MILITAIRES DROIT & JUSTICE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chaque État, chaque nation, règle la vie de son armée, non seulement par des règlements administratifs et techniques propres, mais aussi par un système de lois spécifiques et une justice dont relèvent les membres de cette armée. La législation propre à l'armée d'un pays naît en grande partie des actes adoptés par les corps législatifs constitués, Parlements et Congrès ; elle émane pour partie également de l'autorité de la coutume (pays de common law) et du droit international. Dans chaque droit militaire, un système pénal distinct s'est constitué ; on voit apparaître un tel système dans le droit romain dès le ~ iie siècle, des éléments en sont repris dans les digestes du Code justinien. En 1385, Richard II d'Angleterre fait paraître un ensemble d'articles relatifs au droit des armées, mais, pour l'essentiel, le code militaire apparaît sous sa forme moderne avec le code promulgué par Gustave-Adolphe de Suède en 1621. Pourquoi un droit pénal militaire spécial, distinct du droit pénal ordinaire applicable à tous les justiciables ? Si celui-ci a pour objet ultime — ainsi que le manifeste le donné juridique français — la protection des libertés des citoyens, le droit pénal militaire doit imposer l'observation de la discipline au sein d'une société très différente, par sa nature, de la société civile. Un tel droit, tout au moins en France depuis François Ier, a toujours été appliqué par des juridictions spéciales, fort enchevêtrées jusqu'à la Révolution (tribunaux du connétable, des prévôts, présidiaux, conseils de guerre) ; mais le premier Code de justice militaire ne date que de 1857. Ce droit pénal d'exception adapté à une armée de métier subit, à la fin du xixe siècle, de violentes critiques : répondait-il aux nécessités d'une armée se recrutant par le service militaire obligatoire ? Bien que l'affaire Dreyfus ait avivé ces critiques contre les juridictions militaires, celles-ci ne sont pas supprimées par la réforme de 1928 et se sont maintenues pendant toute la période où l'on a eu recours à la conscription. Quant au dernier Code de justice militaire (1982), il adapte le droit pénal militaire à l'évolution du droit pénal ordinaire, mais, étant donné que l'infraction militaire est souvent d'essence encore plus disciplinaire que pénale, il conserve sa spécificité et ses organismes juridictionnels, le contrôle exercé par la Cour de cassation sur la justice militaire étant maintenu de façon très nettement marquée. Cette justice est rendue en temps de paix par les tribunaux de droit commun et, hors du territoire de la République en cas d'opération ou de stationnement des armées, par des tribunaux aux armées. Elle est rendue en temps de guerre par des tribunaux territoriaux des forces armées et, à l'extérieur du territoire, par des tribunaux militaires aux armées. Les premiers ont un président et un assesseur appartenant au corps judiciaire et trois autres juges qui sont militaires ; les seconds, composés de cinq membres également, ne comprennent pas de membres du corps judiciaire.

La compétence des juridictions des forces armées s'établit de la manière suivante. En temps de paix, sur le territoire français, les tribunaux de droit commun connaissent des infractions d'ordre militaire : celles qui tendent à soustraire leur auteur à ses obligations militaires (insoumission, désertion, mutilation volontaire) ; celles qui sont commises contre l'honneur et le devoir, contre la discipline (insubordination, abus d'autorité) ; enfin les infractions aux consignes. Ils connaissent également des infractions de droit commun commises par des militaires, soit à l'intérieur d'un établissement militaire, soit dans le service. Hors du territoire français, sous réserve des engagements internationaux, les tribunaux aux armées connaissent des infractions de toute nature commises par des membres des forces armées ou des personnes à la suite. En temps de guerre, les tribunaux militaires mentionnés plus haut ont une compétence générale à l'encontre de tous les militaires (dont la définition est donnée à l'article 61), y compris les prisonniers de guerre, mais aussi à des justiciables étrangers aux armées s'ils tombent sous le coup d'infractions définies ou réprimées par le Code de justice militaire. En cas de déclaration d'état de siège ou d'urgence, la compétence des ju [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur habilité à la recherche, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, ancien chef du service historique de l'Armée de terre

Classification

Autres références

«  MILITAIRES DROIT & JUSTICE  » est également traité dans :

ARMÉE - Pouvoir et société

  • Écrit par 
  • Pierre DABEZIES
  •  • 16 279 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'archétype atténué »  : […] Entre laxisme et militarisme, la spécificité des armées fluctue, comme les monnaies, au sein d'un « serpent militaire » marqué par deux seuils. Historiquement, c'est en fait le second qui a été le plus souvent transgressé, comme en témoignent, parmi d'autres irruptions sur la scène politique, tant de coups d'État. L'un des soucis des gouvernants est donc d'y parer. Le premier réflexe est évidemmen […] Lire la suite

CRIME DE GUERRE

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 1 004 mots
  •  • 2 médias

« Atrocités ou délits commis sur des personnes et des biens en violation des lois et usages de la guerre, y compris l'assassinat, les mauvais traitements ou la déportation, pour des travaux forcés ou pour tout autre but, des populations civiles dans les territoires occupés, l'assassinat ou les mauvais traitements des prisonniers de guerre ou des personnes en mer, l'exécution des otages, le pillage […] Lire la suite

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - Mutineries et désobéissances collectives

  • Écrit par 
  • André LOEZ
  •  • 2 954 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L’issue et la mémoire des mutineries »  : […] Dans la grande majorité des cas, on le voit, les mutineries échouent et font l’objet d’une répression sévère, conformément au fonctionnement des justices militaires durant le conflit. Dans le cas français, sous les ordres du général en chef Philippe Pétain qui a remplacé Nivelle en mai 1917, de lourdes peines sont prononcées, puisque près de cinq cents mutins sont condamnés à mort, tandis que des […] Lire la suite

