TAUX DE CHANGE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le taux de change désigne le rapport d'échange entre deux devises. L'observation du taux de change nominal (par exemple, 1 euro = 0,96 dollar) est souvent complétée par le calcul du taux de change réel, qui corrige le change nominal par l'évolution de l'inflation dans chacune des deux zones. Le taux de change bilatéral est également souvent complété par le taux de change effectif. Par exemple, le taux de change effectif de l'euro est obtenu en pondérant ses taux de change bilatéraux (vis-à-vis du dollar, du yen, des autres devises) par la structure du commerce extérieur de la zone euro (part des importations et des exportations libellées dans la devise considérée).

On dit qu'un pays ou une zone cote sa devise au certain lorsqu'il prend cette devise comme référence (exemple pour les Européens : 1 euro = x dollar). À l'incertain, toujours du point de vue des Européens, il faudrait écrire : 1 dollar = 1/x euro. Cette expression pourrait aussi être celle de la cotation au certain du dollar du point de vue des Américains. Ces derniers cotent toutefois le dollar à l'incertain. Les Américains lisent donc dans leur journal comme les Européens 1 euro = x dollar. La place de Londres, elle, a toujours coté la livre sterling au certain. En Europe continentale, l'habitude est plus récente : elle date de l'introduction de l'euro sur les marchés de capitaux en janvier 1999 et elle exprime une ambition affichée par rapport au dollar...

Un taux de change dépend des « fondamentaux » – croissance, inflation, taux d'intérêt, soldes publics, soldes extérieurs, etc. – dans les deux pays ou zones concernés. À court terme, cependant, les anticipations des opérateurs jouent un rôle essentiel, provoquant des « surajustements » à la hausse ou à la baisse. Il n'est pas facile de déterminer des taux de change d'équilibre. La parité des pouvoirs d'achat, ou P.P.A., définie telle que le même panier de biens et services ait le même prix dans deux pays ou deux zones au taux de change près, est utile. À long terme, il faut tenir compte aussi de la nécessité de réduire les déséquilibres extérieurs. Ainsi, sur la base de la P.P.A., le taux de change d'équilibre de l'euro est proche de 1,04 dollar, alors qu'à long terme, vu la nécessité de réduire les déficits extérieurs américains, il est compris entre 1,20 et 1,30 dollar.

Depuis 1973, les taux de change sont flottants sur le plan mondial, et la fixité ne s'applique que dans certaines régions (comme la zone euro ou la zone franc). Périodiquement sont évoqués des régimes intermédiaires entre changes fixes et flottants, mais leur mise en œuvre reste délicate. L'ancrage rigide sur le dollar des monnaies de certains pays émergents du Sud-Est asiatique (telles que le bath thaïlandais) s'est soldé en 1997 par la crise de change qui a ouvert la crise asiatique. La stabilité des changes demeure une quête difficile. En Europe, l'union monétaire l'a instaurée au sein de la zone euro. À l'échelle mondiale, elle dépend du degré de coopération entre le Japon, les États-Unis et l'Europe.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification

Autres références

«  TAUX DE CHANGE  » est également traité dans :

BÂLE ACCORDS DE (1972)

  • Écrit par 
  • Marie-France BAUD-BABIC
  •  • 299 mots

Le 24 avril 1972, les accords monétaires de Bâle sont signés. Ils mettent en place l'une des propositions du plan rédigé par l'équipe réunie autour de Pierre Werner, Premier ministre luxembourgeois de l'époque, proposant de parvenir par étapes à la création d'une Union économique et monétaire. C'est alors la création du fameux serpent monétaire européen, la première tentative européenne de stabili […] Lire la suite

ANTICIPATIONS, économie

  • Écrit par 
  • Christian de BOISSIEU
  •  • 6 070 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Anticipations et ajustements macroéconomiques »  : […] Les principales fonctions de comportement sont, d'une manière ou d'une autre, influencées par les anticipations. Ainsi la consommation des ménages dépend moins de leur revenu courant que du revenu « normal » anticipé pendant un certain horizon temporel (revenu « permanent »), voire du revenu moyen anticipé pendant la durée de vie (théorie du « cycle vital »). L'investissement des entreprises est […] Lire la suite

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 36 989 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Au-delà du rebond, une nouvelle phase de croissance »  : […] La reprise amorcée se confirme et une croissance dite « asiatique » s'installe en Argentine à partir de 2003 : la croissance du PIB avoisine les 9 p. 100 en moyenne annuelle entre 2003 et 2006. Cette phase de forte croissance est tirée, côté offre, par l'industrie et le secteur du BTP, ainsi que par les services de transport et commerce, alors que les autres services, publics et financiers, n'ont […] Lire la suite

BRÉSIL - Économie

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL
  •  • 6 368 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le « miracle économique brésilien » : 1964-1980 »  : […] Les généraux au pouvoir mettent en place ce qu'on a appelé le modèle brésilien de croissance, à l'origine du « miracle économique » de la fin des années 1960 et des années 1970. Ce modèle comporte trois volets. Il repose d'abord sur l'idée que la perte de dynamisme vient de l'insuffisance de l'investissement, lui-même dû à la faiblesse de l'épargne. Il faut donc favoriser celle-ci en maîtrisant l' […] Lire la suite

CANADA, économie

  • Écrit par 
  • Serge COULOMBE
  •  • 7 907 mots

Dans le chapitre « Le commerce international »  : […] Depuis 1995, les exportations de biens et services représentent plus de 30 p. 100 du PIB canadien. Contrairement à la majorité des pays industrialisés mais à l’instar de l’Australie et de la Norvège, le Canada est un exportateur net de ressources naturelles. Celles-ci (très variées mais dominées par le pétrole brut, le gaz naturel, les métaux et les produits forestiers) comptaient pour près de 50 […] Lire la suite

