ESQUIMAUX ou ESKIMO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme « eskimo » (ou, selon l'orthographe française : esquimau, esquimaude, esquimaux), par référence à une culture et une famille linguistique particulières, désigne un ensemble de populations de l'Arctique qui, depuis la Sibérie orientale, se sont disséminées progressivement, par migrations successives, à travers le détroit de Béring, le long des côtes sud-ouest de l'Alaska et vers le grand nord de l'Alaska, du Canada, jusqu'au Groenland. L’habitat de ces populations, situé entre 210 de longitude ouest et 1720 de longitude est, et entre 560 et 730 de latitude nord, couvre un immense territoire totalisant environ 15 000 kilomètres de côtes. Cet immense territoire subit aujourd’hui un changement climatique accéléré (fonte des glaciers, recul de la banquise, réchauffement des sols, tempêtes...) qui bouleverse les conditions de vie et sème le désarroi. Les quelque cent quarante mille Eskimos recensés au début du xxie siècle sont rattachés politiquement à quatre États : la Russie, pour les Eskimo sibériens ; les États-Unis d’Amérique, pour ceux d’Alaska ; le Canada, pour ceux de l’Arctique central et du Labrador ; le Danemark, enfin, pour les Groenlandais.

Répartition des Eskimo dans l'Arctique

Dessin : Répartition des Eskimo dans l'Arctique

Répartition géographique des Eskimo dans l'Arctique et principales divisions linguistiques et ethniques. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Depuis les années 1970, certains groupes rejettent l'appellation eskimo, qu'ils estiment péjorative. Au Canada, ils préfèrent se désigner eux-mêmes par le terme inuit (singulier inuk) et au Groenland par le terme kalaallit (singulier kalaaleq). En Alaska, l'appellation « eskimo » est toujours utilisée, avec la distinction géographique et culturelle inupiat (pour les communautés du Nord) et yuit ou yupiit (pour celles de l'Ouest et du Sud-Ouest). Les Eskimo sibériens adoptent aussi, de nos jours, le terme yuit ou yupiget pour se désigner.

Inuits

Photographie : Inuits

Une famille inuit dans son igloo, dans les Territoires du Nord-Ouest, au Canada. 

Crédits : Wayne R Bilenduke, Getty Images

Afficher

Famille linguistique

Il fut longtemps admis que le terme « esquimau », connu depuis le début du xviie siècle par les Français établis en Nouvelle-France, aurait été attribué à ces populations du grand nord canadien (qui elles-mêmes se désignaient simplement du nom d'Inuit, c'est-à-dire les « êtres humains ») par leurs voisins, leurs ennemis héréditaires, les Indiens Algonquins – ce mot d'« esquimau » signifiant dans leur dialecte « mangeurs de [viande] cru ». Une recherche de scientifiques québécois conduit à envisager une autre origine et une signification différente du terme. Il dériverait, selon eux, plutôt de ayassimew, de la langue des Indiens Montagnais, ou de esgimow, des Indiens Micmac, les deux mots signifiant « ceux qui parlent la langue d'une terre étrangère » et désignant tantôt les Inuit, tantôt d'autres Indiens dont le langage leur était inintelligible. En 1932, les ethnologues réunis au Congrès international de Washington décidèrent d'adopter la forme invariable « eskimo ».

L'ensemble des langues parlées par les Eskimo – classées en deux groupes, le yupik et l'inupiaq – est apparenté à la langue aléoute, utilisée dans l'archipel qui prolonge la péninsule d'Alaska en direction du Kamtchatka et forme avec celle-ci la famille linguistique eskaléoute. Tout apparentement avec une autre famille linguistique reste jusqu'à présent hypothétique.

