DJIBOUTI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Djibouti : carte physique

Djibouti : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Djibouti : drapeau

Djibouti : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Afars (république de Djibouti)

Afars (république de Djibouti)
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Le golfe d'Aden

Le golfe d'Aden
Crédits : Hulton Getty

photographie

Tous les médias


Nom officielRépublique de Djibouti (DJ)
Chef de l'État et du gouvernementIsmaël Omar Guelleh (depuis le 8 mai 1999). Premier ministre : Abdoulkader Kamil Mohamed (depuis le 1er avril 2013)
Note :
CapitaleDjibouti
Langues officiellesarabe, français
Unité monétairefranc de Djibouti (DJF)
Population1 040 400 (estim. 2018)
Superficie (km2)23 200

La période coloniale

L'intérêt français pour la mer Rouge se réveille dans les années 1840-1860, au moment où elle paraît devoir devenir la grande route de l'Europe vers l'océan Indien et l'Extrême-Orient et que s'ouvrent les marchés du Haut Nil et d'Abyssinie.

En possession, dès 1862, du territoire d'Obock, acheté au sultan de Tadjourah, la France ne l'occupe qu'en 1884, au moment des occupations italienne de Massaouah et anglaise de Zeyla qui préludent à la formation de l'Érythrée italienne et de la Somalie anglaise. Entre ces deux territoires, la mer Rouge et l'Abyssinie, les Français, ayant transféré le centre administratif de leur possession à Djibouti, constituent, en 1896, la colonie de la Côte française des Somalis.

Djibouti n'avait de valeur que comme débouché de l'Éthiopie et comme port d'escale sur la route de l'Indochine.

La première fonction fut remplie avec la construction du chemin de fer reliant Addis-Abeba aux rives de la mer Rouge. Prévue dès 1894, la construction, commencée en 1897, ralentie par de nombreuses difficultés politiques et matérielles, s'accéléra après la signature d'une nouvelle convention avec l'Éthiopie en 1908 et le vote par le Parlement français de la garantie de l'État en avril 1909, pour s'achever en 1917.

La voie ferrée, longue de 784 kilomètres, contribua à l'essor du port. Escale des Messageries maritimes, il fut régulièrement amélioré (construction des premiers réservoirs à mazout en 1938). L'occupation de l'intérieur du pays ne donna lieu qu'à quelques combats.

L'épreuve vint des conditions internationales. L'Italie revendiqua le territoire, obtint par l'accord de 1935 une participation au chemin de fer. La guerre d'Éthiopie, les sanctions économiques en novembre 1935, la prise d'Addis-Abeba par les troupes italiennes en mai 1936 et la constitution de l'Afrique orientale italienne ralentirent les activités commerciales. Le refus de reconnaître la France libre fit peser u [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages



Écrit par :

  • : professeur des Universités
  • : professeur des Universités, Institut français de géopolitique de l'université de Paris-VIII, membre du Centre d'études africaines, C.N.R.S., École des hautes études en sciences sociales, chargé de cours à l'Institut national des langues et civilisations orientales
  • : professeur émérite d'histoire à l'université de Provence

Classification


Autres références

«  DJIBOUTI  » est également traité dans :

DJIBOUTI, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/chronologie/djibouti/#i_33698

AFAR

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 322 mots

Installés au nord de la ligne de chemin de fer Djibouti - Addis-Abeba, les Danakil ou Afar constituent à peu près 35 p. 100 de la population de la république de Djibouti. Mais la majorité d'entre eux sont installés en Éthiopie et en Érythrée. Ils sont, au total, quelques centaines de milliers. D'origine couchitique, ils sont très proches des Galla et des Somali. Divisés en deux groupes, Asahyammar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afar/#i_33698

BĀB AL-MANDAB DÉTROIT DE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 184 mots
  •  • 1 média

Situé entre la mer Rouge et le golfe d'Aden , le détroit de Bāb al-Mandab (Bab el-Mendeb), ou « Porte des lamentations », est divisé par l'île de Périm en deux parties : le petit détroit, large de 3 kilomètres entre Périm et la côte du Yémen, et le grand détroit, large de 26 kilomètres, entre Périm et la côte africaine de Djibouti, qui est emprunté par la grande navigation. Des courants dangereux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/detroit-de-bab-al-mandab/#i_33698

DJIBOUTI, ville

  • Écrit par 
  • Alain GASCON
  •  • 373 mots
  •  • 2 médias

Djibouti-Ville abrite, au début du xxi e  siècle, 650 000 habitants, soit 75 p. 100 de la population du territoire. La capitale regroupe la majorité des cent mille étrangers « non déclarés » installés dans la république de Djibouti. La France prit possession, en 1862, de la rive nord du golfe de Tadjoura. Lagarde, gouverneur de la colonie d'Oboc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/djibouti-ville/#i_33698

GOULED APTIDON HASSAN (1910-2006)

  • Écrit par 
  • Marc FONTRIER
  •  • 645 mots

Homme d'État djiboutien. Hassan Gouled Aptidon est né vers 1910 à Gerissa, dans le Somaliland anglais, en pays issa. Jeune homme, il cède au tropisme de Djibouti où il exercera d'abord des emplois modestes. En 1947, il se lance dans la vie politique et est élu dès 1950 sénateur de la Côte française des Somalis (C.F.S.) dont il préconise le maintien au sein de l'empire français. Sa modération es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hassan-gouled-aptidon/#i_33698

ISSA

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 152 mots

Avant-garde des Somali, dont ils sont un rameau, les Issa ont refoulé les Danakil, ou Afar, au nord du golfe du Tadjoura. Installés en Somalie, dans la partie méridionale de Djibouti où ils représentent 33 p. 100 de la population, mais aussi en Éthiopie et au Kenya, les Issa ont un chef suprême, l' Ogaz , résidant à Dire Daoua (Éthiopie). Malgré cette unité apparente, les tri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/issa/#i_33698

ROUGE MER

  • Écrit par 
  • Colette DUBOIS, 
  • Jean-Pierre PINOT
  • , Universalis
  •  • 9 696 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « De l'impérialisme européen à la décolonisation »  : […] Les Britanniques renforcent leur position au débouché méridional de la mer Rouge par trois points d'ancrage : les îles Perim (1857), Socotra (louée en 1863, elle devient protectorat anglais en 1886), éventuelles bases stratégiques, Aden, escale charbonnière et véritable plaque tournante des affaires entre l'Europe et l'Asie. Ils interdisent en outre toute implantation sur la côte arabique. Sur l'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mer-rouge/#i_33698

SOMALIE

  • Écrit par 
  • Éloi FICQUET, 
  • Alain GASCON, 
  • Francis SIMONIS
  •  • 10 584 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les Somali partagés entre quatre empires coloniaux »  : […] Ouvert en 1869, le canal de Suez aiguise les convoitises européennes sur la mer Rouge. C'est pourtant l'Égypte qui se lance la première dans la conquête de ces rivages. Émancipée de la tutelle turque depuis le début du xix e  siècle, elle veut dominer le bassin du Nil dont dépend sa survie. En 1866, le khédive Ismâ'il avait repris les possessions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/somalie/#i_33698

Voir aussi

Pour citer l’article

Colette DUBOIS, Alain GASCON, Jean-Louis MIÈGE, « DJIBOUTI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/djibouti/