DEAN JAMES BYRON (1931-1955)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fauchée en pleine gloire et en pleine jeunesse, dans un accident de voiture causé par l'excès de vitesse, la destinée de l'acteur américain James Dean est de celles qui frappent l'imagination et engendrent les mythes. Malgré leur diversité, les trois films dont il tient la vedette, dessinent le visage parfaitement cohérent d'une des plus fortes incarnations cinématographiques de la jeunesse.

La Fureur de vivre, N. Ray

La Fureur de vivre, N. Ray

Photographie

L'acteur mythique James Dean (1931-1955) et Corey Allen dans La Fureur de vivre de Nicholas Ray, le film de toute une génération (1955). 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

« Vivre vite, mourir jeune et faire un beau cadavre »

Né en 1931, à Marion dans l'Indiana, au sein d'une famille modeste, ce fils unique est fortement marqué par la mort de sa mère qui survient alors qu'il est âgé de neuf ans. Séparé de son père, avec qui il ne s'entend pas, il est élevé par un oncle, dans une ferme du Midwest. Myope et de taille moyenne, il se bat pour s'imposer physiquement dans les épreuves athlétiques ; mais c'est la découverte du théâtre qui sera déterminante. Il rejoint celui-ci en Californie et décide de s'inscrire, en plus des cours de droit auquel son père le destine, à ceux de la section d'art théâtral de l'université de Los Angeles (U.C.L.A.). Il suit, dès 1950, l'enseignement de l'acteur James Whitmore qui fut élève à l'Actors Studio d'où sortait Marlon Brando, qui avait fortement impressionné James Dean dans C'étaient des hommes (1950), de Fred Zinnemann. Il débute à l'écran dans Fixed Baionets (Baïonnette au canon, 1950), de Samuel Fuller, où il fait de la figuration (un cadavre). Mais Whitmore le persuade de tenter sa chance à New York. Il y suit très vite l'enseignement de l'Actors Studio et décroche quelques rôles au théâtre : d'abord dans Sea the Jaguar de Richard Nash, et dans The Immoralist de Ruth et Augustus Goetz, d'après le roman André Gide, où il fait réellement sensation dans le rôle du jeune bédouin qui séduit Louis Jourdan.

Elia Kazan le remarque et l'engage pour tourner so [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : historien du cinéma, maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, rédacteur à la revue Positif

Classification


Autres références

«  DEAN JAMES BYRON (1931-1955)  » est également traité dans :

KAZAN ELIA (1909-2003)

  • Écrit par 
  • Christophe MERCIER
  •  • 2 795 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « « Tout le monde a ses raisons » »  : […] À partir de Viva Zapata , Kazan, désormais maître de son écriture cinématographique, peut utiliser la caméra à son gré. La période, douloureuse pour lui, des années 1952-1954, l'a délivré de tout manichéisme : il sait désormais que – selon les leçons de J. Renoir et de La Règle du jeu , qu'il admirait fort – « tout le monde a ses raisons », et que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elia-kazan/#i_4719

STARS ET VEDETTES

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 600 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le rapport du public aux étoiles »  : […] Le parlant (1930) avait préparé une certaine démocratisation de l'image de la vedette ; la star suivra le mouvement peu après. La libéralisation des mœurs, malgré sa lenteur, contribue à cette familiarité croissante : « Après 1930, la star peut être mère, et bonne mère » (Edgar Morin). Ajoutons que, malgré les censures, aux types archaïques de la v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stars-et-vedettes/#i_4719

STOCK DENNIS (1928-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 334 mots

Photographe américain. Né le 24 juillet 1928 dans le quartier new-yorkais du Bronx, Dennis Stock constitue un portfolio impressionnant, Jazz Street (1960), qui comporte des portraits de grands noms du jazz tels que Duke Ellington, Louis Armstrong et Billie Holiday. Il demeure cependant surtout célèbre pour un cliché paru en 1955 dans le magazine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dennis-stock/#i_4719

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian VIVIANI, « DEAN JAMES BYRON - (1931-1955) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-byron-dean/