DOLLAR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le dollar de la globalisation financière

Une économie nationale ouverte sur le reste du monde ne peut simultanément maintenir des mouvements de capitaux non contraints, un taux de change fixe et une politique monétaire indépendante (triangle d'incompatibilité de Mundell). Alors que les pays européens recherchent tout au long des années 1980-1990 à stabiliser leurs taux de change à travers les mécanismes du système monétaire européen et à intégrer leurs marchés des biens et des capitaux pour former une union économique et monétaire, le Japon essaie surtout de préserver un taux de change compétitif. Les États-Unis, quant à eux, entendent décider librement de leur politique monétaire et, comme à l'accoutumée, ils se soucient assez peu de contrôler les changes. Comme le soulignait un jour un secrétaire au Trésor américain à ses interlocuteurs étrangers : « Nous avons le dollar, c'est votre problème. »

La volatilité du dollar

Au début de la phase de flottement des monnaies, de 1973 à 1975, le dollar connaît deux chutes prononcées suivies de remontées à peu près équivalentes. De 1976 à 1978, la chute du dollar est générale contre toutes les monnaies, de 13 à 45 p. 100 respectivement vis-à-vis du franc et du yen. La dépréciation se justifie face à la concurrence de l'Allemagne et du Japon, mais elle est insuffisante pour compenser la différence de coûts salariaux et sociaux vis-à-vis des pays émergents d'Amérique latine et d'Asie du Sud-Est, les nouveaux concurrents de la puissance américaine.

La nécessité de tirer parti de cette différence de coûts conduit à accepter une appréciation du dollar. D'une part, elle permet de payer moins cher les importations non substituables (pétrole, matières premières, etc.) ; d'autre part, elle incite les industries à se moderniser à moindre coût, à se spécialiser dans des productions à fort contenu en progrès technique et haute valeur ajoutée qui sont demandées à l'étranger plus pour leur nouveauté, leurs caractéristiques, que pour leur prix. Ainsi, de 1979 à 1985, on assiste à une appréciation exceptionnelle du dollar. La hausse des taux d'intérêt mise en œuvre en 1979 par le président du Fed Paul Volcker, qui porte à 18 p. 100 le taux à court terme, casse les anticipations inflationnistes et réussit, au prix d'une récession (en 1982) et d'une crise bancaire majeures, à faire baisser durablement l'inflation. Les autorités monétaires américaines refusent d'intervenir sur les marchés des changes pour enrayer l'appréciation continue du dollar.

Cependant, dès 1980, les transactions courantes avec l'étranger deviennent déficitaires et le resteront durablement ; en outre, les industries exportatrices souffrent de l'appréciation du dollar qui paraît maintenant excessive et la compétitivité des États-Unis est compromise. Les accords du Plaza Hotel signés à New York en septembre 1985, permettent, par des interventions coordonnées sur les marchés des changes, un certain partage de l'ajustement entre les grands pays formant le groupe des Cinq (États- Unis, Royaume-Uni, R.F.A., France, Japon). Le Japon accepte notamment de favoriser une appréciation ordonnée et substantielle du yen pour diminuer ses excédents commerciaux et ses investissements, en particulier immobiliers, aux États-Unis. Aux accords du Louvre en février 1987, les banques centrales jugent la dépréciation du dollar suffisante ; de façon ambitieuse, elles consacrent le concept de zones cibles entre dollar, mark et yen en les assortissant d'interventions pour guider les évolutions des marchés. La Banque centrale allemande et le Fed vendent 13 milliards de dollars entre mai et octobre 1988 et le Fed seul encore 20 milliards de mars à octobre 1989. Pour l'essentiel, on considère généralement comme une réussite l'atterrissage contrôlé du dollar bien que la transparence souhaitée des interventions des banques centrales, notamment d'Allemagne et du Japon, ne soit pas au rendez-vous.

