ÉNERGIES RENOUVELABLES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Énergies renouvelables et couverture des besoins

Peut-on concevoir des ressources énergétiques renouvelables couvrant la totalité des besoins ? Cette question fait l’objet de vifs débats. Il n’y a pas d’impossibilité théorique, même avec dix ou douze milliards d’individus peuplant la planète. Disons que c’est une question de temps… Pour autant, il ne s’agit pas seulement de disposer de solutions techniques, les aspects économiques et sociopolitiques pèsent également lourd. Les technologies utilisées ou développées pour produire de l’énergie à partir de sources renouvelables sont également tributaires de la disponibilité de ressources minérales (terres rares pour les aimants des éoliennes, lithium pour les batteries…) et énergétiques (il faut de l’énergie pour transformer les matières premières destinées à la fabrication des dispositifs techniques).

Dans les faits, la plupart des exercices de prospective s’accordent pour étaler sur la durée du xxie siècle les transitions qui conduiront à une révision complète du paysage énergétique mondial.

En France, le jalon significatif auquel sont attachés des objectifs confirmés dans des textes législatifs est 2050. Des échéances intermédiaires à plus court terme ont été fixées pour permettre de suivre l’évolution de la trajectoire énergétique. Deux études prospectives menées en 2013 et 2015 par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), si elles ont pu être discutées, ont donné une image de ce que pourrait être un futur énergétique.

La première étude montre comment la France pourrait réduire d’ici 2050 sa consommation d’énergie pratiquement de moitié par rapport à 2010 et ses émissions de gaz à effet de serre de 75 p. 100 par rapport à 1990 (année de référence liée au protocole de Kyōto). Elle est accompagnée d’une analyse macroéconomique qui explique l’impact bénéfique de la transition énergétique pour l’économie française : le PIB et les emplois augmenteraient davantage avec la mise en place de cette politique de transition énergétique. La consommation finale d’énergie passerait ainsi entre 2010 et 2050 de 151 à 81,7 Mtep et la réduction des gaz à effet de serre de 525 millions de tonnes équivalent CO2 (Mt éq. CO2) à 131 Mt éq. CO2. La réduction de la consommation d’énergie porterait principalement sur les bâtiments résidentiels et tertiaires ainsi que sur les transports alors que la réduction des émissions de gaz à effet de serre serait liée au développement des énergies renouvelables. La part des énergies renouvelables et des énergies fossiles, en énergie finale, est exprimée à travers des usages directs (chauffage hors réseau, transport…) et trois vecteurs principaux :

Consommation finale d’énergie en France pour 2050 et provenance (en Mtp)

Tableau : Consommation finale d’énergie en France pour 2050 et provenance (en Mtp)

Selon des études menées par l'ADEME en 2013 et 2015, il serait possible de réduire de près de moitié la consommation française d'énergie pour que celle-ci ne représente plus que 81,7 Mtep en 2050 (155,1 Mtep en 2017). Plusieurs scénarios ont été proposés pour diminuer la part des... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

– les réseaux de chaleur pour lesquels la totalité des 5,4 Mtep consommées serait renouvelable ;

– les réseaux de gaz, qui représenteraient au total 19,3 Mtep dont 9,4 Mtep d’énergies renouvelables, soit 48,7 p. 100 ;

– les réseaux d’électricité, distribuant 32,8 Mtep, qui n’auraient pratiquement plus d’énergies fossiles dans leur mix (il resterait environ 1 Mtep provenant du réseau de gaz). La part du renouvelable dans la production d’électricité est encadrée par deux scénarios qui dépendent de la part attribuée au nucléaire dans le mix électrique. Cette part de nucléaire est de 15,8 Mtep dans une hypothèse dite à 50 p. 100, et de 5,9 Mtep dans une hypothèse à 18 p. 100. Pour satisfaire cette dernière hypothèse, la totalité du potentiel renouvelable identifié lors de cette étude serait mobilisée, soit pour les sources nécessitant les développements les plus importants : une puissance installée de 70 GW pour l’éolien (dont 30 GW en mer) et de 65 GW pour le solaire.

Finalement, sur une consommation totale de 81,7 Mtep, la part des énergies renouvelables serait comprise entre 45,5 Mtep (dans le cas du mix « 50 p. 100 de nucléaire ») et 55,4 Mtep (dans l’hypothèse la plus basse, soit 18 p. 100 de nucléaire), ce qui représenterait respectivement 55,7 p. 100 et 67,8 p. 100 de cette consommation.

