MÉTHODIQUE ÉCOLE, histoire

Longtemps qualifiée à tort de positiviste, l'école méthodique représente le courant dominant de l'historiographie universitaire française, en voie de professionnalisation, depuis les débuts de la IIIe République (1870) jusqu'à sa remise en cause par l'école des Annales dans l'entre-deux-guerres.

L'école méthodique se caractérise par sa démarche qui identifie l'histoire comme science en posant l'équivalence de la critique et de la méthode expérimentale. Elle se définit également par ses objets d'élection : les événements singuliers, la valeur explicative de la chronologie et la politique. Enfin, elle peut se percevoir comme un savoir instrumentalisé au service de l'enseignement patriotique et républicain.

Naissance d'une historiographie et naissance d'un régime, la République

En dépit de la reconstruction de l'érudition critique après la dispersion, sous la Révolution, des ordres monastiques (Bénédictins de Saint-Maur), les institutions savantes, comme l'Académie des inscriptions et belles-lettres, le Comité des travaux historiques et scientifiques, l'École des chartes, n'en demeurent pas moins distantes de l'histoire narrative qu'Augustin Thierry prônait sous la Restauration. Comme le déplorait Gabriel Monod, l'un des maîtres de l'école méthodique, la tradition littéraire de l'École normale supérieure et le savoir érudit de l'École des chartes continuaient à s'ignorer. Malgré sa fréquentation intensive des archives, Jules Michelet proclame la supériorité du récit sans renvois qui le dépareraient et revendique l'existence d'une relation étroite entre son écriture de l'histoire et sa vie d'homme et de citoyen. Cette historiographie dite « romantique » n'ignore pas les sources, mais elle néglige la tradition érudite qui les authentifie et les fait parler avec prudence.

En 1866, la nouvelle Revue des questions historiques ne risque guère de satisfaire tous ceux qui veulent que l'histoire soit une science puisque ses animateurs, souvent chartistes, se font les chantres d [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur des Universités en histoire contemporaine, Institut d'études politiques, université de Lille-II

Classification


Autres références

«  MÉTHODIQUE ÉCOLE, histoire  » est également traité dans :

APOGÉE ET DÉCADENCE

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 647 mots

L'historiographie méthodique aurait dû discréditer un tel usage, mais les événements historiques du début du xxe siècle le réactivent. Après l'essai d'Oswald Spengler, Le Déclin de l'Occident (1919), les lendemains de la Première Guerre mondiale font la fortune de cette lecture de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apogee-et-decadence/#i_41468

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Courants et écoles historiques

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 6 859 mots

Dans le chapitre « L'école méthodique »  : […] L'« école méthodique » a été une sorte d'équivalent « historiste » en France : ici aussi, en partie inspirée du modèle allemand, l'histoire s'affirma dans la convergence des disciplines de l'érudition et de la critique des sources. Pays centralisé avant l'Allemagne, la France s'est dotée tôt d'un lieu de formation national des archivistes, l'École […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-histoire-et-historiens-courants-et-ecoles-historiques/#i_41468

HISTOIRE (Histoire et historiens) - L'écriture de l'histoire

  • Écrit par 
  • Christian DELACROIX
  •  • 4 391 mots

Dans le chapitre « Les historiographies positivistes »  : […] cette manière de « ne pas prendre au sérieux » la question de l'écriture de l'histoire. En France, les historiens « méthodiques » Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos considèrent que l'histoire est restée un genre littéraire jusque vers 1850. Contre la « préoccupation de l'effet » ou le désir de « faire œuvre d'artiste », ils […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-histoire-et-historiens-l-ecriture-de-l-histoire/#i_41468

TEMPS PRÉSENT, notion de

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 1 374 mots

Dans le chapitre « Une histoire très ancienne et longtemps proscrite »  : […] ajoutent le manque d'exhaustivité de l'information et la subjectivité, fruit du manque de distance. Pourtant, les historiens méthodiques violent parfois sans vergogne leurs propres principes : le dernier volume de l'Histoire de la France contemporaine paru en 1920, sous la direction de Seignobos, se clôt par la Grande Guerre. En vérité, il faut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/temps-present-notion-de/#i_41468

Voir aussi

Pour citer l’article

Olivier LÉVY-DUMOULIN, « MÉTHODIQUE ÉCOLE, histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-methodique-histoire/