Durant les années 1990, le déficit courant des États-Unis s'alourdit, mais il est facilement financé par des capitaux étrangers qui recherchent des placements stables et rémunérateurs. Les entrées nettes de capitaux à long terme sont élevées ; la balance de base reste largement excédentaire, ce qui n'autorise pas la mise en cause de la forte position internationale des États-Unis. Le pays ne remplit plus pourtant sa fonction traditionnelle d'intermédiation financière internationale consistant à prêter à long terme des fonds em [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Médias de l’article

Billet d'un dollar

Billet d'un dollar
Crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

photographie

Crise du dollar, août 1971

Crise du dollar, août 1971
Crédits : Evening Standard/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de sciences économiques à l'université de Bordeaux-IV-Montesquieu, directeur du Groupe de recherche en analyse et politique économiques, unité mixte du C.N.R.S. 5113

Classification

Autres références

«  DOLLAR  » est également traité dans :

ACCORDS DE BRETTON WOODS

  • Écrit par 
  • Francis DEMIER
  •  • 285 mots
  •  • 1 média

Le système monétaire mis en place à Bretton Woods en 1944 répond, pour les Américains, à la volonté d'éviter les crises monétaires, dont on pensait qu'elles avaient entraîné le protectionnisme, le nationalisme, la guerre. Le système se présente comme un retour à l'étalon or qui, avec un système de change fixe, apparaît comme le gage de la stabilité et d'une règle commune. Il s'en éloigne toutefois […] Lire la suite

AGRICOLE RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Abel POITRINEAU, 
  • Gabriel WACKERMANN
  •  • 10 248 mots

Dans le chapitre « Les effets de la mondialisation »  : […] L'industrialisation et la tertiairisation de l'agriculture ont en effet bousculé de fond en comble structures et pratiques habituelles. Les stratégies agroalimentaires sont le fait des trois grands qui constituent la triade : Amérique du Nord, Japon et Europe occidentale. Cette triade procède à des investissements massifs dans la recherche en vue de découvrir des biotechnologies capables de perme […] Lire la suite

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 36 989 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Une succession de chocs externes défavorables (1997-2000) »  : […] Elle va cependant avoir beaucoup plus de mal à encaisser la succession de crises financières qui font suite à l'effondrement du baht thaïlandais en juillet 1997. La crise asiatique de 1997, la crise russe de 1998, puis la crise monétaire brésilienne de janvier 1999 suscitent un phénomène de méfiance des marchés vis-à-vis des titres souverains émergents et frappent fortement les obligations argent […] Lire la suite

BRETTON WOODS CONFÉRENCE DE (1944)

  • Écrit par 
  • Alain-Pierre RODET
  •  • 960 mots
  •  • 1 média

Du 1 er au 22 juillet 1944, au moment où la Seconde Guerre mondiale prend fin, une conférence monétaire et financière, placée sous l'égide de ce qui va devenir bientôt l'Organisation des Nations unies, se tient sur la côte est des États-Unis à Bretton Woods (N.H.). Quarante-quatre pays sont représentés à cette conférence qui a été vivement souhaitée par les États-Unis ; l'U.R.S.S., sollicitée, ne […] Lire la suite

CANADA, économie

  • Écrit par 
  • Serge COULOMBE
  •  • 7 907 mots

Dans le chapitre « La dépendance économique à l’égard des États-Unis et les politiques de diversification du commerce »  : […] Jusqu’au milieu de xx e  siècle, le Royaume-Uni constitue le principal partenaire commercial du Canada. Avec l’ouverture progressive au commerce international après la Seconde Guerre mondiale et l’extension du réseau routier nord-américain, les États-Unis deviennent le principal acheteur de produits d’exportation canadiens sur les marchés internationaux. Le cœur industriel allait profiter grandeme […] Lire la suite

CHANGE - Les opérations de change

  • Écrit par 
  • Henri BOURGUINAT, 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 7 003 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les cotations au certain et à l'incertain »  : […] Les monnaies sont cotées selon deux modes différents : à l'incertain ou au certain. Pour le plus grand nombre de monnaies, on cote à l'incertain. On fait dans ce cas apparaître combien d'unités de monnaie nationale (la cote) il faut céder pour obtenir une (ou un multiple : 10, 100, 1 000) unité de monnaie étrangère (la base). Ainsi, à Zurich, pour le franc suisse (CHF), coté à l'incertain par rap […] Lire la suite

CHANGE - Les régimes de change

  • Écrit par 
  • Patrick ARTUS
  •  • 6 880 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Une ou deux monnaies de réserve ? »  : […] Depuis ses débuts en 1999, l'euro est loin d'avoir détérioré le dollar : en 2000, l’euro représentait 17 p. 100 des émissions internationales d'obligations, 13 p. 100 des réserves de change des banques centrales (contre 68 p. 100 pour le dollar) ; 30 p. 100 cependant des transactions sur le marché des changes, contre 52 p. 100 pour le dollar. L'encours d'actifs financiers (actions et obligations) […] Lire la suite

