DOLLAR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'étalon de change or international

Pendant tout le xixe siècle, les États-Unis restent isolationnistes, mais leur croissance dépend fortement de l'immigration et leur richesse des exportations. Le solde des échanges extérieurs est constamment déficitaire, car l'industrialisation nécessite des biens de production importés d'Europe. Le paiement des importations nettes ne se fait pratiquement jamais en or mais par endettement envers l'étranger. C'est une situation habituelle pour les pays en voie d'industrialisation lorsque la vigueur de la croissance crée des perspectives de rentabilité élevée qui attirent les investisseurs. L'évolution des soldes extérieurs amorcée à la fin du xixe siècle s'accélère pendant la Première Guerre mondiale : les belligérants s'approvisionnent aux États-Unis, le seul pays pratiquement en mesure de prêter aux acheteurs étrangers pour qu'ils puissent financer leurs achats américains et, à la fin de la guerre, leur reconstruction.

Les réserves d'or des États-Unis

Après les tensions sur la querelle des étalons, l'attention se reporte sur la réforme bancaire dans la mesure où les ruées et les paniques récurrentes compromettent gravement la stabilité financière. La crise de 1907 marque le point de départ d'une succession de débats et de tentatives de réforme du régime d'émission et de contrôle de la monnaie. L'aboutissement est, en 1913, le Système fédéral de réserve (le Fed) qui crée un système déconcentré de banque centrale chargé d'assurer l'unité et l'élasticité de la circulation monétaire et de veiller au bon fonctionnement des règlements internationaux entre les États-Unis et le reste du monde dans le cadre de l'étalon or.

En 1914, sur le plan monétaire intérieur, l'étalon or est considéré comme essentiel pour fixer des contraintes à l'émission et à la circulation, c'est-à-dire des règles de discipline monétaire. Les banques fédérales émettent des billets (Federal reserve notes) qui ont cours légal et sont convertibles en or. Les pièces d'or, les gold certificates (contrepartie de l'or remis au Trésor par les banques fédérales de réserve) et les diverses monnaies émises par le Trésor (dont les silver certificates) continuent de circuler avec un pouvoir libératoire. Même pendant la Première Guerre mondiale, la monnaie américaine reste remboursable en or et le métal afflue vers les États-Unis pour s'y réfugier.

Au point de vue extérieur, afin de maintenir au pair légal de l'or un dollar dont le taux officiel fixé depuis 1837 est resté inchangé en 1900, la banque centrale utilise la politique monétaire pour stabiliser les réserves officielles en or. La variation du taux de l'escompte, tout en restant l'instrument traditionnel d'intervention directe de la banque centrale, est progressivement délaissée au profit des opérations d'open market (ventes et achats de titres sur le marché monétaire), qui deviennent, à partir des années 1920, le moyen le plus utilisé par le Fed pour ajuster le taux d'intérêt du marché monétaire.

La position internationale du dollar

Débiteurs envers le reste du monde de 3,6 milliards de dollars en 1913, les États-Unis sont créditeurs d'un montant équivalent en 1919 et leurs réserves d'or ont crû de 1,2 milliard à 2,5 milliards de dollars. Le pays ne modifie pas son régime d'étalon, ni son taux de change. Les conférences réunies à Bruxelles (1920) puis à Gênes (1922) prônent le retour à l'étalon or pour les pays qui ont des réserves suffisantes. L'Angleterre rétablit le pair de l'or d'avant 1914 en 1925, et la France parvient, de 1926 à 1928, à revenir à la convertibilité or du franc à un taux déprécié par rapport à l'avant-guerre. Il est proposé aux autres pays de faire entrer dans leurs réserves officielles des monnaies elles-mêmes directement rattachées à l'or et de définir des taux de change fixes vis-à-vis de ces monnaies, en fait le sterling, le franc ou le dollar. En 1928, seize pays ont choisi l'étalon or ; les autres se sont placés sous le régime de l'étalon de change or. En réalité, seules trois monnaies jouent un rôle de monnaie de réserve significatif, la livre sterling, le dollar et le franc.

Les États-Unis, aux prises avec le krach boursier de 1929 et la dépression qui s'ensuit, n'acceptent qu'à contrecœur les contraintes de l'étalon or. À partir de 1929, des pays abandonnent tout lien à l'or, contrôlent les mouvements de capitaux et restreignent les transactions internationales. L'Angleterre, en pleine dépression, renonce à la convertibilité en or à taux fixe en septembre 1931. La France, et avec elle le dernier bastion du bloc de l'or, s'obstine dans la déflation jusqu'en 1936, en espérant que la baisse des prix sera plus rapide que celle des salaires et permettra de créer du pouvoir d'achat. En 1933, pourtant, lors de la conférence de Londres, le président Roosevelt, fustigeant « les vieux fétiches des soi-disant banquiers internationaux », déclarait déjà que « ce que sera la valeur du dollar en termes de monnaies étrangères n'est pas et ne peut pas être notre souci immédiat ». Le choix d'une relance de l'activité par une politique de reflation, visant à augmenter les prix par des dépenses accrues, l'emporte sur l'orthodoxie traditionnelle.

