ADAMOV ARTHUR (1908-1970)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Auteur dramatique français d'origine russo-arménienne, Arthur Adamov a vécu une enfance entre deux mondes. Né à Kislovotsk (Caucase), il passe ses premières années à Bakou ; ses parents possèdent « une bonne partie des pétroles de la Caspienne ». Surprise en Allemagne par la déclaration de la Première Guerre mondiale, la famille se réfugie à Genève. La révolution d'Octobre et la guerre civile l'installent dans l'exil, définitivement. La Suisse, jusqu'en 1922, puis l'Allemagne « folle » de la République de Weimar ; en 1924, enfin, c'est l'établissement en France. De cette enfance déracinée Adamov garde plus d'une blessure : haine tenace à l'égard du père, joueur, lâche et menteur ; conscience maladive de la faute, due aux interdits sexuels d'une éducation puritaine, qui aboutira à l'impuissance et aux pratiques masochistes ; peur de la persécution et sensation aiguë de la condition d'étranger.

Un théâtre d'exil

L'adolescence littéraire d'Arthur Adamov se frotte aux avant-gardes. Paul Eluard, à qui il adresse ses premiers poèmes, lui fait côtoyer le groupe surréaliste, auquel il ne peut s'intégrer. Des rencontres et des amitiés décisives ont lieu : en 1928, Le Songe de Strindberg dans la mise en scène d'Antonin Artaud (il publiera un Strindberg en 1955) ; en 1935, Marthe Robert, qui lui fera découvrir Kafka et la psychanalyse ; en 1938, Roger Gilbert-Lecomte, dont la revue Le Grand Jeu l'avait impressionné. C'est cette année-là qu'il traduit Le Moi et l'inconscient de Jung et commence d'écrire « sérieusement » : premières confessions d'une conscience dramatique vivant intensément le sentiment de sa séparation, qui fait monter au jour ses angoisses secrètes, tentant par là de les vaincre. La rédaction de ces textes se poursuivra durant la guerre (Adamov est interné six mois au camp d'Argelès pour son hostilité avouée à Vichy), et leur parution (L'Aveu, 1946) sera saluée très haut par Artaud.

Dès lors, son écriture ne pourra plus être la même ; sortie du « no man's land pseudo-poétique », elle sera dramatique : mise en scène [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  ADAMOV ARTHUR (1908-1970)  » est également traité dans :

DRAME - Drame moderne

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SARRAZAC
  •  • 6 053 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Troisième paradoxe : la rhapsodie »  : […] Ce travail de déconstruction des structures fondamentales de la pièce de théâtre – fable, conflit, personnage, dialogue – qui semble caractériser notre modernité, s'inscrit-il dans une dialectique optimiste de la reconstruction du drame ? Rien n'est moins sûr. Pourtant, le théâtre de la première moitié du siècle a connu, avec Brecht et Claudel, deux immenses bâtisseurs. Le marxiste et le chrétien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drame-drame-moderne/#i_2241

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Le nouveau théâtre

  • Écrit par 
  • Bernard DORT
  •  • 5 453 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une dramaturgie du refus »  : […] C'est en 1950 que se produisirent les premières manifestations du « nouveau théâtre » ; cette année-là, La Cantatrice chauve d' Eugène Ionesco apparut, à l'affiche du théâtre des Noctambules ; les deux premières pièces d' Arthur Adamov, La Parodie et L'Invasion , écrites depuis quelque temps déjà, furent publiées en un volume où fig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-le-nouveau-theatre/#i_2241

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques POULET, « ADAMOV ARTHUR - (1908-1970) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-adamov/