INGÉRENCE DROIT D'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ingérence humanitaire et usage de la force

Un obstacle majeur surgit lorsque le territoire de l'État demeure inaccessible à l'assistance humanitaire parce que des forces régulières ou irrégulières s'opposent au transit des secours. Peut-on alors faire usage de la force ? À partir de 1991, le Conseil de sécurité consacre une nouvelle lecture du chapitre VI puis du chapitre VII de la Charte. Ainsi, en 1992, une opération de maintien de la paix classique, sous casque bleu, l'Onusom I (Opération des Nations unies en Somalie) a été mise en place par le Conseil de sécurité avec pour tâche « d'assurer aux convois de secours des Nations unies une escorte militaire suffisamment forte pour décourager les attaques » (résolution 751 du 24 avril). Mais cette opération demeure insuffisante et le Conseil de sécurité décide, en 1993, dans sa résolution 794, d'autoriser l'action de forces nationales. Sous le nom de Restore hope, la nouvelle opération se déploie parallèlement à l'élargissement du mandat de la force des Nations unies, décidé par la résolution 814 le 26 mars 1993. Onusom II est la première opération autorisée à recourir à la force en vertu du chapitre VII de la Charte. Elle mobilise des forces nationales de plusieurs pays intervenants, sous commandement unifié. Il s'agit donc, selon l'expression du secrétaire général, de la première opération d'« imposition » de la paix. Depuis lors, d'autres interventions ont été décidées ou habilitées par le Conseil de sécurité, en faveur de la libre distribution de l'aide humanitaire ou pour soustraire à leur agresseur les victimes de conflits internes (Bosnie, Haïti, Albanie, Timor, Kosovo, Darfour, etc.)

Guerre de Bosnie, 1993

Photographie : Guerre de Bosnie, 1993

Photographie

Un bataillon britannique de l'O.N.U. escorte un convoi d'aide humanitaire qui se rend à Tuzla, dans le nord-est de la Bosnie, en 1993. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Le développement de la justice pénale internationale par les deux tribunaux pénaux internationaux (T.P.I.), institués par le Conseil de sécurité pour l'ex-Yougoslavie et pour le Rwanda, est également une relative nouveauté consécutive à l'affirmation du [...]

Audition du T.P.I.Y., décembre 1998

Photographie : Audition du T.P.I.Y., décembre 1998

Photographie

Le général bosno-serbe Radislav Krstic lors de sa première comparution devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, à La Haye, le 7 décembre 1998. D'après sa présidente, Louise Arbour, il fut un des hommes clés du massacre, en 1995, des Musulmans réfugiés dans la zone de... 

Crédits : PA Photos

Afficher

Condamnation par le T.P.R.I. de Jean Kambanda en 1998

Photographie : Condamnation par le T.P.R.I. de Jean Kambanda en 1998

Photographie

Pour son rôle dans le génocide de 1994, l'ex-Premier ministre du Rwanda, Jean Kambanda, est condamné le 4 septembre 1998 à la prison à vie par le Tribunal pénal international pour le Rwanda, qui siège à Arusha en Tanzanie, avec lequel il collabora en plaidant coupable. 

Crédits : PA Photos

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

René Cassin

René Cassin
Crédits : Bill Ray/ The LIFE Picture Collection/ Getty Images

photographie

Rwanda : opération Turquoise

Rwanda : opération Turquoise
Crédits : PA Photos

photographie

Guerre de Bosnie, 1993

Guerre de Bosnie, 1993
Crédits : Hulton Getty

photographie

Audition du T.P.I.Y., décembre 1998

Audition du T.P.I.Y., décembre 1998
Crédits : PA Photos

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de droit international à l'université de Paris-II-Panthéon-Assas

Classification

Autres références

«  INGÉRENCE DROIT D'  » est également traité dans :

KOUCHNER BERNARD (1939- )

  • Écrit par 
  • Antoine SCHWARTZ
  •  • 1 125 mots

En mai 2007, le choix du président Nicolas Sarkozy de nommer Bernard Kouchner, cofondateur de Médecins sans frontières et de Médecins du monde, au ministère des Affaires étrangères et européennes pouvait surprendre. Rien de moins évident, en effet, que d'imaginer cette figure emblématique de l'humanitaire, célèbre pour ses coups d'éclats médiatiques, endosser le costume de la Realpolitik et les m […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Venezuela. Expulsion de diplomates brésilien et canadien. 10-25 décembre 2017

Le 10, le président Nicolás Maduro revendique une large victoire aux élections municipales boycottées par les principaux partis d’opposition. Le taux de participation officiel est de 47,3 p. 100. Nicolás Maduro dénie aux partis d’opposition qui ont boycotté le scrutin municipal le droit […] Lire la suite

Ukraine. Poursuite des violences et démission du Premier ministre. 16-29 janvier 2014

Le 16, alors que Kiev est depuis deux mois le théâtre de manifestations contre le pouvoir, le Parlement adopte à main levée plusieurs lois répressives qui visent notamment à restreindre le droit de manifester et à pénaliser la collecte, la conservation et la diffusion d'informations contre […] Lire la suite

Birmanie. Le delta de l'Irrawaddy dévasté par un typhon meurtrier. 3-25 mai 2008

le droit d'ingérence humanitaire à la Birmanie. La Russie et la Chine refusent toutefois que le Conseil de sécurité débatte d'une question humanitaire. Le 10, 92,4 p. 100 des électeurs, selon les chiffres officiels, approuvent la nouvelle Constitution soumise à référendum. Le texte doit permettre […] Lire la suite

États-Unis – Vietnam. Visite du président Bill Clinton au Vietnam. 16-19 novembre 2000

» et en formulant le souhait que ce passé « douloureux » soit « racheté par un avenir pacifique et prospère ». En indiquant « avec force » qu'il n'entend pas donner de leçon aux dirigeants vietnamiens, il affirme toutefois que « garantir le droit à l'exercice de la religion et à la dissidence politique ne menace […] Lire la suite

Rwanda – France. Mise sur pied d'une opération humanitaire française au Rwanda. 15-30 juin 1994

, qui ne résulte de la demande d'aucune des parties au conflit, consacre le droit d'ingérence reconnu par l'O.N.U. à l'occasion de l'opération américaine « Rendre l'espoir », en Somalie, en décembre 1992. Le 23, les premiers soldats de la mission « Turquoise » pénètrent au Rwanda […] Lire la suite

Pour citer l’article

Mario BETTATI, « INGÉRENCE DROIT D' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-d-ingerence/