébastien Chauvin, La Découverte, 2006), Loïc Wacquant se propose d'expliciter les mécanismes génériques et les formes spécifiques de la marginalité urbaine à travers une comparaison du ghetto noir américain et des banlieues françaises. Structuré en trois parties et neuf chapitres, l'ouvrage a pour objectif ambitieux de tra […] Lire la suite

SOCIOLOGIE HISTORIQUE

  • Écrit par 
  • Laurent WILLEMEZ
  •  • 3 042 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'autonomisation d'un sous-champ disciplinaire »  : […] Alors que le retour sur ces quelques grands noms de la sociologie a permis de souligner la pluralité des méthodes et des rapports à l'histoire de la sociologie historique, il faut maintenant en montrer l'actualité dans les sciences sociales d'aujourd'hui. Les sociologues et les politistes qui font de l'analyse des phénomènes historiques le centre de leurs recherches peuvent être distingués selon […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hervé FAYAT, « ÉTAT, sociologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/etat-sociologie/