Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ENVIRONNEMENT Environnement et économie

Dans les années 1980, les pollutions et l'utilisation des ressources naturelles ont changé d'échelle. La découverte du trou dans la couche d'ozone, la mise en garde contre les conséquences climatiques des émissions de gaz à effet de serre, la pollution marine, la perte en biodiversité, la dégradation quantitative et qualitative des ressources en eau douce ont fait prendre conscience de l'ampleur des risques environnementaux mondiaux. Ces derniers nécessitent une gestion globale. La multiplication d'accords multilatéraux sur l'environnement, le succès du concept de développement durable, l'apparition de nouveaux principes au cœur des systèmes juridiques internationaux (responsabilité étendue du producteur, principe du pollueur-payeur, principe de précaution), l'essor du marché pour les technologies propres en constituent les manifestations les plus flagrantes.

Les enjeux pour l'économie sont de taille. La gestion des risques environnementaux constitue un défi, tant pour les décideurs que pour l'analyse économique. De nouvelles méthodes et de nouveaux instruments d'aide à la décision sont proposés. Fondés sur un partage plus large de l'information et sur un effort de réconciliation des différentes perspectives, ils ouvrent la voie d'une nouvelle gouvernance.

Des préoccupations environnementales au développement durable

Une crise environnementale perceptible depuis les années 1970

À partir des années 1970, on a commencé à s'interroger sur la capacité de la biosphère à fournir les ressources nécessaires à la poursuite de la croissance économique. The Limits to Growth, le rapport du Club de Rome en 1972, dit rapport Meadows, a fait date. Les populations des pays industrialisés ont été de plus en plus préoccupées par le fait que la dégradation environnementale puisse l'emporter sur les bénéfices liés aux progrès économiques et technologiques et que, par ailleurs, ces dommages soient peut-être imposés de manière irréversible aux générations futures.

L'accroissement des exploitations agricoles, halieutiques et forestières ainsi que des activités de production minières et industrielles, couplé à une augmentation de la population humaine, fait subir des impacts de plus en plus nombreux aux systèmes écologiques dans le monde entier. Jane Lubchenco, s'adressant le 15 février 1997 à l'American Association for the Advancement of Science qu'elle présidait alors, a ainsi fait part de l'évolution de différents indicateurs de l'état de la planète : « Un tiers, voire la moitié de la surface terrestre, a été transformé par les actions humaines ; la concentration de l'atmosphère en dioxyde de carbone a augmenté d'environ 30 p. 100 depuis le début de la révolution industrielle ; l'humanité fixe plus d'azote atmosphérique que toutes les autres sources terrestres naturelles associées ; plus de la moitié de toute l'eau pure de surface est utilisée par l'humanité ; environ un quart des espèces d'oiseaux de la terre ont disparu ; et près des deux tiers des principales pêcheries marines sont totalement exploitées, surexploitées ou détruites. »

Les changements environnementaux ne sont pas toujours visibles, ou, lorsqu'ils le deviennent, il est déjà trop tard. Ces atteintes sont, pour la plupart, graduelles et leurs impacts cumulatifs sont différés dans le temps (par exemple la dégradation de la productivité de la terre du fait de la salinisation, la diminution de la couche d'ozone, le changement climatique). De plus, certaines pratiques dommageables affectant les « acteurs faibles », privés de représentativité, ont souvent été ignorées de ceux qui détiennent un pouvoir de décision. De nombreuses activités économiques longtemps considérées comme constructives ou bénignes (telles que le défrichement des forêts) ne sont[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur des Universités en sciences économiques, UMR.63 IRD - université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
  • : ingénieur de recherche C.3E.D.

Classification

Pour citer cet article

Sylvie FAUCHEUX et Christelle HUE. ENVIRONNEMENT - Environnement et économie [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Nicolas Sarkozy clôture le Grenelle Environnement - crédits : Eric Feferberg/ AFP

Nicolas Sarkozy clôture le Grenelle Environnement

Autres références

  • ENVIRONNEMENT GLOBAL

    • Écrit par
    • 8 114 mots
    • 10 médias

    Désormais sujet de débat politique et faisant une entrée remarquée sur la scène diplomatique internationale, la question de la transformation de l' environnement par la civilisation moderne cesse d'être l'unique apanage des scientifiques ou des « amis de la nature ». Devenue globale, la question se pose...

  • GRENELLE DE L'ENVIRONNEMENT

    • Écrit par
    • 1 390 mots

    Le Grenelle de l’environnement – de son vrai nom le Grenelle Environnement (GE) – est une concertation politique innovante, menée entre juillet et décembre 2007, peu après l’élection à la présidence de la République de Nicolas Sarkozy. Son objectif était de définir les grands axes...

  • NÉGOCIATIONS INTERNATIONALES SUR L'ENVIRONNEMENT - (repères chronologiques)

    • Écrit par
    • 2 610 mots

    1968 Première conférence intergouvernementale posant le problème de la conservation et de l'utilisation rationnelle des ressources de la biosphère. Organisée par l'U.N.E.S.C.O., du 4 au 13 septembre, à Paris, elle recommande l'élaboration d'un grand programme mondial de recherches sur l'homme et...

  • SEVESO ACCIDENT CHIMIQUE DE (10 juillet 1976)

    • Écrit par
    • 375 mots
    • 1 média

    Le 10 juillet 1976, des vapeurs toxiques de dioxine – précisément de 2,3,7,8-tétrachlorodibenzo-para-dioxine, cancérigène et tératogène même à faible dose – s'échappent d'un réacteur chimique produisant du chlorophénol de l'usine Icmesa (filiale de Givaudan), près de Milan (Italie). Ce produit,...

  • ACIDIFICATION DES OCÉANS

    • Écrit par
    • 2 201 mots
    • 5 médias

    Par sa capacité à dissoudre les gaz atmosphériques responsables de l'effet de serre, l'océan joue un rôle essentiel dans la régulation du climat. Toutefois, l'absorption de l'excès de dioxyde de carbone (CO2) rejeté par les activités humaines (anthropiques) depuis 1850...

  • AÉRONAUTIQUE CIVILE (INDUSTRIE)

    • Écrit par
    • 2 387 mots
    Le développement de la sensibilité environnementale a entraîné une dégradation de l'image du transport aérien. Les constructeurs et les exploitants ont fait beaucoup d'efforts et obtenu des résultats appréciables, mais ceux-ci ont été masqués par la croissance du trafic ; la situation continuera de s'améliorer,...
  • AÉRONOMIE

    • Écrit par
    • 4 157 mots
    • 11 médias
    ...rayonnement cosmique corpusculaire avec l'atmosphère ; ceux du troisième cycle sont essentiellement d'origine anthropogénique (dus aux activités humaines). En effet, les chlorofluorocarbures (CFC), utilisés massivement comme gaz réfrigérants, ou comme gaz propulseur dans les aérosols ont libéré des composés...
  • Afficher les 235 références