DÉMONOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La démonologie des nomades asiatiques

Dans la religion des peuples de l'Asie centrale et de la Sibérie, le chamanisme, qui survit encore au xxe siècle, a joué, depuis la préhistoire, un rôle fondamental. La démonologie des peuples chasseurs diffère de celle des peuples pasteurs. Les phénomènes de transe extatique sont provoqués volontairement par le chaman afin d'unir « son corps et son sang » aux « esprits » évoqués. Ils ont pour but d'opérer une fusion extatique avec eux afin de guider les individus et les clans, grâce à une « mission d'information » dont le possédé apparaît comme le support et l'instrument.

Il s'agit ici d'une communication effectuée délibérément et non pas, comme on pourrait le supposer, d'un état passif de médiumnité. Le chaman est un professionnel de la possession. Il en prend l'initiative, à l'heure et au lieu qu'il choisit. Son tambour magique bat le rappel des « esprits informateurs » qu'il absorbe successivement par diverses parties de son corps : le sinciput, la bouche, l'aisselle, l'anus, avant de les « loger » dans un lieu déterminé, par exemple le kiäli yakoute, une poche invisible, située dans la cavité abdominale, où les « influences errantes » ne peuvent plus léser l'organisme. En d'autres termes, les démons sont assimilés par le chaman au gibier que poursuit et mange le chasseur. En Alaska et au Groenland, ces cérémonies chamaniques ressemblent à des évocations infernales, s'il faut en croire la description, par Holm, d'une séance à laquelle il assista lors de son hivernage, en 1883-1884, à Angmagssalik :

« Il se produisit un bruit et un tumulte désordonnés : bruits raclants, coupants, claquants, tantôt comme d'un établi, tantôt comme d'une locomotive, puis comme d'êtres volants. En accompagnement de ce terrifiant vacarme, la plate-forme et le cadre de la fenêtre se mirent à craquer. On entendait parfois le chaman, à la merci de quelque force supérieure, grogner, gémir, jeter un cri perçant, se lamenter, chuchoter ; en d'autres instants, on entendait les voix des esprits [...] nous perçûmes souvent un rire démoniaque, crissant et moqueur [...] Enfin, après un chahut étourdissant, tout devint subitement tranquille, et le terrible monstre Amôrtok entra. Il a des bras noirs, et celui qu'il touche devient noir et meurt. Il entra à pas lourds, monta sur la plate-forme et grogna : a-mô ! a-mô ! Chacun se sauva dans les coins de la plate-forme, de crainte que le monstre pût le toucher. »

Ce témoignage, cité par Birket-Smith, directeur du Musée national de Copenhague, mérite, quelle que soit l'opinion que l'on se forme sur l'origine de ces phénomènes, de retenir l'attention, car il peut être comparé à d'autres expériences analogues, en des lieux fort différents et à des époques diverses. Les monstres des Bon-Po du Tibet, par exemple, comme ceux de l'Alaska, sont des survivances d'un fonds religieux archaïque de l'Asie centrale et septentrionale où le chamanisme n'a cessé d'être pratiqué depuis la préhistoire et où il a constitué une tératologie mystico-magique trouble et sinistre dont la réalité, au moins psychologique, a exercé d'importantes influences sur la mentalité des populations nomades. Dans beaucoup de cas, les génies et démons locaux furent « convertis » par des religions plus récentes et transformés en de terrifiants défenseurs de la nouvelle foi. Ce processus d'assimilation n'alla pas sans quelques erreurs. Ainsi, au Groenland, le Tornârssouk fut considéré par les premiers missionnaires comme la divinité la plus élevée des Esquimaux. Il s'agissait, en fait, d'un « esprit de la mer », attaché magiquement au chaman, et qui l'aidait dans ses recherches extatiques auprès de la « Mère des animaux marins ».

L'intérêt historique de la démonologie des nomades asiatiques provient de son archaïsme : elle a, selon toute vraisemblance, précédé la démonologie pastorale, et surtout, elle montre comment l'homme est capable de prendre deux attitudes fondamentales dans ses rapports avec le monde des « esprits infernaux ». Tantôt, il a recours, comme l'exorciste mésopotamien, aux puissances de l'histoire sacrée de la création divine et à la commémoration de ses formules efficaces. Il oppose ainsi, au désordre des êtres et des choses, l'ordre, supposé immuable, du rite traditionnel, dans le temps mythique. Tantôt, il s'efforce, au contraire, comme le chaman asiatique par une incubatio [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : historien des sciences et des techniques, ingénieur conseil

Classification

Autres références

«  DÉMONOLOGIE  » est également traité dans :

ANGES & ARCHANGES

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 1 338 mots

Venu du latin angelus , transcription de aggelos qui, en grec profane, désigne un messager, le mot « ange », dans la version des Septante, traduit l'hébreu maleak (« messager » [de Dieu]), terme qui s'applique surtout aux anges, mais aussi quelquefois aux prophètes (Is., xiv , 32) et aux prêtres (Mal., ii , 7). L'Ancien Testament appelle les anges « fils de Dieu » (Job, i , 6), « armée de Yahvé » […] Lire la suite

