Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉNERGIES RENOUVELABLES

Les énergies renouvelables sont des sources d'énergie d'origine naturelle dont le renouvellement est suffisamment rapide à l’échelle humaine du temps pour qu’elles puissent être considérées comme presque inépuisables. Elles sont issues du rayonnement solaire, des vents, du cycle de l'eau, de la biomasse (tout ce qui est d’origine biologique, principalement végétale), du flux de chaleur interne de la Terre, de l’effet de l'attraction lunaire et solaire sur les océans... Elles s'opposent ainsi aux énergies minières et fossiles, dont les stocks sont forcément limités puisqu’ils se sont constitués lors de la formation du système solaire (uranium, thorium, potassium) ou encore au cours des âges géologiques, à partir d'une fraction de la biomasse terrestre qui a pu se fossiliser et se transformer (au cours de millions d’années) en charbon, pétrole et gaz naturel. Les énergies renouvelables sont loin de constituer une nouveauté puisqu’elles ont été les premières à être utilisées par les hommes.

Si un intérêt s’est manifesté pour les énergies renouvelables après le premier choc pétrolier de 1973, le recours à celles-ci constitue, depuis les années 1990, une alternative aux combustibles fossiles afin de préserver l’environnement et de lutter contre le réchauffement climatique, lié en grande partie à l’émission de gaz à effet de serre provenant des diverses utilisations des énergies fossiles. C’est aussi un type de politique énergétique qui repose sur l’indépendance et la sécurité de l’approvisionnement. Le développement des énergies renouvelables dans un tel contexte de transition inévitable nécessite l’émergence de technologies radicalement différentes de celles utilisées pour exploiter les énergies fossiles, d’où un coût initialement important qui a longtemps freiné leur essor.

Bref historique

Depuis le début de l’humanité jusqu’à la fin du xvie siècle, les seules formes d’énergie couramment utilisées étaient renouvelables. En partant des temps les plus anciens, on évoquera tout d’abord la combustion du bois et plus généralement de la biomasse – la maîtrise du feu par l’homme étant apparue il y a au moins 400 000 ans. Il faut aussi parler de la traction animale, et humaine dans le cadre de l’esclavage – qui remonte quant à lui au Néolithique (période s’étendant de 9 000 à 3 000 ans avant notre ère). Puis l’énergie mécanique du vent et celle de l’eau ont été utilisées par l’homme. Moulins à eau et à vent ont ainsi accompagné le développement technologique de nos sociétés de l’Antiquité au xixe siècle et ont contribué à réduire en proportion le recours à la force humaine et, notamment, à l’esclavage.

À partir de 3 000 avant J.-C. apparaissent des réalisations dédiées à l’exploitation du vent dont, en particulier, la réalisation de voiles pour les embarcations, à laquelle on doit très probablement le peuplement de l’Océanie. Des historiens situent les premiers dispositifs éoliens terrestres en Perse et les datent vers 700 ans avant J.-C. Il s’agirait de panneaux tournant autour d’un axe vertical et placés entre des murs de torchis pour canaliser le vent. C’est dans cette même région que, bien plus tard, au cours du viie siècle après J.-C., les premiers moulins entraînant des meules sont apparus. En Europe, les moulins à vent se sont beaucoup développés à partir du xiie siècle et se sont améliorés jusqu’au xviiie siècle avant d’être remplacés par des dispositifs industriels utilisant des machines à vapeur. Un des premiers usages du moulin à vent, comme du moulin à eau, fut celui de broyer et moudre du grain – usage dont les moulins tiennent d’ailleurs leur nom. Mais le moulin à vent a également assuré d’autres fonctions comme celles d’actionner des pompes permettant d’alimenter certains points[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien directeur de la recherche et directeur scientifique adjoint de l'Agence de l'environnement de la maîtrise de l'énergie (ADEME)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Consommation d’énergie primaire en France (métropole et départements ultramarins)

Consommation d’énergie primaire en France (métropole et départements ultramarins)

Consommation d’énergie finale en France (métropole et départements ultramarins)

Consommation d’énergie finale en France (métropole et départements ultramarins)

Production d’électricité en France (métropole et départements ultramarins)

Production d’électricité en France (métropole et départements ultramarins)

Autres références

  • ARCHITECTURE ÉCOLOGIQUE ou ARCHITECTURE DURABLE

    • Écrit par Dominique GAUZIN-MÜLLER
    • 5 070 mots
    • 1 média
    ...escaliers suffisent souvent. Un concept énergétique efficace associe ces mesures constructives à des installations optimisées, utilisant si possible des énergies renouvelables : pompes à chaleur, capteurs solaires pour l'eau chaude sanitaire et le chauffage, poêle à bois, etc. Un puits canadien, appelé...
  • AUSTRALIE

    • Écrit par Benoît ANTHEAUME, Jean BOISSIÈRE, Bastien BOSA, Vanessa CASTEJON, Universalis, Harold James FRITH, Yves FUCHS, Alain HUETZ DE LEMPS, Isabelle MERLE, Xavier PONS
    • 27 355 mots
    • 29 médias
    En plus de ces nombreux atouts énergétiques, l'Australie peut potentiellement produire en abondance del'énergie renouvelable (10 % seulement de la production en 2006) et notamment solaire. Sa production électrique est de 227 milliards de kWh. Elle est bon marché mais elle est due essentiellement à...
  • AUTOMOBILE - Défis

    • Écrit par Daniel BALLERINI, François de CHARENTENAY, André DOUAUD, Francis GODARD, Gérard MAEDER, Jean-Jacques PAYAN
    • 11 590 mots
    • 8 médias
    ...matières végétales qui, pour leur croissance et grâce au processus de la photosynthèse, utilisent le carbone du CO2 déjà présent dans l'atmosphère. Outre le fait qu'elle recycle le CO2, cette biomasse présente d'autres atouts majeurs : elle est renouvelable, produite localement et présente le...
  • BIOCARBURANTS ou AGROCARBURANTS

    • Écrit par Jean-Paul CHARVET, Anthony SIMON
    • 6 509 mots
    • 10 médias
    ...l’envolée des prix des hydrocarbures et la nécessité de plus en plus reconnue, par les citoyens comme par les États, de mieux gérer l’environnement et de promouvoir des énergies renouvelables ont été à l’origine d’une relance de la production de biocarburants. À l’échelle mondiale, la production de biocarburants...
  • Afficher les 21 références

Voir aussi