ÉDUCATIONL'histoire de l'éducation

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À partir de la fin du xviiie siècle, au sein des sociétés européennes en évolution, l'éducation allait se manifester à la fois comme un enjeu social, comme une composante de la croissance économique, comme une organisation nationale, comme une idée régulatrice et un projet de gouvernement. Il était dès lors prévisible que le propos sur l'éducation en vînt à s'inscrire dans une histoire.

L'ère de l'édification de l'école

Sans doute est-ce l'une des marques générales du xixe siècle commençant que d'être le temps de la connaissance historique, le temps des « considérations ». L'histoire-discours, avec Guizot, fait le pendant de la philosophie de l'histoire hégélienne. Et Michelet immortalisera la mission du « ressusciteur », où l'art et l'âme du narrateur débordent la technique de l'archiviste pour assurer l'histoire en sa fonction d'institutrice du peuple.

Or voilà bien quel est l'enjeu de l'éducation pour la modernité : l'institution du peuple. Le xixe siècle verra se constituer progressivement en des corps professionnels laïques les agents de cette institution-là, ceux que, justement, depuis le « projet » de Condorcet (1792), on appelle les instituteurs. Et l'éducation, parce qu'elle est histoire en train de se faire, prend place au cœur du récit que l'époque moderne va confectionner sur elle-même et sur ses antécédents : prendre en considération l'éducation pour elle-même, ce serait, en quelque sorte, tenir l'un des « fins mots » de l'histoire.

Une certaine « histoire de l'éducation » est ainsi strictement contemporaine de l'édification de l'école républicaine, laïque, démocratique et libérale. Elle a partie liée avec le projet. Elle avalise la perception progressiste du déroulement de l'histoire humaine : les lumières et la Révolution de 1789 constituent bien le temps d'une nouvelle naissance de l'humanité sous le signe de l'éducateur. Certes, on souligne le rôle précurseur de la Renaissance et de la Réforme du xvie siècle. Mais c'est le xixe qui se voit crédité des critères réputés définitifs au regard desquels on va mesurer le sens de toute cette histoire : l'abaissement des absolutismes, ecclésiastiques ou césariens, la montée de la démocratie, l'avènement bienfaisant de la science et de l'industrie, la prise en compte d'une connaissance plus scientifique du phénomène humain et particulièrement de l'enfance, elle-même articulée comme naturellement avec une morale de l'autonomie individuelle.

Les menaces qui pèsent sur cette nouvelle « donne » ne peuvent entamer le bien-fondé de l'idée qui s'incarne là et dont l'histoire est appelée à rendre témoignage. C'est ainsi l'énormité même du présent, comme bouleversement à constater et à comprendre, mais aussi comme tâche à promouvoir, qui imposait qu'un nouveau type de passé se constituât. Ce passé de l'éducation serait l'objet indissocié de l'inventaire et du récit, c'est-à-dire de la science moderne et du mythe de la modernité. C'est dans l'entrelacs même du récit que s'effectuerait l'inventaire. La fonction de ce passé serait double. Il aurait d'abord à servir de caution pour la légitimité des choix contemporains : l'histoire de l'éducation serait alors quête et célébration des précurseurs. Mais ce passé aurait tout autant à constituer le « repoussoir » contre lequel la modernité s'identifierait dans sa différence et son progrès : l'histoire de l'éducation serait alors désignation et exécration des devanciers.

Le débat pédagogique, en définitive, impose à l'histoire ses urgences, et d'abord celle de convaincre. Certes, on trouvera, en cent cinquante ans de recherches sur l'éducation, de nombreux articles ou ouvrages proprement historiques. Mais ce ne sont pas ces travaux qui écriront l'histoire, celle où s'entretient le récit. Bien plus nombreux seront les ouvrages et articles dont l'inventaire historique n'est pas l'objet premier mais où la référence historique est appelée à jouer son rôle d'étayage. Le long et minutieux mémoire d'Octave Gréard sur L'Esprit de discipline dans l'éducation (1883), pour ne prendre qu'un seul exemple, illustre bien ce type de recours au passé. C'est un recours subalterne : historia, ancilla pædagogiæ. Le « doux Gerson », le « bon Rollin », Montaigne, Rabelais, Voltaire, Rousseau sont ainsi convoqués pour témoigner de la raisonnable libéralité des mœurs éducatives dans la France républicaine.

