MER DROIT DE LA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une zone de transition : la zone économique exclusive

Introduite dans le nouveau droit de la mer comme une revendication des pays en voie de développement, la zone économique exclusive est généralement acceptée par les pays développés, y compris par ceux qui s'étaient jusque-là montrés réservés. Ainsi la France a adopté une loi, le 16 juillet 1976, créant en bordure de ses côtes une zone économique pouvant s'étendre à 188 milles au-delà de la limite extérieure de la mer territoriale. Ainsi encore, le Conseil des ministres des communautés européennes a adopté le 3 novembre 1976 une zone de pêche s'étendant jusqu'à 200 milles, à compter du 1er janvier 1977.

Régime juridique

À la différence de celui du plateau continental, le régime juridique de la zone économique exclusive ne tend pas seulement à constituer une zone « fonctionnelle » au sein de laquelle l'État riverain ne disposerait que de compétences fragmentaires et spécialisées. Il consacre la primauté des intérêts généraux de l'État riverain qui est réputé avoir un droit prééminent sur la zone. Espace à finalité économique et compensatoire, la zone économique exclusive attribue aux États pourvus d'un littoral maritime des droits qui participent du principe général de la souveraineté permanente sur les ressources naturelles. Ainsi entendu, le régime juridique de la zone économique exclusive ne confère plus aux États tiers que des droits résiduels et limités au domaine des communications. La Convention de 1982 consacre ce point en précisant que la liberté de navigation et de pose des câbles et pipe-lines sous-marins ne peut être entravée par l'État riverain. Cependant, s'agissant des États qui n'ont pas de littoral ou de pays voisins en voie de développement, la convention mentionne la possibilité, par voie d'accords internationaux conclus avec des États pourvus de zone économique exclusive, d'une participation équitable à l'exploitation des ressources économiques de ces zones. Enfin, la délimitation de la zone économique exclusive [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : professeur agrégé des facultés de droit, directeur des études à l'École nationale d'administration

Classification


Autres références

«  MER DROIT DE LA  » est également traité dans :

ARCTIQUE (géopolitique)

  • Écrit par 
  • François CARRÉ
  •  • 6 915 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le statut des routes maritimes arctiques »  : […] Cette dernière solution lèverait un autre obstacle de taille à l'accroissement du trafic sur ces routes : celui de leur statut juridique qui ne s'est guère posé tant qu'elles ont été empruntées occasionnellement en Amérique, ou pour le seul cabotage intérieur en U.R.S.S., puis en Russie. En effet, très côtières pour éviter la banquise permanente de l'Arctique central, ces routes doivent franchir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arctique/#i_81323

EAUX TERRITORIALES

  • Écrit par 
  • Alain-Philippe CRESSARD
  •  • 1 060 mots

En droit international, on entend par eaux territoriales, ou mer territoriale, l'espace maritime intermédiaire entre les eaux intérieures (lacs, estuaires ou baies) et la haute mer, espace compris entre la ligne de base de la mer territoriale côté terre et une ligne idéale qui, établie à la limite de la haute mer, est définie par l'État côtier et portée à la connaissance de la communauté internati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eaux-territoriales/#i_81323

EXTERRITORIALITÉ

  • Écrit par 
  • Patricia BUIRETTE
  •  • 675 mots

Fiction juridique selon laquelle certaines personnes ou certains biens sont réputés se trouver hors du territoire où ils se trouvent réellement et échappent de ce fait aux lois qui le régissent. L'exterritorialité a pris, dans l'histoire du droit international, plusieurs formes, dont certaines ont perdu tout caractère d'actualité. Curieusement, les premiers textes consacrant le privilège, pour des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exterritorialite/#i_81323

FOND DES MERS, droit international

  • Écrit par 
  • Pierre Michel EISEMANN
  •  • 562 mots

Longtemps ignorés, les fonds marins sont devenus un objet d'intérêt pour les États, du jour où leurs potentialités économiques furent connues. Dès 1945, certains États réclamèrent le droit d'exploiter seuls les ressources de leur plateau continental (c'est-à-dire le sol et le sous-sol de la mer descendant en pente douce de la côte jusqu'à une marge continentale) ; et il est internationalement reco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fond-des-mers-droit-international/#i_81323

FORTUNE DE MER

  • Écrit par 
  • Pierre-Marie HUET
  •  • 136 mots

L'expression « fortune de mer » désignait traditionnellement deux réalités juridiques différentes : d'abord, les risques propres à la navigation maritime survenus pendant un voyage maritime, depuis le simple retard jusqu'à la perte corps et biens (navire et cargaison) ou perte totale ; elle désignait aussi le patrimoine distinct constitué de l'ensemble des biens corporels ou incorporels, destiné p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fortune-de-mer/#i_81323

HAUTE MER, définition juridique et réglementation

  • Écrit par 
  • Pierre Michel EISEMANN
  •  • 351 mots

Partie des mers et des océans qui n'est pas soumise à la juridiction des États côtiers, la haute mer, traditionnellement vouée à la navigation et à la pêche, peut être utilisée par les navires de tous les États. La navigation comme la pêche y sont libres. Le principe de liberté est appliqué également aux techniques apparues plus récemment, comme la pose de câbles téléphoniques ou de pipe-lines et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/haute-mer-definition-juridique-et-reglementation/#i_81323

LIBERTÉS DE LA MER

  • Écrit par 
  • Pierre Michel EISEMANN
  •  • 290 mots

Sur les parties des mers et des océans qui ne sont pas soumises à la juridiction des États côtiers, c'est-à-dire sur ce qu'il est convenu d'appeler la haute mer, les libertés de la mer sont reconnues à tous. La haute mer n'est en effet soumise à aucune souveraineté, et elle doit être considérée comme res communis , chose commune à tous les pays, qu'ils soient ou non côtiers. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/libertes-de-la-mer/#i_81323

NATIONS UNIES (O.N.U.)