INSOUMISSION

  • Écrit par 
  • Pierre SPITZ
  •  • 610 mots

Les articles 122 à 131 du Code du service national français déterminent les conditions dans lesquelles un « assujetti au service national » peut être déclaré en état d'insoumission. Cependant, dans le langage courant, la notion d'insoumission est souvent confondue avec celle d'objection de conscience ou de désertion. L'objection de conscience est un refus préalable de se soumettre à l'assujettisse […] Lire la suite

JUSTICE - Justice politique

  • Écrit par 
  • Robert CHARVIN
  •  • 8 856 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  L'objet de la justice politique : l'infraction politique »  : […] Chaque société définit les principes qu'elle tient pour vrais, les limites qu'elle impose, l'espace qu'elle concède à la liberté modificatrice et au changement. Elle n'en finit jamais de rétablir des bornages, de raviver des interdits dans l'espoir de se pérenniser. Née des conceptions libérales qui ont institutionnalisé l'action et la représentation d'une opposition politique, la distinction ent […] Lire la suite

LIGUE DES DROITS DE L'HOMME

  • Écrit par 
  • Madeleine REBÉRIOUX
  •  • 1 329 mots

Ni association humanitaire, ni relais d'orientations républicaines définies par l'État, ni mouvement spécialisé dans la promotion de telle ou telle exigence, la Ligue française pour la défense des droits de l'homme et du citoyen, dite Ligue des droits de l'homme, est une association sans but lucratif « destinée à défendre les principes énoncés dans les Déclarations des droits de l'homme de 1789, […] Lire la suite

NUREMBERG PROCÈS DE

  • Écrit par 
  • Annette WIEVIORKA
  •  • 2 938 mots
  •  • 2 médias

Le procès de Nuremberg constitue un grand moment de l'histoire du xx e  siècle, tout à la fois clôture d'une guerre qui fut mondiale et naissance d'un nouveau droit international. Il est devenu le symbole fondateur d'une justice effectivement universelle et supranationale. Réuni pour la première audience le 20 novembre 1945, le Tribunal militaire international rendit son verdict le 1 er  octobre 1 […] Lire la suite

Les derniers événements

1er-31 mars 2022 Ukraine – Russie. Poursuite de la pression militaire russe et des soutiens occidentaux à l'Ukraine.

Le 15, les Premiers ministres polonais, tchèque et slovène, Mateusz Morawiecki, Petr Fiala et Janez Janša, accompagnés du président du parti Droit et justice au pouvoir à Varsovie, Jarosław Kaczyński, se rendent à Kiev où ils apportent leur soutien à Volodymyr Zelenski. Le 15 également entre en vigueur un quatrième train de sanctions européennes. L’exportation des produits de luxe vers la Russie est interdite, quinze nouveaux oligarques sont visés par le gel de leurs avoirs et l’interdiction d’entrée dans l’UE, et neuf sociétés supplémentaires sont sanctionnées. […] Lire la suite

11-29 mai 2017 France. Nomination du gouvernement et premiers pas du nouvel exécutif.

Le 18, au cours du premier Conseil des ministres, le président Macron annonce les priorités du gouvernement, principalement la refonte du droit du travail et la moralisation de la vie publique. Le 19, Emmanuel Macron se rend à Gao, au Mali, visiter les militaires français de l’opération Barkhane. Le 25, le président Emmanuel Macron participe à Bruxelles à un sommet de l’OTAN à l’occasion duquel il s’entretient avec le président américain Donald Trump lors d’un déjeuner à l’ambassade des États-Unis. […] Lire la suite

15-31 juillet 2016 Turquie. Échec d'une tentative de coup d'État.

Le 17, le président Erdogan approuve la demande de rétablissement de la peine de mort exprimée par ses partisans qui continuent d’occuper la rue à la demande du Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir. La peine capitale avait été abolie en 2004 dans la perspective de l’adhésion du pays à l’Union européenne (UE). Le 18, l’UE, tout comme les États-Unis et l’OTAN, condamne le putsch, mais appelle Ankara au respect de l’État de droit. […] Lire la suite

4-27 septembre 2013 Syrie. Adoption d'une résolution de l'O.N.U. sur le démantèlement de l'arsenal chimique syrien

sur l'attaque à l'arme chimique perpétrée dans la banlieue de Damas, le 21 août, avant d'engager des opérations militaires. Paris et Washington diffusent une déclaration signée par onze membres du G20 qui appelle à « une forte réponse internationale » à ce massacre. Le 7, les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne, réunis à Vilnius (Lituanie) en présence du secrétaire d'État américain John Kerry, adoptent une déclaration qualifiant l'attaque chimique du mois d'août de « violation flagrante du droit international » et reconnaissant les « fortes présomptions » de la responsabilité du régime de Damas. […] Lire la suite

2-12 août 2012 Égypte. Mise à l'écart du maréchal Hussein Tantaoui

Le chef de l'État s'attribue également le droit de dissoudre la Commission constituante au cas où celle-ci ne parviendrait pas à mener à bien sa mission. En outre, Mohammed Morsi nomme à la vice-présidence le magistrat Mahmoud Mekki. Il met ainsi fin à la mainmise des militaires sur la vie politique du pays, qui durait depuis la révolution de 1952. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean DELMAS, « MILITAIRES DROIT & JUSTICE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-et-justice-militaires/