La seconde étude, qui part des besoins estimés par la précédente (soit 81,7 Mtep), se penche plus particulièrement sur la production d’électricité, soit 422 TWh. Ce chiffre, équivalant à quelque 36 Mtep d’énergie électrique (1 TWh = 0,086 Mtep), est un peu supérieur aux 32,8 Mtep d’énergie finale consommées compte tenu, en particulier, des pertes dans la transformation et dans le transport de l’électricité. Cette prospective examine les conditions techn [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 23 pages

Médias de l’article

Consommation d’énergie primaire en France (métropole et départements ultramarins)

Consommation d’énergie primaire en France (métropole et départements ultramarins)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Consommation d’énergie finale en France (métropole et départements ultramarins)

Consommation d’énergie finale en France (métropole et départements ultramarins)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Production d’électricité en France (métropole et départements ultramarins)

Production d’électricité en France (métropole et départements ultramarins)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Production d’énergies renouvelables en France (métropole et départements ultramarins)

Production d’énergies renouvelables en France (métropole et départements ultramarins)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 21 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien directeur de la recherche et directeur scientifique adjoint de l'Agence de l'environnement de la maîtrise de l'énergie (ADEME)

Classification

Autres références

«  ÉNERGIES RENOUVELABLES  » est également traité dans :

ARCHITECTURE ÉCOLOGIQUE ou ARCHITECTURE DURABLE

  • Écrit par 
  • Dominique GAUZIN-MÜLLER
  •  • 5 078 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des principes bioclimatiques aux bâtiments à énergie positive »  : […] L'application des principes bioclimatiques permet de réduire les besoins énergétiques d'un bâtiment et d'assurer le confort de manière passive, grâce à un choix judicieux de l'implantation, de l'orientation, de la forme du bâti et de ses prolongements vers l'extérieur, des matériaux et de la végétation plantée à proximité. Un bâti compact, avec au sud les pièces principales et au nord les espaces […] Lire la suite

AUSTRALIE

  • Écrit par 
  • Benoît ANTHEAUME, 
  • Jean BOISSIÈRE, 
  • Bastien BOSA, 
  • Vanessa CASTEJON, 
  • Harold James FRITH, 
  • Yves FUCHS, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE, 
  • Xavier PONS
  •  • 27 374 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Mines, énergie et industrie »  : […] L'Australie-Occidentale est, par excellence, l'État minier du pays dont il assure en valeur, tous minerais confondus, plus du quart de la production nationale. En fait, considérant la structure géologique du pays, les mines sont réparties de façon assez homogène sur l'ensemble du territoire australien, d'autant que l'activité extractive, contrairement à l'agriculture, n'est pas tributaire des alé […] Lire la suite

AUTOMOBILE - Défis

  • Écrit par 
  • Daniel BALLERINI, 
  • François de CHARENTENAY, 
  • André DOUAUD, 
  • Francis GODARD, 
  • Gérard MAEDER, 
  • Jean-Jacques PAYAN
  •  • 11 549 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Une alternative à la réduction des gaz à effet de serre : les biocarburants »  : […] La réflexion des constructeurs automobiles sur la notion de « mobilité durable » vise à définir de nouveaux enjeux et engagements portant sur l'amélioration des performances environnementales du transport automobile. Cette amélioration devra notamment se traduire par la réduction des émissions de gaz à effet de serre (G.E.S.), dont le dioxyde de carbone (CO 2 ) est le principal en termes de cont […] Lire la suite

BIOCARBURANTS ou AGROCARBURANTS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET, 
  • Anthony SIMON
  •  • 6 496 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Une histoire déjà longue, mais des développements récents »  : […] La production d’énergie grâce à des produits agricoles transformés n’est pas nouvelle : dans bien des régions du monde, en particulier en Europe et aux États-Unis, une part importante des labours était jadis consacrée à la production de grains (orge, avoine…) destinés aux animaux de trait. Quant aux biocarburants eux-mêmes, ils sont connus depuis les débuts de l’industrie automobile : les premier […] Lire la suite

BRÉSIL - Géographie

  • Écrit par 
  • Martine DROULERS
  •  • 9 981 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le modèle brésilien de développement »  : […] Le décollage industriel et la modernisation de l'économie brésilienne ont pris une impulsion décisive au moment du « miracle économique » qui a permis, de 1969 à 1974, de consacrer d'importants investissements à de nouveaux secteurs (aéronautique, informatique, nucléaire), ainsi qu'au montage de grandes entreprises publiques pour l'énergie (Petrobras, Eletrobras), les communications (Telebras) et […] Lire la suite

CARBURANTS

  • Écrit par 
  • Daniel BALLERINI, 
  • Jean-Claude GUIBET, 
  • Xavier MONTAGNE
  •  • 10 528 mots
  •  • 9 médias

Les carburants sont des produits dont la combustion en présence d'air permet le fonctionnement des moteurs thermiques à pistons (moteurs à essence ou Diesel) ou à flux continu (réacteurs d'avion, turbines à gaz). À la famille des carburants se rattachent également les ergols et les propergols utilisés pour la propulsion des fusées. Il s'agit de produits très spécifiques (hydrogène liquide, diméth […] Lire la suite

COP 21

  • Écrit par 
  • Catherine AUBERTIN
  •  • 3 290 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L’accord de Paris : le meilleur accord possible ? »  : […] L'accord de Paris, issu de ces journées de négociations, devait être « universel, ambitieux et contraignant ». Approuvé à l'unanimité, il peut être qualifié d'universel et relégitime le cadre multilatéral des Nations unies. Il illustre l'évolution des modèles de développement, validée par les États trois mois plus tôt, avec l’Agenda 2030 du développement durable et ses dix-sept objectifs de dével […] Lire la suite

