WILLIAMS TENNESSEE (1911-1983)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tennessee Williams est, avec Arthur Miller, l'une des deux figures qui émergent le plus nettement du théâtre américain contemporain. Ils prennent tous deux la relève d'Eugene O'Neill, assurent le pont entre la génération des années 1930 (Clifford Odets, Maxwell Anderson, Elmer Rice, Thornton Wilder) et celle de l'après-guerre. Tous deux ont un répertoire qui continue à faire les beaux jours des scènes américaines. Ils ont reçu la consécration internationale d'une vaste orchestration cinématographique de leurs œuvres, et bénéficié du talent du metteur en scène Elia Kazan. Mais on n'associe leurs noms que pour mieux les opposer. En face de Miller le marxiste, le dénonciateur et la victime du maccarthysme, l'homme du présent et de l'action militante, Tennessee Williams est présenté comme le freudien, l'homme de la nostalgie et du rêve, qui s'adresse à l'imaginaire collectif par le biais des images et des mythes. On oppose aussi l'homme du Nord à l'homme du Sud, on va jusqu'à dire le Scandinave et le Méditerranéen. Voilà qui indique en tout cas une polarité, même s'il y a là une simplification excessive. Peut-être Tennessee Williams mérite-t-il le titre de « Méditerranéen » en raison de sa prédilection pour l'Italie, une Italie terre des grands mythes, mais aussi une Italie sensuelle, capiteuse, telle que peut se la représenter un Américain élevé dans le puritanisme. Car les polarités, les oppositions, nous les trouvons à l'intérieur même de la personnalité de Williams, et de sa réputation. Comment se fait-il, en particulier, qu'il continue d'exercer, aujourd'hui encore, une si forte fascination, alors qu'il a pratiqué une forme de théâtre qu'on peut estimer dépassée, voire conventionnelle, en regard des expérimentations new-yorkaises des années 1960 ? Ne peut-on pas dire que cet homme de théâtre a dû en partie sa chance à tous les merveilleux interprètes de cinéma qui ont su donner une présence, un poids d'évidence, une force poétique à un univers qui aurait pu, sinon, paraître artificiel ou naïf, ou trop lourdement chargé de symboles ? Parmi les pièces, ou les films, qui auront le plus certainement assuré son succès, citons Un tramway nommé Désir (A Streetcar Named Desire), qui mettait aux prises Vivien Leigh dans le rôle de Blanche Dubois et Marlon Brando dans celui de Stanley Kowalski son beau-frère ; La Rose tatouée (The Rose Tatoo), où, face à Burt Lancaster, Anna Magnani était une Sicilienne plus vraie que nature ; Baby Doll, écrit directement pour le cinéma, et qui rendit célèbre Carroll Baker dans un rôle de femme-enfant ; La Chatte sur un toit brûlant (Cat on a Hot Tin Roof), qui opposait Elizabeth Taylor à Paul Newman dans une riche plantation du Mississippi ; Soudain l'été dernier (Suddenly Last Summer), où Katherine Hepburn était une sublime mère abusive ; enfin La Nuit de l'iguane (The Night of the Iguana), inséparable dans nos mémoires de la présence troublante d'Ava Gardner et de Richard Burton.

Tennessee Williams en 1970

Photographie : Tennessee Williams en 1970

Souvent adapté au cinéma, l'auteur dramatique américain Tennessee Williams (1914-1983) fut révélé en 1947 avec sa pièce Un tramway nommé Désir (A streetcar named Desire). Sa carrière fut jalonnée de succès grâce à des pièces caractérisées par un style cynique et pessimiste où... 

Crédits : Evening Standard/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Le monde de Tennessee Williams, ce sont avant tout ces hommes et ces femmes qui, au-delà ou en deçà de la psychologie traditionnelle, se désirent et se haïssent, parfois sans le savoir, toujours sans le vouloir, et s'entre-déchirent dans une atmosphère élégante et tragique où, sous le raffinement, rôde la sauvagerie. Ce sont ces costumes blanc immaculé et ces corps qui transpirent, les glaçons qui tintent et l'alcoolisme qui opère ses ravages. Ce sont ces personnages simplifiés comme le sont les héros des westerns et ceux des grandes tragédies, ces figures inséparables d'un décor qui les cerne et qui est comme le signe de leur destin. C'est un climat d'oppression quasi atmosphérique, un climat lourd d'avant l'orage, où les odeurs entêtantes s'entremêlent avec les cris stridents des oiseaux de proie ou des enfants des hommes, rappelant que le monde est une jungle. Ce sont les musiques nostalgiques, airs de jazz et vieux pianos qu'on entend dans le lointain.

Un univers théâtral fondé sur le fantasme

De la vie de Tennessee Williams, ses Mémoires, publiés en 1975 pour des raisons ouvertement commerciales, ne nous livrent que l'écume. Drogue, drague, disputes défilent avec monotonie dans de fausses confidences « aplaties » par le magnétophone. Pas moyen d'apprendre là s'il y a correspondance entre l'homme et l'univers hanté, obsessionnel, brut [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Tennessee Williams en 1970

Tennessee Williams en 1970
Crédits : Evening Standard/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Elizabeth Taylor et Montgomery Clift

Elizabeth Taylor et Montgomery Clift
Crédits : 1960 Columbia Pictures Corporation/ Collection privée

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  WILLIAMS TENNESSEE (1911-1983)  » est également traité dans :

LA CHATTE SUR UN TOIT BRÛLANT, Tennessee Williams - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 773 mots
  •  • 1 média

La Chatte sur un toit brûlant ( Cat on a hot tin roof , 1955), comme grand nombre d'œuvres de Tennessee Williams (1911-1983), doit sa renommée au cinéma plus encore qu'au théâtre, grâce notamment à la qualité des interprètes (Elizabeth Taylor et Paul Newman, dans une réalisation de Richard Brooks de 1958) qui donnèrent vie à l'écran aux personnages centraux du drame original. Mais faire retour a […] Lire la suite

JOHANSSON SCARLETT (1984- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 893 mots

Son physique de pin-up et l’étendue de sa palette dramatique ont permis à l’actrice et chanteuse américaine Scarlett Johansson d’obtenir un grand succès auprès du public dans des genres aussi divers que le film en costumes, le thriller ou le film d’action et d’aventures. Fille d’un architecte et d’une productrice, née le 22 novembre 1984 à New York, elle grandit dans cette ville. Elle et son frèr […] Lire la suite

PAGE GERALDINE (1924-1987)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 591 mots

Actrice américaine aux multiples talents remarquée pour ses interprétations des héroïnes de Tennessee Williams, née le 22 novembre 1924 à Kirksville, dans le Missouri, morte le 13 juin 1987 à New York. Geraldine Sue Page aspire à devenir pianiste ou plasticienne, mais à dix-sept ans elle apparaît dans sa première production théâtrale amateur et, à partir de ce jour, ne cessera jamais de vouloir […] Lire la suite

UN TRAMWAY NOMMÉ DÉSIR, film de Elia Kazan

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 907 mots

« Je voyais une femme assise sur une chaise, en train d'attendre vainement quelque chose, peut-être l'amour » : cette image fournit à Tennessee Williams le point de départ de l'écriture de sa pièce – il utilisa d'ailleurs comme titre de travail Blanche's Chair on the Moon (« la chaise de Blanche sur la Lune »). Kazan monte la pièce en 1947 à Broadway avec deux des futurs interprètes de la version […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Claire PASQUIER, « WILLIAMS TENNESSEE - (1911-1983) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tennessee-williams/