DIDACTIQUELa didactique des disciplines

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À l'issue de la Seconde Guerre mondiale, les systèmes scolaires des nations occidentales ont connu un profond bouleversement. Il tenait, d'une part, à la prolongation de la scolarité obligatoire, et donc à l'accroissement massif de la population des élèves du secondaire, et découlait, d'autre part, d'une volonté de réformer les programmes en vigueur, pour les rendre à la fois plus compatibles avec les nouveaux savoirs scientifiques et plus adaptés aux nouvelles générations d'élèves.

C'est en appui à ce processus qu'ont émergé de nouvelles démarches de recherche et d'intervention sur le terrain scolaire, qui se sont développées en deux phases. Au cours de la première phase – de 1950 à 1975 environ –, ces démarches visaient surtout à réformer les programmes et les méthodologies scolaires sur la base des acquis des sciences ayant trait aux contenus d'enseignement, et elles se présentaient ce faisant comme des disciplines d'application de ces mêmes sciences. Au cours de la seconde phase, elles se sont adressées à un plus large ensemble de problèmes posés par l'enseignement d'une discipline ; elles ont dès lors manifesté une indépendance croissante à l'égard des sciences de référence et ont revendiqué un statut de sciences autonomes, sous l'appellation de didactiques des disciplines scolaires.

De l'applicationnisme à la didactique des disciplines

Les démarches du premier type se sont déployées parallèlement dans deux domaines d'enseignement qui, au cours de la première moitié du xxe siècle, avaient régulièrement été dénoncés pour leur inefficacité : les langues et les mathématiques. Dans le premier domaine, la linguistique structurale avait élaboré de nouvelles méthodes d'analyse des langues naturelles qui permettaient de décrire scientifiquement les propriétés particulières de chacune d'elles, et qui mettaient en évidence l'inadéquation des modèles de grammaire traditionnelle, toujours en usage dans l'enseignement. Plus tard, avec l'émergence de la grammaire générative et transformationnelle issue des travaux de Noam Chomsky, qui prolongeait cette approche en proposant un modèle général du fonctionnement syntaxique des langues, la linguistique avait été érigée en paradigme de référence des sciences humaines modernes. Sur ces bases s'est alors développé un courant de linguistique appliquée, qui proposait de reformuler radicalement les programmes en y introduisant les notions et concepts issus du structuralisme et du générativisme, et qui préconisait la mise en place de nouvelles méthodes et techniques d'enseignement visant à la maîtrise des structures syntaxiques de la langue cible (méthode audio-orale, exercices structuro-globaux, etc.).

Promue pendant une vingtaine d'années, cette démarche s'est cependant progressivement révélée moins efficace que prévu. Il est d'abord apparu que la maîtrise du fonctionnement d'une langue, dans des situations concrètes de communication, impliquait des compétences plus diversifiées ; ce qui a conduit à recourir à d'autres références théoriques, relevant du champ linguistique (pragmatique, théorie de l'énonciation, analyse des discours, etc.) ou de champs voisins (psycholinguistique, sciences de la communication, etc.), en même temps qu'à relativiser l'importance des activités et des exercices centrés sur la structure formelle des langues. De plus, la gestion de ces mêmes activités restait orientée par une conception de l'apprentissage qui prenait insuffisamment en compte les capacités cognitives propres des élèves et leurs processus effectifs d'appropriation des savoirs en situation scolaire.

Dans le domaine des mathématiques, sous l'influence des travaux de psychologie génétique de Jean Piaget, qui avaient démontré l'existence de stades de développement cognitif caractérisés par des modalités spécifiques de fonctionnement des opérations et raisonnements intellectuels, a émergé un courant de psychopédagogie des mathématiques, qui visait à réorganiser les contenus d'enseignement de cette discipline en s'inspirant de théories de référence qui soient compatibles avec les niveaux successifs de développement des élèves, et qui a emprunté pour ce faire aux modèles de mathématiques nouvelles proposés notamment par le groupe Bourbaki. Si cette démarche a engendré une transformation pertinente et durable des contenus des programmes, elle a aussi été critiquée, puis abandonnée ; la théorie piagétienne conçoit en effet le développement cognitif comme un processus naturel, régi par des mécanismes biologiques innés, et ne fournit aucune indication sur les conditions permettant aux adultes de guider les apprentissages des élèves, dans le contexte spécifique des situations d'enseignement scolaire.

Ces deux échecs relatifs ont conduit à une remise en cause des démarches dites applicationnistes et à la création des didactiques des disciplines. Celles-ci ont pour caractéristiques générales de privilégier d'abord l'analyse de l'état de l'enseignement d'une matière scolaire, dans ses dimensions politiques, sociologiques, historiques et structurelles, de gérer ensuite les processus d'emprunt et d'adaptation de données scientifiques ayant trait aux contenus d'enseignement ou aux processus de développement psychologique pour réformer les programmes et les méthodologies, d'analyser enfin les conditions sous lesquelles les méthodes et techniques d'enseignement sont susceptibles de favoriser les apprentissages attendus, dans le contexte concret de la structure d'une classe et des attentes sociales concernant le système scolaire.