CHANGE - Le système monétaire international

  • Écrit par 
  • Henri BOURGUINAT, 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 6 570 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le flottement des monnaies »  : […] Après la seconde dévaluation du dollar (février 1973), les banques centrales autres que celle des États-Unis décident, en mars 1973, de ne plus se considérer comme tenues d'acquérir des dollars au cas où leur monnaie dépasserait la marge de fluctuation par rapport au cours pivot antérieur. Le flottement des monnaies s'installe de facto. Les États-Unis se refusant eux-mêmes, traditionnellement, à […] Lire la suite

CHANGE - L'intégration monétaire européenne

  • Écrit par 
  • Christian BORDES
  •  • 14 239 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le rapport Marjolin et les perturbations du système monétaire international »  : […] Dès les premières années du Marché commun, la nécessité d'une harmonisation monétaire se fait jour. En l'absence d'une monnaie communautaire unique, il faut recourir à l'emploi d'unités de comptes dans de nombreux domaines de la Communauté, les ajustements de taux de change pouvant perturber le fonctionnement de l'union douanière et de la politique agricole commune. La politique agricole commune […] Lire la suite

CRISES ÉCONOMIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Charles ASSELAIN, 
  • Anne DEMARTINI, 
  • Pascal GAUCHON, 
  • Patrick VERLEY
  •  • 21 780 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Escalade protectionniste, ruptures monétaires, crises financières »  : […] La dislocation de l'économie mondiale après 1930 résulte d'abord de la montée du protectionnisme, qui dépasse tous les prédédents historiques. D'abord, par la rapidité de sa diffusion, selon une dynamique à la fois intersectorielle (toute « protection » accordée à un secteur en difficulté déclenche les revendications d'autres secteurs, qui réclament des avantages équivalents) et internationale, à […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

7 septembre 2021 Salvador. Introduction du bitcoin comme monnaie légale.

Le bitcoin devient monnaie légale au côté du dollar américain, seule monnaie légale du pays depuis 2001. Le Salvador est le premier pays à accorder un cours légal à une cryptomonnaie, en application d’une loi votée en juin. Cela doit permettre aux Salvadoriens d’économiser 400 millions de dollars (337 millions d’euros) de frais bancaires lors des envois d’argent par la diaspora, qui représentent 22 % du PIB du pays. […] Lire la suite

1er janvier 2021 Cuba. Unification du système monétaire.

Le peso convertible aligné sur le dollar, initialement réservé au secteur touristique, disparaît. Seul demeure le peso cubain, utilisé dans les transactions domestiques, qui vaut vingt-quatre fois moins. Le dollar avait déjà été réintroduit en octobre 2019. Afin de pallier les augmentations de prix, le gouvernement a multiplié par cinq le salaire minimum et les pensions de retraite. […] Lire la suite

6-25 juillet 2019 Turquie. Limogeage du gouverneur de la Banque centrale.

Le limogeage de son gouverneur porte atteinte à l’indépendance de la Banque et affecte sa crédibilité, déjà fragilisée par la forte dépréciation de la devise nationale face au dollar en 2018. Le 25, le nouveau gouverneur de la Banque centrale Murat Uysal décide d’abaisser fortement le taux directeur, à 19,75 p. 100, arguant du « ralentissement de l’activité économique globale » et de l’« amélioration constante » du taux d’inflation – 15,7 p. […] Lire la suite

13 septembre 2018 Turquie. Forte augmentation du taux directeur.

 100 depuis le début de l’année par rapport au dollar et à l’euro –, ainsi que la forte inflation que celle-ci entraîne. Le président Recep Tayyip Erdogan, qui estime que « cette crise n’est pas la nôtre » mais le résultat d’un « complot étranger », était opposé au relèvement des taux d’intérêt – l’islam considère l’usure comme un péché. […] Lire la suite

16-30 juin 2016 Royaume-Uni – Union européenne. Référendum britannique en faveur de la sortie de l'UE.

La livre sterling se déprécie par rapport au dollar et à l’euro. Le 25, le commissaire européen britannique Jonathan Hill, chargé de la stabilité financière, démissionne. Le 26, le limogeage par Jeremy Corbyn du chef de la diplomatie du « cabinet fantôme » travailliste Hilary Benn provoque la démission de seize autres membres de ce cabinet – un tiers de son effectif. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dominique LACOUE-LABARTHE, « DOLLAR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dollar/