Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MÖSSBAUER EFFET

Rudolf Mössbauer - crédits : Rudolf Dietrich/ ullstein bild/ Getty Images

Rudolf Mössbauer

Le phénomène d'émission et d'absorption de photons gamma par des noyaux atomiques sans perte d'énergie due au recul de ces noyaux ni perte de résolution due à leur agitation thermique fut découvert et expliqué par le physicien allemand Rudolf L. Mössbauer en 1957-1958, ce qui lui valut le prix Nobel de physique en 1961. Ce phénomène de fluorescence résonnante sans recul des noyaux, universellement connu sous le nom d'« effet Mössbauer », concerne des rayonnements gamma de faible énergie émis et absorbés par des noyaux appartenant à des corps solides. Du fait de leur caractère monochromatique et de leur très grande finesse spectrale, ces rayonnements ont donné naissance à une spectrométrie de grande résolution, utilisée principalement en physique et chimie des solides, mais aussi dans de nombreuses disciplines telles que métallurgie, minéralogie et géophysique, biophysique, archéologie, etc.

L'origine physique de l'effet Mössbauer

Spectres d'émission et d'absorption - crédits : Encyclopædia Universalis France

Spectres d'émission et d'absorption

Lorsqu'un noyau libre émet par désexcitation un photon gamma, il acquiert une énergie cinétique de recul ER = E02 / 2 mc2, E0 étant l'énergie de la transition nucléaire considérée, m la masse du noyau et c la vitesse de la lumière. D'après le principe de conservation de l'énergie, l'énergie Eγ du photon gamma émis est égale à la différence E0 − ER. Si le noyau appartient à un cristal, l'énergie de recul sert à réchauffer celui-ci, c'est-à-dire à augmenter l'énergie des vibrations du réseau cristallin. Toutefois, ce transfert d'énergie au cristal est nécessairement quantifié et ne peut s'effectuer que par création d'un nombre entier de quanta d'énergie de vibrations cristallines, ou phonons. En fait, lors de la désexcitation d'un grand nombre de noyaux identiques, les processus d'émission gamma accompagnés de création de zéro, d'un ou de plusieurs phonons coexistent, avec des probabilités différentes, et ce n'est qu'en moyenne que l'énergie de recul fournie au réseau cristallin est égale à l'énergie de recul ER du noyau libre. La « raie Mössbauer » correspond, dans le spectre d'émission gamma de cet ensemble de noyaux, aux processus à zéro phonon, c'est-à-dire à ceux qui ne mettent en jeu aucun échange d'énergie avec le cristal. C'est pourquoi le rayonnement gamma Mössbauer possède exactement l'énergie E0 de la transition nucléaire. La largeur de la raie Mössbauer est donc égale à l'incertitude naturelle sur la valeur de E0, qui est elle-même celle du niveau excité du noyau (généralement inférieure à 10−7 eV). Au contraire, les processus d'émission avec transfert d'énergie au cristal donnent dans le spectre d'émission gamma une raie d'énergie plus faible que E0 et environ un million de fois plus étalée que la raie Mössbauer, puisque sa largeur est comparable à l'énergie des phonons (environ 10−1 eV). Pour des raisons similaires, le spectre d'absorption gamma par des noyaux du même isotope, également représenté sur la figure, comporte lui aussi une raie Mössbauer très fine d'énergie E0 et une raie diffuse décalée par rapport à E0, mais en sens opposé à celui observé à l'émission. On voit qu'il est donc possible, grâce aux raies Mössbauer, qui ont la même énergie E0 à l'émission et à l'absorption, d'exciter de façon résonnante des noyaux absorbeurs, en les irradiant par le rayonnement gamma provenant de la désexcitation de noyaux du même isotope au sein d'une source appropriée.

Pour mieux comprendre la nature de l'effet Mössbauer, il est utile de répondre à deux questions. Le principe de conservation de la quantité de mouvement implique le recul de tout système émetteur. Or, dans un processus d'émission Mössbauer,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ingénieur au Centre d'études nucléaires de Saclay

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Rudolf Mössbauer - crédits : Rudolf Dietrich/ ullstein bild/ Getty Images

Rudolf Mössbauer

Spectres d'émission et d'absorption - crédits : Encyclopædia Universalis France

Spectres d'émission et d'absorption

Spectre d'absorption - crédits : Encyclopædia Universalis France

Spectre d'absorption

Autres références

  • LAMB WILLIS EUGENE (1913-2008)

    • Écrit par Bernard PIRE
    • 771 mots

    Le physicien américain Willis Eugene Lamb Jr, prix Nobel en 1955, est décédé le 15 mai 2008 à Tucson (Arizona). Fils d'un technicien en téléphonie, il naît le 12 juillet 1913 à Los Angeles en Californie. Il effectue toutes ses études supérieures à l'université de Berkeley et y soutient sa thèse en...

  • MÖSSBAUER RUDOLF (1929-2011)

    • Écrit par Bernard PIRE
    • 378 mots
    • 1 média

    Né le 31 janvier 1929 à Munich (Allemagne), Rudolf Ludwing Mössbauer fit ses études à l'Université technique de Munich puis à l'Institut Max-Planck de recherches médicales à Heidelberg. Il étudia à partir de 1953 l'absorption des rayons γ par la matière et soutint sa thèse sur les phénomènes...

  • SPECTROSCOPIE

    • Écrit par Michel de SAINT SIMON
    • 5 069 mots
    • 10 médias
    La spectroscopie Mössbauer résulte de l'absorption extrêmement sélective des photons produits par un noyau radioactif inclus dans le réseau cristallin et réabsorbé par un autre noyau de même nature. L'absorption est très sensible à l'environnement électromagnétique du noyau, à la nature de la liaison...

Voir aussi