CARE, philosophie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

John Rawls

John Rawls
Crédits : Harvard University News office

photographie

Carol Gilligan, un regard différent sur la responsabilité

Carol Gilligan, un regard différent sur la responsabilité
Crédits : D.R.

photographie


Depuis quelques années, le care suscite une curiosité et une perplexité motivées entre autres par son nom, un terme anglais laissé non traduit, car impossible à rendre en français par un seul mot, tant il engage de notions variées : celles du soin, du souci, de la proximité, du fait de se sentir concerné, donc d'attitudes ou de dispositions morales (care about, for), mais aussi celles de l'activité et du travail de care (take care). Il semble aussi être défini négativement : I don't care, ne pas se soucier... Car la première fonction de l'éthique du care est d'attirer l'attention sur un ensemble de phénomènes négligés : en premier lieu une dimension morale, en second lieu – mais l'urgence en apparaît quotidiennement – une dimension pratique, celle des activités de care et du statut des care givers.

L'humain comme vulnérable

La pensée du care, en proposant de donner tout leur sens à des valeurs morales d'abord identifiées comme féminines – le soin, l'attention à autrui, la sollicitude – a contribué à modifier une conception dominante de l'éthique. Par là, elle a introduit des enjeux éthiques dans le politique et placé la vulnérabilité au cœur de la morale au lieu de valeurs centrales telles que l'autonomie, l'impartialité, l'équité. Le care s'efforce d'attirer notre attention sur ce qui est sous nos yeux mais que nous ne voyons pas, par manque d'attention tout simplement, ou parfois par mépris pour un domaine humain d'activité tenu pour secondaire.

Le care renvoie à une réalité ordinaire : le fait que des gens s'occupent d'autres gens, s'en soucient et veillent ainsi au fonctionnement ordinaire du monde. Les éthiques du care affirment ainsi l'importance des soins et de l'attention portés aux autres, en particulier à ceux dont la vie et le bien-être dépendent d'une attention particularisée, continue, quotidienne. Elles s'appuient sur une analyse des conditions historiques [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages


Écrit par :

  • : professeur des Universités, université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  CARE, philosophie  » est également traité dans :

BIOÉTHIQUE ou ÉTHIQUE BIOMÉDICALE

  • Écrit par 
  • Gilbert HOTTOIS
  •  • 7 814 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les sources philosophiques »  : […] La réflexion bioéthique se réclame aussi de philosophes classiques tels Aristote (la prudence, la voie moyenne), Kant ou Stuart Mill (utilitarisme, libertés individuelles). Au sein de la bioéthique eurocontinentale, Kant est le plus sollicité. Il permet de fonder les notions d’autonomie et de dignité de la personne humaine et de justifier des impératifs éthiques universels et catégoriques, c’est- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bioethique-ethique-biomedicale/#i_53695

GILLIGAN CAROL (1936- )

  • Écrit par 
  • Sandra LAUGIER
  •  • 1 120 mots
  •  • 1 média

Carol Gilligan est née le 28 novembre 1936 à New York. Elle est professeur à la New York University après avoir enseigné pendant des décennies à Harvard. Ses travaux ont permis, au tournant des années 1980, l’introduction, dans le champ des études féministes, de l’éthique du care , qu’elle a été la première à définir et à promouvoir. Celle-ci formule une question subversive s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carol-gilligan/#i_53695

Voir aussi

Pour citer l’article

Sandra LAUGIER, « CARE, philosophie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/care-philosophie/