DEVENIR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Devenir et dialectique

La pensée du devenir est passée, au cours de l'histoire, par des avatars contradictoires, et elle compose un processus, un moment du devenir universel. Même, cet enchaînement d'attitudes changeantes à l'égard du devenir fournit un modèle du devenir en général, parce qu'il intègre ses moments opposés à une totalité dynamique. Le devenir de la pensée enseigne à penser tout devenir : dialectiquement.

La dévaluation philosophique du devenir

En général, la philosophie classique s'est défiée du devenir ; elle a tenté de le prohiber ou de le dénaturer. Le plus souvent, il n'a pénétré dans les systèmes que contre l'intention de leurs auteurs, comme en fraude.

Certes, au départ de la philosophie occidentale, Héraclite s'est fait le philosophe du devenir : « Tout coule, proclamait-il, l'homme ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve ! » La notion du devenir connaîtra beaucoup plus tard, au xixe siècle, une élaboration abstraite très minutieuse, et, par comparaison, la pensée d'Héraclite peut paraître naïve. Cependant, Héraclite discernait dans le changement la contradictorialité interne qui en est la condition et le moteur ; il reconnaissait le néant comme abstraction valable. Aussi Hegel ne craint-il pas d'affirmer : « Il n'y a pas une proposition d'Héraclite que je n'aie reprise dans ma logique. »

Entre-temps, et malgré quelques concessions inévitables, c'est surtout contre cette pensée héraclitéenne du devenir que la métaphysique s'est édifiée.

Au nom d'une logique que Hegel qualifie de « logique de l'entendement », une logique du bon sens qui établit un accord facile entre les idées fixées, d'une part, et entre ces idées et les objets déterminés et mis en œuvre par une technique encore rudimentaire, d'autre part, les Éléates nièrent, non pas le devenir, trop évident, mais sa valeur et son intelligibilité : ils l'abaissèrent au rang de simple apparence et voulurent préserver toute essence de sa contamination. Les Éléates admettaient que le devenir implique à la fois l'être et le néant, mais ils déniaient au néant toute possibilité d'être et parvenaient ainsi à justifier, du moins formellement, leur refus du devenir : « L'être est ; le non-être n'est pas », prétendait Parménide.

En conséquence, les Éléates posaient, au-delà du devenir sensible, et donc du monde concret, l'Être qui se garde pur de tout néant, l'Être absolument stable, immobile et éternel. L'un d'entre eux, Zénon, mit en évidence les antinomies auxquelles on aboutit lorsque l'on tente de penser le mouvement selon les exigences de la logique non dialectique. Sans le vouloir, il révélait ce qui sera le principe de toute logique dialectique : la reconnaissance de la contradiction incluse dans tout changement, dans toute réalité, dans toute pensée.

Paradoxalement, comme l'a remarqué Hegel et comme l'avait senti Platon, Zénon, en chassant le devenir de l'essence pensée, effectuait une opération intellectuelle, et accueillait donc subrepticement le devenir dans la pensée elle-même, avec ses contradictions immanentes.

On peut s'interroger sur les causes de la contestation du devenir par de nombreux philosophes classiques, à la suite des Éléates. Résulte-t-elle d'exigences logiques autonomes, ou bien n'est-ce pas le besoin d'exclure le devenir qui se pourvoit d'une logique docile ? Ce besoin n'aurait-il pas lui-même des racines idéologiques ? La négation du devenir est un encouragement et une justification pour les attitudes socialement et scientifiquement conservatrices.

Cette négation comporte d'ailleurs une part de vérité, et elle a fait preuve d'une grande fécondité. En prélevant partialement un aspect du réel, elle en favorise l'étude minutieuse, bien qu'abstraite. Elle permet l'exploration des moments logiques du devenir, aussi utile pour l'étude de ce dernier que la dissection du cadavre l'est pour la connaissance de la vie.

Des théories moins conservatrices s'efforcent de replonger les moments, distingués ainsi abstraitement, dans le flux du devenir. Elles rétablissent les connexions sans effacer les distinctions et montrent ainsi la réalité complexe, la nécessité, l'unité différenciée et l'intelligibilité du devenir.

La logique du devenir

Avec Hegel, on assiste à une réhabilitation intégrale du devenir, et même dans ses modes les plus évanescents : « Les montagnes impérissables ne sont pas supérieures à la rose vite effeuillée dans sa vie qui s'exhale. » C'est le changement historique, particulièrement fiévreux à son époque, qui inspire Hegel, en imposant à son attention une sorte de grossissement et de prototype de tous les autres changements.