Aux États-Unis, la réserve d'or, qui doit légalement rester au moins égale à 40 p. 100 du montant des federal reserve notes en circulation, limite l'expansion des moyens de paiement. Au cœur de la dépression, en 1933, le gouvernement enjoint au public et aux banques commerciales de remettre aux banques fédérales de réserve tous les avoirs en or monétaire. L'exportation d'or est interdite. La frappe de l'or prend fin. C'est l'abandon de l'étalon or interne et l'instauration d'un papier-monnaie inconvertible.

La dévaluation du dollar

Pour leurs relations monétaires internationales, les États-Unis restaurent, en 1934, un étalon or modifié. L'once d'or, qui valait toujours légalement 20,67 dollars depuis 1837, est fixée au prix de 35 dollars par le Gold Reserve Act de 1934, ce qui représente une dévaluation du dollar de quelque 69 p. 100 ; 1 dollar pèse 13,714 grains d'or fin. L'or devient propriété des États-Unis (le stock est administré par le Trésor à Fort Knox, Kentucky) et des certificats d'or sont remis en contrepartie à la Réserve fédérale (en l'occurrence, la Banque fédérale de réserve de New York, qui devient l'agent international du Fed).

Dans les transactions internationales, de 1934 à la Seconde Guerre mondiale, le Trésor accepte de régler en or les créances libellées en dollars des non-résidents qui en font la demande. Néanmoins, le stock d'or passe de 7,4 milliards de dollars en 1934 à 17,6 milliards en 1939. Pour favoriser la reflation, l'afflux de métal n'est plus entravé. Depuis 1934, le dollar constitue, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Médias de l’article

Billet d'un dollar

Billet d'un dollar
Crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

photographie

Crise du dollar, août 1971

Crise du dollar, août 1971
Crédits : Evening Standard/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de sciences économiques à l'université de Bordeaux-IV-Montesquieu, directeur du Groupe de recherche en analyse et politique économiques, unité mixte du C.N.R.S. 5113

Classification

Autres références

«  DOLLAR  » est également traité dans :

ACCORDS DE BRETTON WOODS

  • Écrit par 
  • Francis DEMIER
  •  • 285 mots
  •  • 1 média

Le système monétaire mis en place à Bretton Woods en 1944 répond, pour les Américains, à la volonté d'éviter les crises monétaires, dont on pensait qu'elles avaient entraîné le protectionnisme, le nationalisme, la guerre. Le système se présente comme un retour à l'étalon or qui, avec un système de change fixe, apparaît comme le gage de la stabilité et d'une règle commune. Il s'en éloigne toutefois […] Lire la suite

AGRICOLE RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Abel POITRINEAU, 
  • Gabriel WACKERMANN
  •  • 10 248 mots

Dans le chapitre « Les effets de la mondialisation »  : […] L'industrialisation et la tertiairisation de l'agriculture ont en effet bousculé de fond en comble structures et pratiques habituelles. Les stratégies agroalimentaires sont le fait des trois grands qui constituent la triade : Amérique du Nord, Japon et Europe occidentale. Cette triade procède à des investissements massifs dans la recherche en vue de découvrir des biotechnologies capables de perme […] Lire la suite

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 36 989 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Une succession de chocs externes défavorables (1997-2000) »  : […] Elle va cependant avoir beaucoup plus de mal à encaisser la succession de crises financières qui font suite à l'effondrement du baht thaïlandais en juillet 1997. La crise asiatique de 1997, la crise russe de 1998, puis la crise monétaire brésilienne de janvier 1999 suscitent un phénomène de méfiance des marchés vis-à-vis des titres souverains émergents et frappent fortement les obligations argent […] Lire la suite

BRETTON WOODS CONFÉRENCE DE (1944)

  • Écrit par 
  • Alain-Pierre RODET
  •  • 960 mots
  •  • 1 média

Du 1 er au 22 juillet 1944, au moment où la Seconde Guerre mondiale prend fin, une conférence monétaire et financière, placée sous l'égide de ce qui va devenir bientôt l'Organisation des Nations unies, se tient sur la côte est des États-Unis à Bretton Woods (N.H.). Quarante-quatre pays sont représentés à cette conférence qui a été vivement souhaitée par les États-Unis ; l'U.R.S.S., sollicitée, ne […] Lire la suite

CANADA, économie

  • Écrit par 
  • Serge COULOMBE
  •  • 7 907 mots

Dans le chapitre « La dépendance économique à l’égard des États-Unis et les politiques de diversification du commerce »  : […] Jusqu’au milieu de xx e  siècle, le Royaume-Uni constitue le principal partenaire commercial du Canada. Avec l’ouverture progressive au commerce international après la Seconde Guerre mondiale et l’extension du réseau routier nord-américain, les États-Unis deviennent le principal acheteur de produits d’exportation canadiens sur les marchés internationaux. Le cœur industriel allait profiter grandeme […] Lire la suite