Rien d'étonnant à ce que l' [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉDUCATION  » est également traité dans :

ÉDUCATION - Philosophie de l'éducation

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 2 340 mots
  •  • 1 média

Dans le dernier quart du xxe siècle, la pensée de l'éducation prend position en fonction d'une triple référence : l'histoire ancienne et moderne des rapports entre éducation et philosophie dans la culture occidentale ; la remise en question théorique et pratique de l'huma […] Lire la suite

ÉDUCATION - Types et fins de l'éducation

  • Écrit par 
  • Viviane ISAMBERT-JAMATI
  •  • 3 810 mots

Prise dans la perspective que l'on va adopter, l'éducation est au fondement même de toute société. On traitera ici, non pas de n'importe quel processus de développement et de perfectionnement des individus sous l'action d'autrui, mais seulement de ce processus lorsqu'il met en jeu des adultes à titre d'éducateurs et des êtres non encore adultes à titre d'édu […] Lire la suite

ÉDUCATION - Sociologie de l'éducation

  • Écrit par 
  • François DUBET
  •  • 4 093 mots
  •  • 2 médias

On considère généralement qu'Émile Durkheim est le fondateur de la sociologie française de l'éducation parce qu'il affirmait que l'école a pour finalité de produire des individus socialisés, à travers une « éducation morale » visant à former des acteurs adaptés à des conditions sociales données, et des individus autonomes, des citoyens capables de s'élever vers la culture de la « grande société ». […] Lire la suite

ÉDUCATION - Économie de l'éducation

  • Écrit par 
  • François LECLERCQ
  •  • 3 976 mots

L'approche économique contemporaine de l'éducation s'est développée à partir de la fin des années 1950 avec les travaux de Theodore Schultz (Prix Nobel 1979, Gary Becker (Prix Nobel 1992) et Jacob Mincer qui ont fondé la théorie du capital humain. Selon cette théorie, les compétences acquises dans le système d'enseignement (école, collège, lycée, […] Lire la suite

ÉDUCATION - Les systèmes scolaires des pays développés

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JALLADE
  •  • 4 767 mots

Les systèmes éducatifs complexes des pays développés sont le fruit de traditions culturelles, politiques, économiques et administratives très contrastées. Ils sont à la fois déterminés par ces héritages et porteurs de changements, les politiques éducatives des gouvernements arbitrant sans cesse entre conservation et adaptation. Il en résulte une très grande diversité de structures et de pratiques […] Lire la suite

ÉDUCATION - Les nouvelles technologies au service de l'éducation

  • Écrit par 
  • Gilles BRAUN
  •  • 4 706 mots
  •  • 1 média

En modifiant profondément le rapport à la mémoire, au traitement et au transport des données textuelles, sonores ou iconographiques, les nouvelles technologies de l'information et de la communication (N.T.I.C.) influent directement sur les deux missions fondamentales de l'école que sont la transmission du savoir et la socialisation des jeunes. Plus de trente […] Lire la suite

ÉDUCATION - L'accès à l'éducation dans le monde

  • Écrit par 
  • François ORIVEL
  •  • 5 758 mots
  •  • 13 médias

L'idée d'éducation pour tous n'est pas nouvelle. Plusieurs pays européens se sont donné cet objectif dès le xixe siècle. Un certain nombre, dont la France, l'ont réalisé avant 1900. Par la suite, il fut inscrit dans la Déclaration des droits de l'homme adoptée par la communauté internationale après la […] Lire la suite

ÉDUCATION / INSTRUCTION, notion d'