ANTÉCHRIST

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 1 188 mots
  •  • 1 média

C'est dans un texte du Nouveau Testament — la première Épître de Jean (fin i er /déb. ii e s.) — qu'apparaît pour la première fois le mot grec antichristos , dont le français « antéchrist » est le calque imparfait. Cependant, on voit se former l'idée d'un antimessie — c'est ce que signifie proprement antichristos — bien avant l'apparition du christianisme. En effet, les espérances eschatologique […] Lire la suite

ASSYRO-BABYLONIENNE RELIGION

  • Écrit par 
  • René LARGEMENT
  •  • 4 260 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le dieu de l'individu et ses démons »  : […] L'un ou l'autre des dieux du panthéon est chargé de veiller spécialement sur chacun des Mésopotamiens : le fidèle se proclame « fils de son dieu » ; celui-ci réside dans le corps du fidèle et l'accompagne dans toutes ses activités. Ce dieu est attribué à chacun par le nom qui lui est donné, généralement théophore : Assurbanipal, « Assur est celui qui a formé le fils », Nabuchodonosor, « ô Nabû, ga […] Lire la suite

ASURA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 375 mots

Les dieux du panthéon védique sont divisés en deux classes : les dévas et les asuras (prononcer : assoura). Le premier terme dérive de la racine div- , qui désigne la lumière du ciel diurne ; le second signifie « souffles de vie ». Il s'agit donc de deux mots également dignes d'évoquer les puissances célestes qui gouvernent la vie des créatures. Et, pourtant, cette division de la population divine […] Lire la suite

BÉELZÉBUL ou BELZÉBUTH

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 317 mots

Dans le Nouveau Testament, Béelzébul (traduit en français par Belzébuth ou Belzébul sous l'influence du latin) est mis dans la bouche des pharisiens pour désigner le « prince des démons » (Marc, iii , 22 ; Matth., x , 25 ; etc.). La tradition manuscrite atteste trois variantes du mot : Beelzeboul (dans la majorité des cas), Beezeboul (dans certains manuscrits grecs qui reflète probablement la leço […] Lire la suite

BRUEGEL L'ANCIEN PIETER (1525 env.-1569)

  • Écrit par 
  • Claude-Henri ROCQUET
  •  • 3 186 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Bosch et Bruegel »  : […] Peintre flamand, Bruegel puise à la source proverbiale et populaire ; mais la sagesse des nations n'est pas chez lui l'écho de la sagesse divine : c'est en philosophe qu'il en reprend les thèmes . Il a peint dans les Proverbes l'innombrable folie humaine. Est-ce par le démon que le monde est renversé ? De part et d'autre d'un pilier central, un pénitent se confesse au diable, un moine agenouillé […] Lire la suite

DAÏMÔN

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 831 mots

« Daïmôn » est un mot grec dont nous avons fait « démon », mot qui connote un seul aspect du « monde daïmonique » : un aspect d'ombre et de tentation. Cette réduction représente un appauvrissement considérable des expériences humaines que recouvre le terme grec. Toute culture a sa daïmonologie, c'est-à-dire une théorie et une expérience de puissances supra ou infrapsychiques (esprits, anges, archo […] Lire la suite

EXOTISME

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ
  •  • 3 512 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Chinoiseries »  : […] Jusqu'à la fin du xvii e  siècle, on se représentait l'Orient surtout turc et persan ; puis les missions des Jésuites firent connaître l'Extrême-Orient. Déjà à la fin du xvi e  siècle, on fabriquait en Chine des porcelaines destinées au marché européen ; mais la légende littéraire de ce pays remontait au Million de Marco Polo : c'était le Cathay, l'empire de la fleur du lotus, pays de l'éternel […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 054 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La période mycénienne »  : […] C'est un bouleversement complet qu'entraîne la conquête de la Grèce par les Grecs, Indo-Européens qui apportent avec eux un héritage spirituel profondément différent de celui de la Méditerranée préhellénique : leur religion patriarcale privilégie les dieux par rapport aux déesses et honore essentiellement non les divinités chthoniennes (de la terre), mais les dieux ouraniens (du ciel). C'est alor […] Lire la suite

MYTHOLOGIES - Premiers panthéons

  • Écrit par 
  • Jean BOTTERO, 
  • Yvan KOENIG, 
  • Dimitri MEEKS
  • , Universalis
  •  • 6 982 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le panthéon, la hiérarchie des dieux et les « démons » »  : […] Les Sumériens paraissent avoir donné plus volontiers pour objet à cette autorité divine les phénomènes de la nature et de la culture , comme si chacun d'eux, pour rendre raison de son existence et de son fonctionnement, avait requis la présence d'un agent surnaturel. Ils avaient ainsi une divinité pour présider à la partie supérieure de la sphère de l'univers, le ciel ( An ) ; une autre pour la p […] Lire la suite

Pour citer l’article

René ALLEAU, « DÉMONOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/demonologie/