CASSEL KARL GUSTAV (1866-1945)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 486 mots

Économiste suédois né le 20 octobre 1866 à Stockholm, mort le 14 janvier 1945 à Djursholm, dans la banlieue de Stockholm. Karl Gustav Cassel étudie à l'université d'Uppsala, puis à celle de Stockholm où il devient professeur d'économie de 1904 à 1933. Il occupe le devant de la scène internationale grâce à sa contribution sur les problèmes monétaires internationaux lors de la conférence de Bruxell […] Lire la suite

CHANGE - Les théories du change

  • Écrit par 
  • Hélène RAYMOND-FEINGOLD
  •  • 9 061 mots

Depuis l'abandon, en 1973, du système de changes de Bretton-Woods, l'évolution des parités entre devises a souvent défié la logique des théories. Pourtant, le résultat prévisible du passage aux changes flexibles était a priori simple. D'une part, il devait restituer à la politique monétaire son autonomie en libérant le taux d'intérêt d'un objectif de change. D'autre part, le flottement des taux d […] Lire la suite

CHANGE - Les régimes de change

  • Écrit par 
  • Patrick ARTUS
  •  • 6 880 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La mini-crise des émergents en 2013 »  : […] Lorsque la croissance des pays de l’O.C.D.E. a chuté en 2009 après la faillite de Lehman Brothers, de nombreux pays émergents sont passés d’une stratégie de croissance tirée par les exportations à une stratégie de croissance tirée par la demande intérieure. Ils ont donc mis en place des politiques monétaires stimulantes pour soutenir la demande intérieure. Mais l’offre de biens était rigide, avec […] Lire la suite

CHANGE - Le système monétaire international

  • Écrit par 
  • Henri BOURGUINAT, 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 6 570 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le flottement des monnaies »  : […] Après la seconde dévaluation du dollar (février 1973), les banques centrales autres que celle des États-Unis décident, en mars 1973, de ne plus se considérer comme tenues d'acquérir des dollars au cas où leur monnaie dépasserait la marge de fluctuation par rapport au cours pivot antérieur. Le flottement des monnaies s'installe de facto. Les États-Unis se refusant eux-mêmes, traditionnellement, à […] Lire la suite

CHANGE - L'intégration monétaire européenne

  • Écrit par 
  • Christian BORDES
  •  • 14 239 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le fonctionnement dans un régime de contrôle des mouvements de capitaux »  : […] Les huit pays membres des Communautés européennes, à l'exception du Royaume-Uni, adhèrent au système. À l'époque où il est créé, certains sceptiques pensent que le S.M.E. ne tiendra pas longtemps ou, inversement, qu'il dégénérera en un système caractérisé par de faibles et fréquents ajustements de taux de change. Quelques années plus tard, ces prédictions ne se sont pas concrétisées. Au bout de tr […] Lire la suite

Les derniers événements

8-19 janvier 2010 Venezuela. Dévaluation du bolivar

Un double taux de change est instauré: la dévaluation par rapport au dollar est de 21 p. 100 pour les importations de biens de première nécessité, de 100 p. 100 pour les autres importations. La nouvelle monnaie, le bolivar fort, était entrée en vigueur en janvier 2008. La dégradation des finances publiques est due à la baisse des cours du pétrole en 2009, dont les revenus représentent 90 p. […] Lire la suite

14 janvier 2007 France. Investiture de Nicolas Sarkozy comme candidat de l'U.M.P. à l'élection présidentielle

Le taux de participation des militants s'élève à 69,1 p. 100. « J'ai changé », affirme le ministre de l'Intérieur, qui défend également la « démocratie irréprochable » et déclare vouloir « moraliser le capitalisme », « remettre le travailleur au cœur de la société » et « la morale au cœur de la politique ». Longtemps frontalement opposé à Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy a enregistré le ralliement de nombreux fidèles du chef de l'État, parmi lesquels Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin et Michèle Alliot-Marie. […] Lire la suite

1er-11 mai 2002 France. Réélection du président Jacques Chirac et formation du gouvernement

Le taux d'abstention, en forte diminution par rapport au premier tour, s'établit à 20,29 p. 100. Jacques Chirac déclare: « J'ai entendu et j'ai compris votre appel [...] pour que la politique change. » Le 6, Lionel Jospin présente la démission de son gouvernement au chef de l'État qui nomme à sa place Jean-Pierre Raffarin, sénateur (D.L.) de la Vienne et président du conseil régional de Poitou-Charentes. […] Lire la suite

1er-25 janvier 2002 Argentine. Élection d'Eduardo Duhalde à la présidence et poursuite de la crise financière

100 du peso pour les transactions externes, le taux de change étant libre pour les autres échanges. Le 9, le gouvernement décide d'assouplir les impopulaires restrictions bancaires qui interdisaient aux Argentins, depuis décembre 2001, de retirer plus de 250 pesos par semaine, afin de prévenir une fuite des capitaux. Le 11, à la réouverture du marché des changes à Buenos Aires, le peso ne perd que 40 p. […] Lire la suite

12-20 octobre 1996 Finlande. Victoire des « eurosceptiques » aux élections européennes

Le 12, le Premier ministre Paavo Lipponen annonce l'adhésion de la monnaie nationale au mécanisme de régulation des taux de change du système monétaire européen. Les Finlandais restent toutefois majoritairement hostiles à la monnaie unique. Le 20, les premières élections européennes sont marquées par la victoire de l'opposition « euro-sceptique ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian de BOISSIEU, « TAUX DE CHANGE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/taux-de-change/