Pour comprendre, autant que possible, le devenir, Hegel mit au point la dialectique dont certains de ses prédécesseurs avaient élaboré des rudiments.

Cette méthode s'efforce de saisir intellectuellement la vie et le devenir. Y parvient-elle ? Certains en doutent. Du moins Hegel pensait-il que la tâche de la dialectique est de dissoudre les concepts figés par l'entendement, de résoudre les oppositions, de surmonter les ruptures. Dans sa forme la plus abstraite, la connaissance ultime se résume en l'intellection du devenir et de ses moments constitutifs : « Savoir qu'il y a la contradiction dans l'unité et l'unité dans la contradiction, c'est cela le savoir absolu ; la science consiste à connaître cette unité dans son entier développement. »

Pourtant, ce devenir unificateur, s'il est compris dans sa nature et ses moments, pose à son tour d'embarrassantes questions. Est-il sans fin ? La totalité du devenir reste-t-elle en tant que totalité, immuable, en repos ? Hegel constatait que « le vrai est le délire bachique dont il n'y a aucun membre qui ne soit ivre ; et puisque ce délire résout en lui immédiatement chaque moment qui tend à se séparer de tout, ce délire est aussi bien le repos translucide et simple ».

La boucle bouclée, le devenir n'a plus qu'à recommencer son entier développement. La conception hégélienne de la circularité suggère ce retour éternel, et Engels lui-même, sans chagrin apparent, a imaginé « la succession des mondes éternellement répétée dans le temps infini ». Lénine, toujours sensible à la spontanéité créatrice et à la nouveauté de la vie, ne se complaît pas moins à l'image héraclitéenne d'un devenir répétitif : « Le monde, unité du tout [...], a été, est et sera un feu éternellement vivant qui s'allume et s'éteint selon des lois. »

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DEVENIR  » est également traité dans :

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 834 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les principes »  : […] Ainsi que le livre A de la Métaphysique , le livre I de la Physique est consacré à une confrontation avec les prédécesseurs, qui porte expressément sur le nombre et la nature des principes. En fait, ce qui est en question dans ce débat, c'est la possibilité même d'une physique, c'est-à-dire d'une science des êtres naturels, qu'Aristote assimile tacitement aux êtres en mouvement ou susceptibles de […] Lire la suite

CONTINGENCE

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 4 892 mots

Dans le chapitre « Formes simples »  : […] Partout où l'idée de contingence est utilisée, elle entretient des relations avec trois termes : les lois de la nature, la liberté humaine et la prescience divine, dont chacun peut être affirmé ou nié. On peut ainsi former de nombreuses combinaisons, auxquelles correspondent des sens différents du mot « contingence ». Sans passer en revue toutes les figures concevables de la contingence, nous évoq […] Lire la suite

DÉCADENCE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 9 959 mots

Longtemps hantée par le déclin et la chute de l'Empire romain d'Occident, la réflexion sur la décadence est solidaire d'une méditation sur l'Histoire dans laquelle elle s'inscrit. Elle l'est également de spéculations sur le destin des civilisations dont le devenir est souvent interprété à partir d'un modèle unique qui se résout en une métaphore organiciste : les individus vieillissent, les espèce […] Lire la suite

DELEUZE GILLES (1925-1995)

  • Écrit par 
  • Bruno PARADIS
  •  • 2 094 mots

Dans le chapitre « Les devenirs »  : […] « Le devenir est le processus du désir », est-il dit dans Mille Plateaux (1980). Dans les connexions, une ligne se dessine. Partant d'un point singulier arraché à une multiplicité (un élément fragmentaire), elle conduit au voisinage d'un autre point singulier, à partir duquel elle reprend son mouvement. Une série s'organise qui nous conduit toujours plus loin dans ce que Deleuze appelle un proces […] Lire la suite

DÉMOCRITE (460 av. J.-C.?-? 370 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Fernando GIL, 
  • Pierre-Maxime SCHUHL
  •  • 1 632 mots

Dans le chapitre « Le problème métaphysique »  : […] Dans la Métaphysique (A, 4, 985 b 4 sqq.), Aristote désigne le « plein » (les atomes) et le « vide » comme les causes matérielles de toutes les choses selon Leucippe et Démocrite ; et il ajoute que les « causes de tout le reste » sont des « différences » dans la figure (qui détermine la « proportion »), l'ordre (qui détermine le « contact ») et la position (qui détermine la « tournure ») des atom […] Lire la suite