L'idiome yupik est la langue des populations eskimo de Sibérie, des îles de la mer de Béring et de la côte sud-ouest de l'Alaska. Il se subdivise en cinq parlers, en réalité assez éloignés les uns des autres : le sirenikski, le chaplinski (ou yupik sibérien) et le naukanski, pour les ethnies eskimo de Sibérie orientale ; le yupik central et l'alutiiq, pour celles de l'Alaska occidental et méridional. L'inupiaq, en revanche, est constitué d'un continuum de dialectes, relativement proches les uns des autres, qui se retrouvent dans tout l'extrême nord du continent américain, depuis le détroit de Norton en Alaska jusqu'au Groenland oriental (quatre dialectes en Alaska, quatre au Canada occidental, six au Canada oriental, trois au Groenland). Cette remarquable homogénéité linguistique chez les Inuit Inupiat s'explique par l'histoire de la grande migration thuléenne qui s'est effectuée vers l'an 1000 de l'ère chrétienne, depuis le détroit de Béring vers les territoires situés à l'est. Entre l'aire yupik et l'aire inupiaq, les différences considérables dans les domaines linguistique et culturel suggèrent une divergence pouvant remonter au début de l'ère chrétienne, tandis que la branche aléoute, pour sa part, aurait divergé encore quelque 4 000 années auparavant.

L'eskimo est une langue agglutinante où un mot, composé d'un radical, d'une addition d'infixes et d'une désinence, peut à lui seul constituer une phrase complète.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Répartition des Eskimo dans l'Arctique

Répartition des Eskimo dans l'Arctique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Inuits

Inuits
Crédits : Wayne R Bilenduke, Getty Images

photographie

-4000 à -2000. Naissance de l'écriture

-4000 à -2000. Naissance de l'écriture
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Groenland, Xe-XVIIe siècle

Groenland, Xe-XVIIe siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de l'U.P.R. 2147 du C.N.R.S. (dynamique de l'évolution humaine : individus, populations, espèces)

Classification

Autres références

«  ESQUIMAUX ou ESKIMO  » est également traité dans :

ALASKA

  • Écrit par 
  • Claire ALIX, 
  • Yvon CSONKA
  •  • 6 022 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Peuples autochtones »  : […] L'arrivée de Blancs au xviii e  siècle a inauguré une ère de grands changements pour les peuples déjà établis en Alaska. On ne connaît pas exactement l'importance de la population au moment du contact ; elle atteignait peut-être 80 000 habitants. Les autochtones ont été décimés par les mauvais traitements, les famines consécutives à l'extermination du gibier par les étrangers, les épidémies et par […] Lire la suite

ARCTIQUE (géopolitique)

  • Écrit par 
  • François CARRÉ
  •  • 6 916 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les pays de l'Arctique et l'éveil des peuples autochtones »  : […] La méditerranée Arctique ne compte que cinq pays riverains, en excluant l'Islande. Ainsi l'immense façade de l'Eurasie, de la presqu'île de Kola en Europe au détroit de Béring, sur plus de 5 000 kilomètres, relève d'un seul pays, la Russie. En Amérique du Nord, le Canada exerce sa souveraineté sur l'ensemble de l'archipel arctique qui termine le continent, et l'Alaska appartient aux États-Unis qu […] Lire la suite

FLAHERTY ROBERT (1884-1951)

  • Écrit par 
  • Guy GAUTHIER
  •  • 1 433 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une relation personnelle au monde »  : […] Le père de Flaherty, d'origine irlandaise, émigre au Canada, où il se lance dans l'exploitation minière avant de tenter sa chance vers l'ouest. Le jeune Robert, entraîné par ses récits, va vivre une année parmi les mineurs et les prospecteurs, fréquentant le campement indien voisin, rêvant des immenses paysages du nord. Prospecteur d'or, il entreprend la première de ses cinq expéditions d'explorat […] Lire la suite

GESSAIN ROBERT (1907-1986)

