DRAMELes écritures contemporaines

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pour en finir avec le jugement de Brecht ?

On peut se demander si l'immense succès du Berliner Ensemble n'a pas contribué à stériliser les écritures dramatiques dans les années 1950 et 1960. Du moins dans le camp de ceux qui se voulaient, dans un sens large, des réalistes (Adamov faisant exception, puisqu'il se situe justement dans un entre-deux de l'avant-garde des années 1950 et du brechtisme). En tout cas, à son retour en Europe, c'est l'exemple du metteur en scène Brecht qui fait école et non celui de l'auteur – il est vrai de moins en moins productif à cette époque.

La relève s'opère en Allemagne, au début des années 1970, avec Rainer Werner Fassbinder, Franz Xaver Kroetz, et Peter Handke, puis en France, avec Michel Deutsch, Jean-Paul Wenzel et, un peu plus tard, Daniel Besnehard. Cette relève, nommée en France « théâtre du quotidien », se veut largement antibrechtienne. Les modèles invoqués sont Marie-Louise Fleisser et Ödön von Horvath, c'est-à-dire un théâtre qui opère une plongée au plus obscur des communautés humaines les plus populaires et/ou les plus marginales. Un théâtre, empreint de psychanalyse tout autant que de marxisme, qui, sans négliger la lutte des classes et l'oppression économique et morale que fait subir le capital aux travailleurs, centre son intérêt sur la violence qui s'exerce au sein même du peuple, en particulier dans les phénomènes de bouc émissaire.

Au moment même où les luttes sociales se sectorisent et se déroulent sur des fronts extrêmement divers – féminisme, homosexualité, prisons, etc. – Kroetz et Fassbinder vont chercher leurs sujets dans la rubrique des faits divers. Des pièces aussi différentes que Haute Autriche (1971), Travail à domicile (1969) de Kroetz, Le Bouc (1968), Les Larmes amères de Petra von Kant (1972) de Fassbinder, Scènes de chasse en Bavière (1966) de Martin Sperr ont ceci en commun qu'elles opèrent une véritable vivisection de l'existence privée de ceux que Kroetz appelle les « sous-privilégiés ». Parce qu'elle renoue avec l'analyse au scalpel d'un milieu – celui de la vie rurale, celui des petits employés citadins, celui de l'homosexualité féminine –, cette dramaturgie a quelquefois été taxée de néo-naturalisme. En fait, le souci de distanciation reste tel dans ce théâtre (qui, malgré son refus épidermique du brechtisme, ne cesse de faire ressortir l'insolite, le scandaleux sous la routine du quotidien) qu'on serait mieux fondé à parler d'un théâtre épique de l'intime, du privé, voire de la psyché. Des scènes ultrabrèves, un extrême laconisme stigmatisant un empêchement de parler, la brutalité quasi animale de certains comportements, sexuels en particulier, forment la rhétorique d'un théâtre qui va faire souche en France, notamment à travers L'Entraînement du champion avant la course (1975), La Bonne vie, de Deutsch et le fameux Loin D'Hagondange de Wenzel (1975). Cette dramaturgie fonde sa critique de la société sur une théâtralité de type minimaliste conjuguée avec un réalisme âpre et provocant.

D'une certaine manière, la dramaturgie de Michel Vinaver – sa première pièce, Les Coréens, remonte à 1956 –, qui met en scène le « tout venant de l'existence », la « vie la plus banale et la plus ordinaire », participe de ce choix du quotidien et de ce minimalisme. Mais elle le fait avec une singularité extrême : à partir du langage ambiant, d'une pléthore de paroles que, par le jeu du montage, elle convertit en rareté. Sous les mots a priori insignifiants d'une famille confrontée au chômage, d'une grande entreprise considérée dans sa globalité, d'une mère face à son fils drogué, ou d'une cellule de travail formée par un service après-vente, les pièces de Vinaver débusquent non seulement les rapports de pouvoir, d'autorité, d'exploitation, mais aussi leurs envers de micro-utopies, de lignes de fuite et de possible régénération.

L'évolution de la plupart de ces auteurs, celle en particulier de Kroetz, vers un théâtre plus lyrique et néo-expressionniste, nous révèle tout ce que ce théâtre minimaliste pouvait contenir de révolte et de possibles débordements. Ainsi Terres mortes (1984), pièce de Kroetz, nous raconte, à travers une fable, dans un langage convulsif, l'arrachement catastrophique d'un frère et d'une sœur au petit territoire familial paysan de leur naissance, leur échouage dans l'univers de béton, de pseudo-con [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Edward Gordon Craig, vers 1960

Edward Gordon Craig, vers 1960
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

À la mémoire d’Anna Politkovskaïa, L. Norén

À la mémoire d’Anna Politkovskaïa, L. Norén
Crédits : Pascal Victor/ ArtComPress

photographie

Représentation de «L'Acte inconnu», de Valère Novarina

Représentation de «L'Acte inconnu», de Valère Novarina
Crédits : Pascal Victor/ ArtComPress/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DRAME  » est également traité dans :