CHANGE - Les opérations de change

  • Écrit par 
  • Henri BOURGUINAT, 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 7 003 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les cotations au certain et à l'incertain »  : […] Les monnaies sont cotées selon deux modes différents : à l'incertain ou au certain. Pour le plus grand nombre de monnaies, on cote à l'incertain. On fait dans ce cas apparaître combien d'unités de monnaie nationale (la cote) il faut céder pour obtenir une (ou un multiple : 10, 100, 1 000) unité de monnaie étrangère (la base). Ainsi, à Zurich, pour le franc suisse (CHF), coté à l'incertain par rap […] Lire la suite

CHANGE - Les régimes de change

  • Écrit par 
  • Patrick ARTUS
  •  • 6 880 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Une ou deux monnaies de réserve ? »  : […] Depuis ses débuts en 1999, l'euro est loin d'avoir détérioré le dollar : en 2000, l’euro représentait 17 p. 100 des émissions internationales d'obligations, 13 p. 100 des réserves de change des banques centrales (contre 68 p. 100 pour le dollar) ; 30 p. 100 cependant des transactions sur le marché des changes, contre 52 p. 100 pour le dollar. L'encours d'actifs financiers (actions et obligations) […] Lire la suite

CHANGE - Le système monétaire international

  • Écrit par 
  • Henri BOURGUINAT, 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 6 570 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le flottement des monnaies »  : […] Après la seconde dévaluation du dollar (février 1973), les banques centrales autres que celle des États-Unis décident, en mars 1973, de ne plus se considérer comme tenues d'acquérir des dollars au cas où leur monnaie dépasserait la marge de fluctuation par rapport au cours pivot antérieur. Le flottement des monnaies s'installe de facto. Les États-Unis se refusant eux-mêmes, traditionnellement, à […] Lire la suite

CHANGE - L'intégration monétaire européenne

  • Écrit par 
  • Christian BORDES
  •  • 14 239 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le rapport Marjolin et les perturbations du système monétaire international »  : […] Dès les premières années du Marché commun, la nécessité d'une harmonisation monétaire se fait jour. En l'absence d'une monnaie communautaire unique, il faut recourir à l'emploi d'unités de comptes dans de nombreux domaines de la Communauté, les ajustements de taux de change pouvant perturber le fonctionnement de l'union douanière et de la politique agricole commune. La politique agricole commune […] Lire la suite

CRISES ÉCONOMIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Charles ASSELAIN, 
  • Anne DEMARTINI, 
  • Pascal GAUCHON, 
  • Patrick VERLEY
  •  • 21 780 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Escalade protectionniste, ruptures monétaires, crises financières »  : […] La dislocation de l'économie mondiale après 1930 résulte d'abord de la montée du protectionnisme, qui dépasse tous les prédédents historiques. D'abord, par la rapidité de sa diffusion, selon une dynamique à la fois intersectorielle (toute « protection » accordée à un secteur en difficulté déclenche les revendications d'autres secteurs, qui réclament des avantages équivalents) et internationale, à […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er janvier 2021 Cuba. Unification du système monétaire.

dollar, initialement réservé au secteur touristique, disparaît. Seul demeure le peso cubain, utilisé dans les transactions domestiques, qui vaut vingt-quatre fois moins. Le dollar avait déjà été réintroduit en octobre 2019. Afin de pallier les augmentations de prix, le gouvernement a multiplié par cinq le salaire minimum et les pensions de retraite […] Lire la suite

6-25 juillet 2019 Turquie. Limogeage du gouverneur de la Banque centrale.

dollar en 2018. Le 25, le nouveau gouverneur de la Banque centrale Murat Uysal décide d’abaisser fortement le taux directeur, à 19,75 p. 100, arguant du « ralentissement de l’activité économique globale » et de l’« amélioration constante » du taux d’inflation – 15,7 p. 100 en juin. […] Lire la suite

13 septembre 2018 Turquie. Forte augmentation du taux directeur.

dollar et à l’euro –, ainsi que la forte inflation que celle-ci entraîne. Le président Recep Tayyip Erdogan, qui estime que « cette crise n’est pas la nôtre » mais le résultat d’un « complot étranger », était opposé au relèvement des taux d’intérêt – l’islam considère l’usure comme un péché. […] Lire la suite

16-30 juin 2016 Royaume-Uni – Union européenne. Référendum britannique en faveur de la sortie de l'UE.

dollar et à l’euro. Le 25, le commissaire européen britannique Jonathan Hill, chargé de la stabilité financière, démissionne. Le 26, le limogeage par Jeremy Corbyn du chef de la diplomatie du « cabinet fantôme » travailliste Hilary Benn provoque la démission de seize autres membres de ce cabinet – un tiers de son effectif. Ceux-ci reprochent au leader […] Lire la suite

1er-18 décembre 2014 Russie. Aggravation de la crise économique et financière

dollar au cours du mois. Le 4, Vladimir Poutine, dans son adresse à la nation, fustige les sanctions infligées par les États-Unis et l'Union européenne dans le seul but – selon lui – d'« endiguer les possibilités croissantes de la Russie ». Il vante les mérites de l'armée russe et défend l'annexion de la Crimée comme une cause « sacrée ». Il annonce […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dominique LACOUE-LABARTHE, « DOLLAR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dollar/