Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ESQUIMAUX ou ESKIMO

Répartition des Eskimo dans l'Arctique - crédits : Encyclopædia Universalis France

Répartition des Eskimo dans l'Arctique

Le terme « eskimo » (ou, selon l'orthographe française : esquimau, esquimaude, esquimaux), par référence à une culture et une famille linguistique particulières, désigne un ensemble de populations de l' Arctique qui, depuis la Sibérie orientale, se sont disséminées progressivement, par migrations successives, à travers le détroit de Béring, le long des côtes sud-ouest de l'Alaska et vers le grand nord de l'Alaska, du Canada, jusqu'au Groenland. L’habitat de ces populations, situé entre 210 de longitude ouest et 1720 de longitude est, et entre 560 et 730 de latitude nord, couvre un immense territoire totalisant environ 15 000 kilomètres de côtes. Cet immense territoire subit aujourd’hui un changement climatique accéléré (fonte des glaciers, recul de la banquise, réchauffement des sols, tempêtes...) qui bouleverse les conditions de vie et sème le désarroi. Les quelque cent quarante mille Eskimos recensés au début du xxie siècle sont rattachés politiquement à quatre États : la Russie, pour les Eskimo sibériens ; les États-Unis d’Amérique, pour ceux d’Alaska ; le Canada, pour ceux de l’Arctique central et du Labrador ; le Danemark, enfin, pour les Groenlandais.

Inuits - crédits : White Fox/ AGF/ Universal Images Group/ Getty Images

Inuits

Depuis les années 1970, certains groupes rejettent l'appellation eskimo, qu'ils estiment péjorative. Au Canada, ils préfèrent se désigner eux-mêmes par le terme inuit (singulier inuk) et au Groenland par le terme kalaallit (singulier kalaaleq). En Alaska, l'appellation « eskimo » est toujours utilisée, avec la distinction géographique et culturelle inupiat (pour les communautés du Nord) et yuit ou yupiit (pour celles de l'Ouest et du Sud-Ouest). Les Eskimo sibériens adoptent aussi, de nos jours, le terme yuit ou yupiget pour se désigner.

Famille linguistique

Il fut longtemps admis que le terme « esquimau », connu depuis le début du xviie siècle par les Français établis en Nouvelle-France, aurait été attribué à ces populations du grand nord canadien (qui elles-mêmes se désignaient simplement du nom d'Inuit, c'est-à-dire les « êtres humains ») par leurs voisins, leurs ennemis héréditaires, les Indiens Algonquins – ce mot d'« esquimau » signifiant dans leur dialecte « mangeurs de [viande] cru ». Une recherche de scientifiques québécois conduit à envisager une autre origine et une signification différente du terme. Il dériverait, selon eux, plutôt de ayassimew, de la langue des Indiens Montagnais, ou de esgimow, des Indiens Micmac, les deux mots signifiant « ceux qui parlent la langue d'une terre étrangère » et désignant tantôt les Inuit, tantôt d'autres Indiens dont le langage leur était inintelligible. En 1932, les ethnologues réunis au Congrès international de Washington décidèrent d'adopter la forme invariable « eskimo ».

L'ensemble des langues parlées par les Eskimo – classées en deux groupes, le yupik et l'inupiaq – est apparenté à la langue aléoute, utilisée dans l'archipel qui prolonge la péninsule d'Alaska en direction du Kamtchatka et forme avec celle-ci la famille linguistique eskaléoute. Tout apparentement avec une autre famille linguistique reste jusqu'à présent hypothétique.

L'idiome yupik est la langue des populations eskimo de Sibérie, des îles de la mer de Béring et de la côte sud-ouest de l'Alaska. Il se subdivise en cinq parlers, en réalité assez éloignés les uns des autres : le sirenikski, le chaplinski (ou yupik sibérien) et le naukanski, pour les ethnies eskimo de Sibérie orientale ; le yupik central et l'alutiiq, pour celles de l'Alaska occidental et méridional. L'inupiaq, en revanche, est constitué d'un continuum de dialectes, relativement proches les uns des autres, qui se retrouvent dans tout l'extrême nord du continent américain, depuis le détroit de Norton en Alaska jusqu'au[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de l'U.P.R. 2147 du C.N.R.S. (dynamique de l'évolution humaine : individus, populations, espèces)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Répartition des Eskimo dans l'Arctique - crédits : Encyclopædia Universalis France

Répartition des Eskimo dans l'Arctique

Inuits - crédits : White Fox/ AGF/ Universal Images Group/ Getty Images

Inuits

-4000 à -2000. Naissance de l'écriture - crédits : Encyclopædia Universalis France

-4000 à -2000. Naissance de l'écriture

Autres références

  • ALASKA

    • Écrit par Claire ALIX, Yvon CSONKA
    • 6 048 mots
    • 10 médias
    ...; les hommes y chassaient le mammouth, le bison, le rhinocéros laineux, le cheval, le renne et autres gros gibiers dont on a retrouvé les squelettes. Les ancêtres des Eskimos et des Aléoutes sont arrivés, eux, vers le milieu de l'Holocène, et leurs cultures particulières, fondées sur la chasse aux mammifères...
  • ARCTIQUE (géopolitique)

    • Écrit par François CARRÉ
    • 6 852 mots
    • 2 médias
    ...territoriales, politiques et économiques. Ils rassemblent moins de 500 000 individus, répartis entre plusieurs dizaines de peuples, parmi lesquels les Inuits, appelés autrefois Esquimaux ou Eskimos, en Amérique du Nord et au Groenland, sont les plus nombreux (150 000). Mais il y a aussi les Sâmes (dénommés...
  • FLAHERTY ROBERT (1884-1951)

    • Écrit par Guy GAUTHIER
    • 1 433 mots
    • 1 média
    ...cette première tentative, qui privilégiait le pittoresque, rencontre un représentant de la maison Révillon Frères, qui souhaitait concurrencer la Hudson's Bay Company dans le commerce des fourrures. Un film sur les esquimaux pouvait devenir un moyen de publicité : ainsi naquit Nanook of the North.
  • GESSAIN ROBERT (1907-1986)

    • Écrit par Joëlle ROBERT-LAMBLIN
    • 1 006 mots

    Professeur au Muséum national d'histoire naturelle, ancien directeur du musée de l'Homme, Robert Gessain était à la fois médecin, ethnologue, psychanalyste et explorateur. Ces multiples appartenances ont contribué à la richesse et à l'originalité toute particulière de sa vie et de son œuvre....

  • Afficher les 16 références

Voir aussi