KAZAN ELIA (1909-2003)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'héritier de la « méthode »

1946 marque un tournant dans sa carrière : cette année-là, il fonde l'« Actor's Studio », école où sont enseignées les thèses de Stanislavski, et pépinière d'acteurs pour le cinéma des années cinquante (Montgomery Clift, Marlon Brando, James Dean, Karl Malden, Antony Quinn, Paul Newman, Warren Beatty y ont été formés) ; en outre, il réalise pour la Fox son premier long métrage, Le Lys de Brooklyn.

À partir de 1946 se succèdent ses mises en scène de théâtre les plus importantes : Kazan travaille à la fois sur le théâtre social d'Arthur Miller (All my Sons, en 1947 ; Mort d'un commis voyageur, en 1949) et sur le théâtre psychanalytique de Tennessee Williams (Un tramway nommé Désir, en 1947, La Chatte sur un toit brûlant, en 1955, Doux Oiseau de la jeunesse, en 1959), qui influera sur ses grands films. En 1960, il laisse à Lee Strasberg la direction de l'Actor's Studio. Sa dernière mise en scène date de 1964 (After the fall, de Miller).

Au cinéma, on compte peu d'œuvres marquantes dans cette première période : à l'exception du Maître de la prairie (1947), réalisé pour la M.G.M., tous ses films sont alors tournés à la Fox : Boomerang (1947), Le Mur invisible (1948), L'Héritage de la chair (1949). Ces films – réalisés en studio – se caractérisent par une mise en scène encore mal dégagée des habitudes du théâtre (abondance de plans arrêtés et de gros plans) et par un désir de traiter les « grands problèmes humains » (l'antisémitisme dans Le Mur invisible, le racisme dans L'Héritage de la chair). En 1950 sort Panique dans la rue, le premier film de Kazan qui soit réellement pensé pour le cinéma. Il s'agit d'un film noir tourné en décors naturels (auxquels, dès lors, Kazan ne renoncera jamais), utilisant des plans éloignés et des mouvements de caméra longs et complexes. En 1952, Kazan réalise Un tramway nommé Désir : cette adaptation de la pièce de Tennessee Williams est aussi le premier rôle important de Marlon Brando au cinéma. Les thèmes de Kazan sont déjà présents dans ce film : personnages complexes aux réactions imprévisibles (Kazan admire Dostoïevski), ambiguïté des rapports humains (rapports d'attirance et de répulsion mutuelles entre Stanley-Brando et Blanche-Vivien Leigh), problèmes sexuels, solitude, folie.

En 1952 se produit une rupture dans la vie de Kazan, faille qui rendra son œuvre postérieure riche et complexe. En plein maccarthisme, il donne à la Commission des activités antiaméricaines le nom de plusieurs artistes communistes. Ce geste, sans conséquence directe, puisque ces noms étaient déjà connus, revêt aux yeux de Kazan une valeur symbolique : c'est pour lui l'instant de la rupture avec son passé, avec la fidélité aveugle à son ancien parti. Longtemps mal interprétée, cette attitude est significative des déchirements et des ambivalences du cinéaste. Trois films importants datent de cette période : Viva Zapata (1952), Man on a Tightrope (inédit en France), et Sur les quais (1954). Viva Zapata et Sur les quais sont restés célèbres grâce aux saisissantes interprétations de Marlon Brando. On peut encore leur reprocher une thématique un peu lourde (dans Viva Zapata, l'impossibilité pour un chef d'État de rester fidèle aux idéaux révolutionnaires qui l'ont porté au pouvoir ; dans Sur les quais, la trahison par fidélité à soi-même), mais ils contiennent les premières grandes scènes lyriques de l'œuvre de Kazan : le retour du cheval blanc de Zapata, la mort de Zapata, ou la rencontre sur un toit, auprès d'un pigeonnier, entre le docker Terry Malloy (Marlon Brando) et celle qu'il aime (Eva Marie-Saint).