ÉNERGIE - Les ressources

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CHEVALIER, 
  • Daniel CLÉMENT, 
  • François MOISAN, 
  • Jean-Pierre TABET
  •  • 6 340 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Prospectives »  : […] Au vu des analyses qui précèdent, on peut esquisser quelques éléments d'action qui devraient être menés au niveau mondial au cours de ce siècle. Il faut parvenir à une meilleure prise en compte des « externalités » négatives. On a sans doute sous-estimé l'importance des coûts sociaux associés à nos consommations d'énergie. On découvre chaque jour davantage le coût réel des pollutions locales et g […] Lire la suite

ÉNERGIE POLITIQUES DE L'

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CHEVALIER, 
  • Sophie MERITET
  •  • 8 043 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La politique énergétique du Brésil »  : […] Richement doté en ressources naturelles, le Brésil se donne depuis trente ans les moyens de devenir énergétiquement autosuffisant. Ce pays est devenu une référence en matière d'énergies renouvelables, qui représentent aujourd'hui, avec l'hydraulique et l'éthanol, 50 p. 100 de ses consommations d'énergie primaire . Le Brésil dispose ainsi d'un bilan CO 2 moins élevé que les autres grands pays émer […] Lire la suite

ÉOLIEN OFFSHORE

  • Écrit par 
  • Philippe BRUYERRE
  •  • 3 473 mots
  •  • 7 médias

En fort développement, l’éolien en mer – ou éolien offshore – est une filière de production d’électricité d’avenir dans le contexte du changement climatique. Avec près de vingt ans de retour d’expérience, cette énergie marine renouvelable poursuit sa progression avec des coûts de production en constante diminution et des centrales éoliennes de puissance importante, de 1 000 mégawatts (MW) et plus […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

18 mars 2022 Belgique. Accord gouvernemental sur le programme énergétique.

Le gouvernement de coalition s’accorde sur un programme énergétique qui prévoit l’accélération de la transition vers les énergies renouvelables, l’investissement dans des « petits réacteurs modulaires » (SMR) et la prolongation de dix ans de la durée de vie de deux des sept réacteurs nucléaires du pays (Doel 4 et Tihange 3), couplée à la construction d’une ou deux centrales à gaz. […] Lire la suite

10-18 février 2022 France. Annonce du programme énergétique du président Emmanuel Macron.

Il évoque la nécessité, en trente années, de « baisser de 40 % nos consommations d’énergie », non par « la privation », mais par « l’innovation », et de marier les énergies renouvelables et le nucléaire afin de produire « davantage d’électricité décarbonée ». Le développement des premières a « pris du retard », admet-il, prévoyant de décupler la production d’énergie solaire d’ici à 2050 et d’installer une « cinquantaine de parcs éoliens en mer [tout en] étalant dans le temps » le développement de l’éolien terrestre. […] Lire la suite

24 novembre - 8 décembre 2021 Allemagne. Présentation du contrat de coalition entre les sociaux-démocrates, les Verts et les libéraux.

Ce programme de gouvernement prévoit notamment la légalisation du cannabis, l’augmentation du salaire minimum de 9,6 à 12 euros brut de l’heure, la sortie du charbon « idéalement » en 2030 et une production d’électricité provenant à 80 % des énergies renouvelables à la même date. Le Parti social-démocrate (SPD) se réserve les portefeuilles de l’Intérieur, de la Défense et de la Santé ; les Verts doivent prendre la direction d’un grand ministère de l’Économie, de l’Énergie et du Climat, ainsi que des ministères des Affaires étrangères, de l’Environnement et de l’Agriculture ; le FDP, partisan de l’orthodoxie budgétaire, obtient les ministères des Finances et de la Justice. […] Lire la suite

12 octobre 2021 France. Présentation du plan France 2030.

Près de la moitié des financements prévus doivent servir à décarboner l’économie en favorisant la mutation de secteurs fortement émetteurs de gaz à effet de serre – aéronautique, automobile, industrie lourde, agriculture – et en développant la filière hydrogène, le nucléaire et les énergies renouvelables. Sont également concernés par ce plan les secteurs de l’alimentation, des médicaments, des composants électroniques, de la robotique, ainsi que le domaine de la formation. […] Lire la suite

14 juillet 2021 Union européenne. Annonce de propositions de loi en faveur de la défense du climat.

Cette mise en œuvre du Pacte vert européen (green deal) comprend notamment l’extension du marché carbone européen au secteur maritime, au chauffage des bâtiments et au transport routier – mesure qui suscite de larges réserves de la part de certains pays membres –, la fin de la commercialisation des voitures à moteur thermique en 2035, l’instauration d’une taxe sur le kérosène, l’obligation de porter à 40 % la part des énergies renouvelables d’ici à 2050 et la mise en place d’un mécanisme d’ajustement carbone aux frontières de l’Union européenne (UE) pour les produits des secteurs les plus polluants fabriqués dans des pays tiers disposant de normes environnementales moins strictes. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Daniel CLÉMENT, « ÉNERGIES RENOUVELABLES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/energies-renouvelables/