ÉMOTION (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’émotion, une « conduite magique » ?

Aussi différentes que soient les explications de James, de Janet ou de Darwin, elles ont en commun de considérer nos émotions comme des manifestations déclenchées par notre corps et échappant entièrement à notre volonté. Sartre va refuser catégoriquement ces thèses qui nous retireraient toute la responsabilité par rapport à nos émotions. Dans un petit ouvrage de 1938, Esquisse d’une théorie des émotions, Jean-Paul Sartre (1905-1980), se réclamant du courant phénoménologique qui entend rétablir le primat de la conscience, définit précisément l’émotion comme un acte authentique de la conscience. L’émotion quitte ainsi le domaine de l’irrationnel pour intégrer celui de l’intentionnalité. Le propre de la conscience est de signifier le monde et non d’en recevoir passivement les caractéristiques, et c’est bien cette donation de sens que Sartre repère dans la conduite émotionnelle.

L’émotion serait pour Sartre une conduite « magique » : face au constat de l’impossibilité de transformer matériellement le monde, la conscience modifierait l’image de celui-ci afin de transformer illusoirement une réalité insupportable. Prenant l’exemple limite de l’évanouissement, Sartre affirme que l’individu se « jette » dans l’évanouissement afin de supprimer le réel et par là de résoudre, même si cette solution n’est que fantasmatique, le problème qui lui est posé. « La conscience émotionnelle est d’abord conscience du monde », affirme Sartre, et l’émotion est « une transformation du monde ». « Dans l’émotion, c’est le corps qui, dirigé par la conscience, change ses rapports au monde pour que le monde change ses qualités. » Par ces analyses, l’auteur de l’Esquisse d’une théorie des émotions demeure fidèle à sa thèse de la liberté radicale de l’être humain, liberté reposant sur le primat d’une conscience qui vise le monde et qui porte l’entière responsabilité de son interprétation du réel.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur de khâgne

Classification

Les derniers événements

28 août 1988 République fédérale d'Allemagne. Collision aérienne à Ramstein

L'émotion est grande en Allemagne fédérale, où une campagne d'opposition aux vols militaires à basse altitude se développe depuis quelques mois. Les autorités interdisent toute démonstration d'acrobatie aérienne. […] Lire la suite

23 octobre - 3 novembre 1983 Liban. Attentat à Beyrouth contre les soldats américains et français de la force multinationale

L'émotion est considérable après ce « lâche attentat » contre les « soldats de la paix », mais Paris et Washington expriment leur détermination à continuer de participer à la force multinationale de sécurité, présente au Liban depuis septembre 1982. Les deux attentats auraient été commis par des musulmans shī‘ites libanais ou iraniens mais, le 24,  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « ÉMOTION (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/emotion-notions-de-base/