MÉTHODIQUE ÉCOLE, histoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La diffusion de l'histoire méthodique jusqu'au cœur de la nation républicaine

Le triomphe de la première lecture résulte essentiellement de l'efficacité de l'école méthodique à tous les niveaux de la recherche et de l'enseignement, avant même que Langlois et Seignobos ne la résument. Ce succès est d'abord le fruit de la Revue historique, fondée en 1876 par Gabriel Monod, sur le modèle de l'Historische Zeitschrift allemande (1859). Selon les vœux de son fondateur, la revue effectue une véritable discrimination entre les œuvres historiques selon leur qualité. Ses comptes rendus d'ouvrages, distinguant le bon grain de l'ivraie, délimitent progressivement les critères d'une histoire scientifique. Autour de la Revue historique se constitue un véritable réseau de collaborateurs. Des revues savantes plus spécialisées telles que Le Moyen Âge (1881), la Revue d'histoire moderne et contemporaine (1899) sont publiées, et une sociabilité au sein d'institutions savantes (Société d'histoire moderne et contemporaine, 1901) se développe.

Ce réseau universitaire bénéficie de la place privilégiée que la République accorde à l'histoire dans les réformes successives du système d'enseignement. À la fois conséquence et cause du phénomène, les historiens méthodiques occupent des positions clés dans le dispositif de réforme : par exemple, Charles Seignobos est l'inspirateur des programmes scolaires de la réforme de 1902, Ernest Lavisse se trouve à la tête de la direction de l'enseignement supérieur et fait de l'agrégation d'histoire le modèle des autres agrégations. Parmi tous les enseignements des facultés des lettres, l'histoire bénéficie de créations de chaires plus nombreuses et autorise des carrières d'enseignement supérieur plus rapides. De plus, l'empire de la méthode historique semble s'étendre à toutes les disciplines littéraires.

Cet imperium historique tient autant à la mission nationale dont sont investis les historiens méthodiques qu'à leur statut scientifique. Ernest Lavisse résume ainsi son dogme en la matière en 1880 : « ... l'e [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : professeur des Universités en histoire contemporaine, Institut d'études politiques, université de Lille-II

Classification


Autres références

«  MÉTHODIQUE ÉCOLE, histoire  » est également traité dans :

APOGÉE ET DÉCADENCE

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 647 mots

Apogée et décadence, les deux notions s'associent pour signifier l'accomplissement puis la déchéance d'une institution, d'une nation, d'un empire ou d'une civilisation. L'histoire savante a souvent discuté le bien-fondé de ces notions, appuyées sur des jugements de valeur. Les grandes périodisations cycliques de l'histoire, le mythe de l'âge d'or chez les Grecs ou la chute des dynasties dans la C […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 1 097 mots

L 'histoire comme justification de la politique, comme caution de la mémoire des groupes, l'histoire redécouverte par les autres sciences humaines et sociales sont autant de signes qui témoignent de l'actualité du travail des héritiers d'Hérodote. Les articles qui suivent entendent montrer l'état de la discipline aujourd'hui. À l'heure du règne de l'expertise et de l'interdisciplinarité, il import […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Courants et écoles historiques

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 6 859 mots

Dans le chapitre « L'école méthodique »  : […] L' « école méthodique » a été une sorte d'équivalent « historiste » en France : ici aussi, en partie inspirée du modèle allemand, l'histoire s'affirma dans la convergence des disciplines de l'érudition et de la critique des sources. Pays centralisé avant l'Allemagne, la France s'est dotée tôt d'un lieu de formation national des archivistes, l'École des Chartes (1821 et 1824), et d'institutions pa […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - L'écriture de l'histoire

  • Écrit par 
  • Christian DELACROIX
  •  • 4 391 mots

Dans le chapitre « Les historiographies positivistes »  : […] En rupture avec le lien qu'avait établi l'historiographie antique avec la rhétorique, les historiens qui, au xix e  siècle, ont engagé le processus de professionnalisation et de scientifisation de l'histoire ont traité la question de l'écriture de l'histoire comme une question extérieure au travail spécifique de l'historien, dans la perspective de séparer nettement histoire et littérature. L'écri […] Lire la suite

TEMPS PRÉSENT, notion de

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 1 374 mots

Dans le chapitre « Une histoire très ancienne et longtemps proscrite »  : […] En Occident, l'histoire du temps présent est très ancienne. Au v e  siècle avant J.-C., Hérodote rend compte de faits très proches de lui, et son enquête repose sur ce qu'il a vu de ses propres yeux. Thucydide écrit au présent puisque, dans le cours même de l'événement, il conçoit le premier la guerre du Péloponnèse comme un tout. Les chroniqueurs médiévaux ou Jules Michelet avec Le Peuple (1846) […] Lire la suite

Pour citer l’article

Olivier LÉVY-DUMOULIN, « MÉTHODIQUE ÉCOLE, histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-methodique-histoire/