Dès le début des années 1970, la linguistique appliquée s'est transformée en une didactique des langues étrangères (ou secondes), à laquelle est venue s'adjoindre, au cours des années 1980, la didactique de la langue maternelle (ou première). La didactique des mathématiques et la didactique des sciences naturelles ont émergé parallèlement, et ce sont leurs promoteurs, G. Brousseau et Y. Chevallard, qui ont élaboré l'essentiel des problématiques et des concepts de base que partagent aujourd'hui l'ensemble des didacticiens. Ce mouvement s'est ensuite étendu à la totalité des matières au programme de la scolarité obligatoire, avec la création des didactiques des sciences sociales (histoire, géographie, économie), des activités physiques et sportives, et des disciplines artistiques. Plus tard encore, cette approche s'est généralisée à des matières relevant d'autres ordres d'enseignement (didactique de la philosophie, didactique de la littérature, didactiques professionne [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : docteur en psychologie, professeur ordinaire de didactique des langues à l'université de Genève
  • : maître de conférences à l'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud

Classification

Autres références

«  DIDACTIQUE  » est également traité dans :

DIDACTIQUE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BRONCKART, 
  • Jean-Louis CHISS
  •  • 2 699 mots
  •  • 1 média

Le terme didactique a des conditions d'emploi qui varient selon les langues et qui ont sensiblement évolué au cours des siècles en français, où il demeure porteur de significations diverses. Dans sa forme adjectivale (et nominale au masculin : le didactique), ce terme s'applique aux différents aspects des entreprises de formation et d'enseignement (objets, méthodes, attitud […] Lire la suite

DIDACTIQUE - La didactique de la langue maternelle

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BRONCKART, 
  • Jean-Louis CHISS
  •  • 3 715 mots

Dans la plupart des systèmes scolaires des nations occidentales – et sans doute largement au-delà –, l'enseignement de la langue maternelle est confronté à un ensemble de difficultés qui engendrent régulièrement des diagnostics de crise, ou d'état endémique d'inadaptation et d'échec de ce type de formation. Un premier ordre de difficultés a trait au faible niveau de maîtrise de la langue atteint p […] Lire la suite

APPRENTISSAGE DES LANGUES ÉTRANGÈRES

  • Écrit par 
  • Daniel GAONAC'H
  •  • 1 239 mots

Les recherches sur l’apprentissage des langues étrangères ont d’abord été liées au domaine de la psycholinguistique, puis à celui du bilinguisme. Elles prennent actuellement davantage en compte les concepts de la psychologie cognitive : modalités d’apprentissage, automatisation, coût cognitif. En lien avec la psycholinguistique, on a montré que la structuration progressive du système de la langue […] Lire la suite

ENSEIGNEMENT INDIVIDUALISÉ

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ASTOLFI
  •  • 927 mots

L'idée d'individualisation de l'enseignement est aussi ancienne que l'enseignement lui-même, et s'enracine dans les pratiques traditionnelles du préceptorat. Elle renvoie à une grande diversité terminologique qui embrasse toute l'histoire de la pédagogie : autonomie, travail indépendant, pédagogie de la découverte, autodidaxie, contrat pédagogique, conseil méthodologique, différenciation pédagogi […] Lire la suite

LINGUISTIQUE - Le langage au carrefour des disciplines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 10 045 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'enseignement des langues  »  : […] En matière d'enseignement des langues , il convient de distinguer trois cas : l'enseignement de la langue maternelle, celui d'une langue seconde dans un cadre de bilinguisme et celui d'une langue étrangère. L'enseignement de la langue maternelle, chez le jeune enfant, concerne d'abord l'acquisition de la lecture et de l'écriture : les connaissances requises pour l'élaboration des méthodes d'appren […] Lire la suite

MATHÉMATIQUES (DIDACTIQUE DES)

  • Écrit par 
  • Régine DOUADY
  •  • 6 924 mots
  •  • 1 média

Les problèmes posés par l'enseignement des mathématiques ne sont pas nouveaux. Au début du siècle, Henri Lebesgue était préoccupé par les conditions de l'enseignement et de la formation des professeurs. Des efforts plus récents se sont déployés dans tous les pays. Depuis les années 1960-1970, des institutions, de statut différent selon les pays ou à l'intérieur d'un même pays, ont reçu pour missi […] Lire la suite

PÉDAGOGIE - Les problèmes de l'éducation scolaire

  • Écrit par 
  • Pierre GRÉCO
  •  • 3 092 mots

Dans le chapitre « Les problèmes didactiques »  : […] Reconnaissons que toute question pédagogique, qu'elle soit étroitement spécifiée (par exemple : la « pédagogie du calcul à l'école primaire ») ou formulée très largement (par exemple : la « formation de la personnalité »), renvoie obligatoirement à trois sortes d'interrogations au moins. En premier lieu se posent des problèmes qu'on peut appeler didactiques , et qui concernent les techniques mêmes […] Lire la suite

PERCEPTION DU NOMBRE

  • Écrit par 
  • Véronique IZARD
  •  • 1 292 mots

Dans le chapitre « Sens des nombres et mathématiques »  : […] Au-delà de la simple perception des quantités, notre « sens des nombres » nous permet également d’effectuer des calculs arithmétiques sur des ensembles concrets – additions, soustractions, calculs de proportions… Ces capacités sont présentes chez l’adulte comme chez l’enfant, dans les cultures industrialisées, mais aussi chez des peuples qui parlent des langues très différentes et où il n’existe […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Paul BRONCKART, Jean-Louis CHISS, « DIDACTIQUE - La didactique des disciplines », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/didactique-la-didactique-des-disciplines/