  • Écrit par 
  • Jacques FOMERAND, 
  • Cecelia M. LYNCH, 
  • Karen MINGST
  •  • 16 654 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Développement du droit international »  : […] Les Nations unies, comme la Société des Nations, ont joué un rôle important dans la définition, la codification et l'expansion du droit international. La Commission du droit international, créée par l'Assemblée générale en 1947, est la principale institution en charge de ces activités. Le Comité juridique de l'Assemblée générale reçoit les rapports de la commission et discute de ses recommandatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nations-unies/#i_81323

NORD MER DU

  • Écrit par 
  • Alain PERRODON, 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 4 422 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le pétrole »  : […] La mer du Nord n'a vraiment retenu l'attention des pétroliers qu'à partir de 1960, lorsqu'on prit conscience de l'importance de la découverte de Groningue, le plus important champ de gaz jamais trouvé en Europe, et l'un des plus grands du monde. Avant cette date, les très modestes gisements de pétrole et de gaz découverts en Allemagne du Nord et dans la région des Midlands en Grande-Bretagne n'in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mer-du-nord/#i_81323

OCÉANIE - Géographie humaine

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 8 725 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  La pêche, une ressource d'avenir »  : […] Les populations indigènes associent traditionnellement l'agriculture et la petite pêche dans le lagon et autour du récif-barrière, là où il y a une vie importante, tandis que les eaux bleues du plein océan aux latitudes tropicales sont finalement très pauvres. Cela fournit un complément alimentaire important et, occasionnellement, du poisson frais à vendre. Il s'y ajoute l'apport de quelques pêch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oceanie-geographie-humaine/#i_81323

OCÉANIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 7 524 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  De la Seconde Guerre mondiale à nos jours : l'émergence des États insulaires »  : […] La partie européenne de la guerre n'a certes pas été sans conséquences importantes pour les îles du Pacifique, avec l'envoi massif de troupes et de matériel depuis les colonies et dominions britanniques, avec le ralliement des territoires français à la France libre et la création d'un deuxième bataillon du Pacifique (après celui de 1916), qui s'illustra notamment à Bir Hakeim et en Italie. Mais, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oceanie-histoire/#i_81323

OFFSHORE - Démantèlement des plates-formes pétrolières

  • Écrit par 
  • Emmanuel GARLAND
  •  • 3 175 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une réglementation complexe stabilisée »  : […] La première ébauche de réglementation remonte à 1958, avec la Convention de Genève sur le plateau continental (tabl. 1 ) . À cette époque, les rares installations pétrolières en mer étaient de petites dimensions et implantées dans de faibles profondeurs d'eau, et l'élimination totale de toute infrastructure d'origine humaine sur le sol marin ne semblait pas devoir poser de problème majeur. En 1973 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/offshore-demantelement-des-plates-formes-petrolieres/#i_81323

PAVILLON, droit maritime

  • Écrit par 
  • Patricia BUIRETTE
  •  • 1 003 mots

Arboré à la poupe d'un navire, le pavillon est une pièce d'étoffe qui, frappée aux couleurs de l'État dont ce navire est le ressortissant, sert à en indiquer la nationalité. Le navire peut pourtant se trouver sous un pavillon — dit de complaisance — ne correspondant pas à un État avec lequel il possède un lien effectif. Dans des conditions particulières, certains navires peuvent aussi arborer un p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pavillon-droit-maritime/#i_81323

PÊCHE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul TROADEC
  •  • 4 848 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Ajustement des institutions aux nouvelles conditions »  : […] L'accès aux ressources est régulé au moyen d'institutions : – les régimes d'exclusivité, qui définissent les droits et les obligations des personnes ou des associations de personnes qui assurent, à l'échelle des États (souveraineté), des ressources (propriété) et des armements (droits de pêche), les contrôles nécessaires à la régulation de l'accès ; – les mécanismes d'attribution et d'échange des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peche/#i_81323

UNION EUROPÉENNE - Politique commune des pêches

  • Écrit par 
  • Jean BONCOEUR, 
  • Jean-Paul TROADEC
  •  • 2 246 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les carences de la P.C.P. »  : […] La première réforme concerne le régime de propriété des ressources. La Convention des Nations unies sur le droit de la mer a conféré aux États riverains l'autorité nécessaire pour clarifier ce régime . Cependant, si la grande majorité d'entre eux ont révisé leurs dispositions applicables aux flottilles étrangères, ceux qui ont institué des législations adaptées pour leurs propres flottilles resten […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/union-europeenne-politique-commune-des-peches/#i_81323

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles VALLÉE, « MER DROIT DE LA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-de-la-mer/