Sur les quais, E. Kazan

Photographie : Sur les quais, E. Kazan

Marlon Brando (à droite) dans une scène de Sur les quais (On the Waterfront, 1954), un film d'Elia Kazan récompensé par de nombreux oscars. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Sur les quais, E. Kazan

Sur les quais, E. Kazan
Crédits : Hulton Getty

photographie

Baby Doll, Elia Kazan

Baby Doll, Elia Kazan
Crédits : Warner Bros/ The Kobal Collection/ Picture Desk

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm, agrégé de lettres modernes, éditeur

Classification

Autres références

«  KAZAN ELIA (1909-2003)  » est également traité dans :

UN TRAMWAY NOMMÉ DÉSIR, film de Elia Kazan

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 907 mots

« Je voyais une femme assise sur une chaise, en train d'attendre vainement quelque chose, peut-être l'amour » : cette image fournit à Tennessee Williams le point de départ de l'écriture de sa pièce – il utilisa d'ailleurs comme titre de travail Blanche's Chair on the Moon (« la chaise de Blanche sur la Lune »). Kazan monte la p […] Lire la suite

ACTORS STUDIO

  • Écrit par 
  • Ivan MAGRIN-CHAGNOLLEAU
  •  • 1 430 mots
  •  • 1 média

L’Actors Studio a été fondé en 1947 par Elia Kazan, Cheryl Crawford, et Robert Lewis. Après les avoir rejoints en 1948, Lee Strasberg en est devenu le directeur artistique et la figure centrale jusqu’à sa mort, en 1982. Il s’agit au départ d’un laboratoire de comédiens, c’est-à-dire d’un lieu où les acteurs professionnels peuvent venir travailler sur des monologues ou des scènes, sans aucune press […] Lire la suite

BRANDO MARLON (1924-2004)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 659 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un élève de l'Actor's Studio »  : […] Le triomphe de la pièce Un tramway nommé Désir , en 1947, consacre l'avènement du dramaturge Tennessee Williams, confirme le metteur en scène Elia Kazan et fait de Marlon Brando une légende et un porte-drapeau : il y est à jamais Stanley Kowalski, brute épaisse étrangement séduisante en tee-shirt blanc couvert de sueur, qui trouble et terrorise à la fois la fragile et vieillissante Blanche Dubois […] Lire la suite

DEAN JAMES BYRON (1931-1955)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 398 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Vivre vite, mourir jeune et faire un beau cadavre » »  : […] Né en 1931, à Marion dans l'Indiana, au sein d'une famille modeste, ce fils unique est fortement marqué par la mort de sa mère qui survient alors qu'il est âgé de neuf ans. Séparé de son père, avec qui il ne s'entend pas, il est élevé par un oncle, dans une ferme du Midwest. Myope et de taille moyenne, il se bat pour s'imposer physiquement dans les épreuves athlétiques ; mais c'est la découverte d […] Lire la suite

MALDEN KARL (1912-2009)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 776 mots

Quoique de grande taille et mince, Karl Malden n'a jamais attiré l'attention par sa silhouette. En revanche, son visage, tête ronde aux cheveux clairsemés, percée de deux yeux ronds bleu clair mobiles et rieurs, est inoubliable à cause de la forme singulière de son nez, consécutive, nous dit son autobiographie, à une double fracture, advenue à l'époque où il pratiquait le basket-ball. Ce nez et ce […] Lire la suite

WILLIAMS TENNESSEE (1911-1983)

  • Écrit par 
  • Marie-Claire PASQUIER
  •  • 2 551 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un univers théâtral fondé sur le fantasme »  : […] De la vie de Tennessee Williams, ses Mémoires , publiés en 1975 pour des raisons ouvertement commerciales, ne nous livrent que l'écume. Drogue, drague, disputes défilent avec monotonie dans de fausses confidences « aplaties » par le magnétophone. Pas moyen d'apprendre là s'il y a correspondance entre l'homme et l'univers hanté, obsessionnel, brutal et chavirant qu'il a su créer. Il faut se tourner […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christophe MERCIER, « KAZAN ELIA - (1909-2003) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/elia-kazan/