DIALECTIQUE

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 8 040 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Origine héraclitéenne ? »  : […] Héraclite est connu pour avoir élaboré une théorie du devenir (Diels, fragments 49a et 91) fondée sur l'idée de contrariété ; à l'origine de toute chose, il y a un conflit, une guerre (53, 80) ; mais aussi tout est un (50) et de la contrariété naît un accord, une harmonie (8) qui correspond à la nécessité du Logos (72). L'importance et l'originalité de ces thèmes chez Héraclite ont fait admettre […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE - L'expérience esthétique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 076 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'expérience comme totalité interne »  : […] Chronos , le temps de la mesure, renvoie, selon la Logique du sens de Gilles Deleuze, à la succession incessante des instants. Une œuvre musicale peut être jouée ou écoutée comme un pur défilé de sonorités : quand le montage ne parvient pas à « prendre », ce qui advient demeure indifférent. Au temps « pulsé » de la simple chronologie, Deleuze oppose le temps « lisse » du devenir pur, l' Aiôn d'H […] Lire la suite

ÉVOLUTIONNISME CULTUREL & SOCIAL

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 2 776 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'évolutionnisme radical »  : […] C'est à partir de la publication par Darwin de son ouvrage sur l'évolution des espèces (1859) que se sont développées sous leur forme la plus systématique les études postulant une succession universelle d'étapes régies par un déterminisme rigoureux dans l'histoire de l'humanité. Nombreux sont les travaux qui ont illustré ce mouvement de pensée dans la sociologie et l'anthropologie. Ce sont ceux d […] Lire la suite

HASARD

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 6 802 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le hasard et l'explication dans les sciences »  : […] On associe généralement explication et prévision. Il semble donc à première vue étrange de relier l'explication scientifique au hasard. Et pourtant le hasard est quelquefois invoqué, non seulement comme aléa extérieur, mais comme principe d'explication. C'est en ce sens que certains biologistes expliquent les mutations par le hasard, lui imputant même l'évolution des espèces. Une explication scie […] Lire la suite

HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT, 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 11 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  La dialectique »  : […] Une présentation concise de l'hégélianisme lui impose d'être elliptique et de se réduire à un échantillonnage. On prélève ce qui le singularise et ce qui fait de son auteur un philosophe distingué. Ce qui, après tant d'années, inquiète et instruit le plus communément, c'est ce que l'on appelle, avec Hegel, la dialectique . Celle-ci consiste d'abord dans une « manière de penser » ( Denkart ), diffé […] Lire la suite

Les derniers événements

16 mars 2021 Royaume-Uni. Présentation d'un document sur la place du pays dans le monde.

devenir « un superpouvoir scientifique et technologique », notamment en matière de lutte contre le réchauffement climatique, en consacrant 2,4 % de son PIB à la recherche et au développement. […] Lire la suite

15 septembre 2020 Barbade – Royaume-Uni. Annonce d'une prochaine instauration de la république.

devenir une république d’ici le jour de célébration du cinquante-cinquième anniversaire de [son] indépendance, le 30 novembre 2021 ». La reine Élisabeth II devrait alors perdre son titre de chef d’État de la Barbade. […] Lire la suite

15 mai 2020 Brésil. Démission du ministre de la Santé.

devenir l’un des principaux foyers mondiaux de la pandémie de Covid-19, le ministre de la Santé Nelson Teich, nommé en avril, annonce sa démission, justifiée par des « divergences de vue » avec le président Jair Bolsonaro. Son prédécesseur, déjà en désaccord avec le chef de l’État sur les modalités de la lutte contre la pandémie, avait été limogé.  […] Lire la suite

8-18 janvier 2020 Royaume-Uni – Canada. Mise en retrait du prince Harry de la famille royale.

devenir financièrement indépendants, tout en continuant de soutenir la reine ». Ils expriment leur volonté de vivre entre le Royaume-Uni et le Canada. Le couple avait fait part de sa difficulté à supporter la pression médiatique et les critiques des tabloïds. Le 13, à la suite d’un conseil de famille, la reine Élisabeth déclare comprendre le « souhait […] Lire la suite

31 octobre 2019 France – Italie – États-Unis. Annonce de la fusion entre PSA et Fiat Chrysler.

devenir directeur général du nouveau groupe et John Elkann, président de FCA, doit en présider le conseil d’administration. En juin, un projet de fusion entre Renault-Nissan-Mitsubishi et FCA avait échoué. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques d' HONDT, « DEVENIR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/devenir/