SEIGNOBOS CHARLES (1854-1942)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né dans une famille protestante, Charles Seignobos est le fils d'un homme politique, Charles-André Seignobos, qui fut à plusieurs reprises député républicain de l'Ardèche. Le jeune Charles, après des études secondaires, entre à l'École normale supérieure ; agrégé d'histoire, il accomplit, en Allemagne, un voyage d'études de 1877 à 1879. Il enseigne ensuite, de 1879 à 1883, à la faculté des lettres de Dijon. Reçu docteur ès lettres en avril 1882 avec une thèse d'histoire médiévale sur le régime féodal en Bourgogne, il ouvre à la Sorbonne un cours libre en novembre 1883.

Seignobos devient, en 1898, le suppléant de Lavisse en histoire moderne et maître de conférences de pédagogie. Chargé d'un cours d'histoire générale en 1904, il est nommé professeur adjoint en décembre de la même année. Professeur de méthode historique en 1907, il obtient une chaire d'histoire politique des Temps modernes en novembre 1921.

On lui doit des ouvrages importants : Histoire de la civilisation (1884-1886), Introduction aux études historiques (en collaboration avec Charles-Victor Langlois) et surtout une Histoire politique de l'Europe contemporaine (1897). Il est avant tout connu comme l'auteur d'une série de manuels d'histoire pour l'enseignement secondaire ; il contribue à la publication de l'Histoire de France dirigée par Ernest Lavisse, pour la période 1848-1914. Pacifiste convaincu (il ne croit pas à l'imminence de la guerre à la veille de 1914) et dreyfusard ardent en 1899 (et comme tel, critiqué avec passion par la droite nationaliste), il ne tenta cependant pas de jouer un rôle politique direct comme le fit son collègue à la Sorbonne, Alphonse Aulard.

Il s'impose surtout, entre 1897 et 1921, comme le maître à penser de toute une génération d'historiens, dans les perspectives ouvertes avant lui par la réflexion positiviste (notamment par Hippolyte Taine et Fustel de Coulanges). Définissant avec une rigueur exemplaire les lois d'une critique historiqu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SEIGNOBOS CHARLES (1854-1942)  » est également traité dans :

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Courants et écoles historiques

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 6 859 mots

Dans le chapitre « L'école méthodique »  : […] L' « école méthodique » a été une sorte d'équivalent « historiste » en France : ici aussi, en partie inspirée du modèle allemand, l'histoire s'affirma dans la convergence des disciplines de l'érudition et de la critique des sources. Pays centralisé avant l'Allemagne, la France s'est dotée tôt d'un lieu de formation national des archivistes, l'École des Chartes (1821 et 1824), et d'institutions pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-histoire-et-historiens-courants-et-ecoles-historiques/#i_37745

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Sources et méthodes de l'histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 6 218 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Sources et méthodes du « siècle de l'histoire » : le XIXe siècle »  : […] Le xix e  siècle est marqué par un triple mouvement qui transforme la relation aux sources et aux méthodes de l'historien : une sécularisation accélérée, le triomphe du modèle scientifique et la professionnalisation universitaire de l'activité historique. Lorsque le baron Karl von Stein fonde la Société pour l'histoire de l'ancienne Allemagne (18 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-histoire-et-historiens-sources-et-methodes-de-l-histoire/#i_37745

MÉTHODIQUE ÉCOLE, histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 2 351 mots

Dans le chapitre « Le triomphe de la méthode »  : […] Si l'histoire a pour objectif d'accéder au rang de science, c'est parce que la démarche scientiste identifie vérité et science. Dans l'ombre portée de L'Origine des espèces de Charles Darwin (1859) et de l' Introduction à l'étude de la médecine expérimentale de Claude Bernard (1865), observation et expérimentation sont considérées comme les bases néces […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-methodique-histoire/#i_37745

SIMIAND FRANÇOIS (1873-1935)

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 1 360 mots

Dans le chapitre « Pour une sociologie économique scientifique »  : […] Né le 18 avril 1873 à Gières (Isère), fils d’instituteur, agrégé de philosophie (1896) et docteur en droit ( Le S alaire des ouvriers des mines de charbon en France. Contribution à la théorie économique du salaire , 1904, thèse remaniée en 1907), expert en statistiques, François Simiand veut appliquer à l’étude des phénomènes économ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-simiand/#i_37745

TEMPS PRÉSENT, notion de

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 1 374 mots

Dans le chapitre « Une histoire très ancienne et longtemps proscrite »  : […] En Occident, l'histoire du temps présent est très ancienne. Au v e  siècle avant J.-C., Hérodote rend compte de faits très proches de lui, et son enquête repose sur ce qu'il a vu de ses propres yeux. Thucydide écrit au présent puisque, dans le cours même de l'événement, il conçoit le premier la guerre du Péloponnèse comme un tout. Les chroniqueurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/temps-present-notion-de/#i_37745

Pour citer l’article

Paul GERBOD, « SEIGNOBOS CHARLES - (1854-1942) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-seignobos/