  • Écrit par 
  • Joëlle ROBERT-LAMBLIN
  •  • 1 003 mots

Professeur au Muséum national d'histoire naturelle, ancien directeur du musée de l'Homme, Robert Gessain était à la fois médecin, ethnologue, psychanalyste et explorateur. Ces multiples appartenances ont contribué à la richesse et à l'originalité toute particulière de sa vie et de son œuvre. Né à Clermont-Ferrand, fils de magistrat, il fit ses études de médecine à la faculté de Paris d'où il sorti […] Lire la suite

GROENLAND

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Jean Maurice BIZIÈRE, 
  • Jean CORBEL, 
  • Universalis
  •  • 5 618 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une terre d'immigration »  : […] Le Groenland n'a jamais connu de population indigène. Tous ceux qui se sont installés sur son sol venaient d'ailleurs. Les uns arrivèrent par le nord-ouest, issus de ce magma de terres et de mers gelées qui coiffe l'actuel territoire canadien, qu'il s'agisse des populations dites Independence I (2 000 ans av. J.-C.), Independence II et Sarqaq (1 000 ans av. J.-C.), Dorset (début de notre ère) ou […] Lire la suite

IVOIRE

  • Écrit par 
  • Eugen von PHILIPPOVICH
  •  • 3 099 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Ivoires esquimaux »  : […] Les Esquimaux du Groenland ont sculpté un grand nombre d'objets en ivoire. La matière provient en premier lieu des régions polaires ; ce sont donc des dents de cachalot, de narval, de morse, et aussi des bois de renne, de l'os et de l'ivoire d'importation. La sculpture esquimaude est exclusivement de la petite sculpture et comporte beaucoup de masques. Les objets les plus anciens datent du i er  s […] Lire la suite

L'ART DU GRAND NORD (dir. J. Malaurie) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Patrick PLUMET
  •  • 1 123 mots

En contrepoint à la réflexion sur les arts premiers relancée par Jacques Kerchache et poursuivie avec le musée du quai Branly à Paris, les éditions Citadelles et Mazenod ont publié un somptueux volume consacré à l' Art du Grand Nord (2001). Jean Malaurie, le directeur de l'ouvrage, salue dans son introduction la « Renaissance des peuples premiers ». Mais, s'agissant de l'art, un tel qualificatif […] Lire la suite

MUSICALES (TRADITIONS) - Musiques des Amériques

  • Écrit par 
  • Gérard BEHAGUE
  •  • 5 846 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'Amérique du Nord : les musiques indiennes et eskimos »  : […] Les musiques indiennes . Avant l'arrivée des Européens en Amérique du Nord, les cultures indiennes agricoles s'étaient développées surtout dans la partie méridionale du continent, dans les terres boisées de la Georgie, du Tennessee et de l'Ohio où se trouvaient les tribus Seminole, Creek, Cherokee et Shawnee, et plus au nord, autour des grands lacs, les Chippewa (ou Ojibway) et les Menomini. Dans […] Lire la suite

NANOUK L'ESQUIMAU (R. Flaherty)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 223 mots

Lorsque Robert Flaherty (1884-1951) obtient un financement des fourrures Révillon pour tourner Nanouk l'Esquimau ( Nanook of the North ), il explorait déjà depuis dix ans la baie d'Hudson et découvrait ses habitants. Il passe ensuite deux ans avec une famille d'Esquimaux, celle de Nanouk. Ce qui fait l'intérêt du film et va déterminer son succès international, c'est que Flaherty se situe aux anti […] Lire la suite

PALÉOESQUIMAU

  • Écrit par 
  • Yvon CSONKA
  •  • 68 mots

Le terme paléoesquimaux désigne toutes les populations préhistoriques établies de la rive sibérienne du détroit de Béring au Groenland, en passant par l'Arctique nord-américain, qui manifestent un mode de vie de type esquimau. Elles ont disparu peu après l'arrivée d'immigrants venus d'Alaska au début du II e  millénaire, porteurs de la culture de Thulé, néoesquimaude. […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Joëlle ROBERT-LAMBLIN, « ESQUIMAUX ou ESKIMO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/esquimaux-eskimo/