DRAME - Drame bourgeois

  • Écrit par 
  • René POMEAU
  •  • 3 504 mots
  •  • 1 média

Le drame bourgeois naît au xviiie siècle du déclin de la tragédie classique. Il vise à la remplacer comme grand genre du théâtre sérieux. L'audience qu'obtiennent ces pièces est à mettre en relation avec l'évolution du public, elle-même liée à celle de la société. Chez les spectateurs, quelle que soit leur nais […] Lire la suite

DRAME - Drame romantique

  • Écrit par 
  • Anne UBERSFELD
  •  • 4 633 mots
  •  • 5 médias

Le drame romantique est en fait une forme théâtrale neuve, en rupture brutale avec les œuvres antérieures, et qui s'est cherché des garants essentiels : Shakespeare, la tragédie grecque. Rupture de l'unité classique, ouverture sur le monde et sur l'histoire, refus de la distinction du comique et du tragique, autant d'aspects d'une révolu […] Lire la suite

DRAME - Drame moderne

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SARRAZAC
  •  • 6 056 mots
  •  • 6 médias

Pourra-t-on jamais écrire une poétique du drame moderne ? Une telle entreprise tiendrait, en vérité, de la gageure, tant le concept de drame paraît aujourd'hui flou et indéterminé au regard de celui de roman ou de poésie. Et d'abord faut-il donner à ce terme son extension maximale, celle qu'il prend aussi bien dans la Poétique d'Aristote que dans l'Esthétique […] Lire la suite

ADAMOV ARTHUR (1908-1970)

  • Écrit par 
  • Jacques POULET
  •  • 1 140 mots

Auteur dramatique français d'origine russo-arménienne, Arthur Adamov a vécu une enfance entre deux mondes. Né à Kislovotsk (Caucase), il passe ses premières années à Bakou ; ses parents possèdent « une bonne partie des pétroles de la Caspienne ». Surprise en Allemagne par la déclaration de la Première Guerre mondiale, la famille se réfugie à Genève. La révolution d'Octobre et la guerre civile l'in […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 339 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Le drame élisabéthain »  : […] Le goût populaire avait conservé au théâtre anglais l'aspect moyenâgeux de successions de tableaux, comme dans les mystery plays , de sorte que les unités de temps, de lieu et d'action ne purent pas s'acclimater en Angleterre. Pour différents que soient les auteurs dramatiques qui élevèrent le théâtre anglais des imitations de Sénèque à la splendeur d'une floraison qui n'a pas d'égal en dehors de […] Lire la suite

AUTO SACRAMENTAL

  • Écrit par 
  • Marcel BATAILLON
  •  • 3 127 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Règne de l'allégorie »  : […] Cette symbiose du théâtre sacré et du théâtre profane a valu au genre eucharistique un grand éclat littéraire et des moyens techniques inespérés pour des spectacles de plein air. À des dramaturges qui étaient presque tous des prêtres, la « quadruple interprétation » traditionnelle de l'Écriture offrait maintes « figures » toutes faites pour représenter le don divin de l'eucharistie : les « pains d […] Lire la suite

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 064 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Le théâtre populaire jusqu'à Nestroy »  : […] Le théâtre populaire baroque continue à prospérer ; jusqu'au début du xix e  siècle, la technique de l'improvisation est toujours pratiquée. Le dernier Kasperle , Johann La Roche, ne meurt qu'en 1806. Une évolution est à noter cependant : Philipp Haffner (1731-1764) combine l'ancienne farce et la féerie avec la comédie littéraire, française ou italienne. Karl Friedrich Hensler (1759-1825) amalgam […] Lire la suite

BARLACH ERNST (1870-1938)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 795 mots

Sculpteur, graveur et dramaturge allemand, Ernst Barlach est un des plus célèbres représentants de ce que l'on a appelé l'expressionnisme allemand. Originaire du Holstein, il étudia à l'École des arts décoratifs de Hambourg et à l'Académie de Dresde. À Paris, où il séjourne à deux reprises entre 1895 et 1897 et où il fréquente l'académie Julian, il apprend à connaître l'art de Van Gogh. Jusqu'en 1 […] Lire la suite

BATAILLE HENRY (1872-1922)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 561 mots

Poète et dramaturge, né à Nîmes, fils de Léopold Bataille, un austère magistrat du Second Empire, Henry Bataille vient faire ses études à Paris. Il croit d'abord se sentir une vocation de peintre et fréquente l'académie Jullian. Mais, féru de théâtre, il écrit un drame fortement inspiré par le romantisme dont Sully Prudhomme a fait l'éloge. Cependant, après l'échec de la première pièce qu'il a fai […] Lire la suite

BEAUMARCHAIS PIERRE-AUGUSTIN CARON DE (1732-1799)

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 4 176 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une dramaturgie nouvelle »  : […] L'œuvre de Beaumarchais a traversé les siècles. L'œuvre, c'est-à-dire Le Barbier de Séville et Le Mariage de Figaro  ; mais des rééditions récentes des Mémoires contre Goezman et des Parades , tout comme les mises en scène de La Mère coupable et de Tarare incitent à moins de sévérité que n'en a témoigné la critique contre ces œuvres mineures. En 1990, on a pu voir représenter au cours de la mê […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre SARRAZAC, « DRAME - Les écritures contemporaines », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/drame-les-ecritures-contemporaines/