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 1 300 mots

On pourrait penser, dans un premier temps, que les rapports entre « éduquer » et « instruire » sont simples à établir. Si l'on se réfère à la définition qu'Emmanuel Kant donne de l'éducation, à la fin du xviiie siècle, l'instruction apparaît, à côté « des soins, de la discipline et de la formation [ […] Lire la suite

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'échec du state building »  : […] Pendant une décennie, la rhétorique de la coalition occidentale et des organisations internationales est dominée par l'annonce des progrès à venir de l'État afghan. Pourtant, le régime mis en place après l'invasion de septembre 2001 ne parvient pas au niveau de contrôle territorial qu'avaient atteint les Talibans avant leur chute. Dans le domaine de la justice par exemple, la population rurale n'a […] Lire la suite

ALPHABÉTISATION

  • Écrit par 
  • Béatrice FRAENKEL, 
  • Léon GANI, 
  • Aïssatou MBODJ
  •  • 8 905 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'alphabétisation de longue durée »  : […] Lire et écrire ont longtemps été des savoir-faire réservés à des professionnels. Les premières civilisations de l'écrit, celles de la Mésopotamie, de l'Égypte ou de la Chine, confient à une caste puissante de scribes le soin de l'élaboration, tant matérielle qu'intellectuelle, des documents écrits. L'Antiquité gréco-romaine, qui voit l'expansion de l'écriture alphabétique, va imposer une nouvelle […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

16 octobre - 2 novembre 2020 France. Assassinat du professeur d'histoire Samuel Paty.

Au cours des jours précédents, Samuel Paty avait été pris à partie par un parent d’élève, après avoir montré des caricatures de Mahomet dans le cadre d’un cours d’éducation civique consacré à la liberté d’expression. Cette mise en cause avait été largement relayée sur les réseaux sociaux. Le parent d’élève avait déposé plainte pour « diffusion d’images pornographiques » et Samuel Paty avait fait de même, pour « diffamation publique ». […] Lire la suite

12-13 octobre 2017 États-Unis – Israël. Retrait des États-Unis et d'Israël de l'UNESCO.

Le 12, les États-Unis annoncent leur retrait, qui sera effectif à la fin de 2018, de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO). Ils évoquent « l’accumulation des arriérés de l’UNESCO, la nécessité d’une réforme en profondeur de l’organisation et ses partis pris anti-israéliens persistants ». Les États-Unis s’étaient déjà retirés de l’UNESCO entre 1984 et 2003. […] Lire la suite

4-23 avril 2006 Israël – Autorité palestinienne. Suspension des aides européenne et américaine au gouvernement palestinien

Les travaillistes obtiennent la Défense, qui échoit à leur chef, Amir Péretz, ainsi que l'Éducation. C'est la première fois dans l'histoire d'Israël que les postes de Premier ministre et de ministre de la Défense sont occupés par des hommes sans passé militaire. Les deux partis s'accordent sur le « plan de convergence » pour la Cisjordanie, qui prévoit le démantèlement de dizaines de petites implantations et le regroupement de leurs habitants dans de grands blocs de colonies destinés à être annexés par Israël. […] Lire la suite

5-23 avril 2005 Japon – Chine. Tensions liées à la version révisée de l'histoire dans les manuels scolaires japonais

Le 5, le ministère japonais de l'Éducation approuve les nouveaux manuels scolaires destinés aux lycéens, qui n'emploient pas le terme « invasion » pour évoquer la guerre d'expansion menée par le Japon en Asie dans les années 1930, et qualifient d'« incident » le massacre de Nankin qui a fait trois cent mille victimes chinoises en 1937. Cette version révisée de l'histoire continue d'attirer les critiques de Pékin et de Séoul. […] Lire la suite

17 avril 2000 France. Rapport final sur la spoliation des juifs

Le rapport Mattéoli préconise que ces fonds en déshérence soient versés à une Fondation pour la mémoire des victimes de la Shoah chargée d'« une mission d'histoire, d'éducation et de solidarité ».  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Daniel HAMELINE, « ÉDUCATION - L'histoire de l'éducation », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/education-l-histoire-de-l-education/