CYCLOSTOMES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Lamproie : squelette de la région céphalique

Lamproie : squelette de la région céphalique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Développement de la région céphalique

Développement de la région céphalique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Lamproies et Myxines : phylogénie

Lamproies et Myxines : phylogénie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Phylogénie

On connaît des lamproies fossiles dès le Dévonien supérieur (Priscomyzon), il y a 360 millions d'années, et il est probable que les euphaneripidés, connu du Silurien au Dévonien (420-370 millions d'années), soient très proche de ce groupe. On considérait autrefois (cf. ostracodermes) que les lamproies s'enracinent dans le groupe fossile des anaspides (Silurien-Dévonien) et que leur étaient également apparentés les ostéostracés (Silurien-Dévonien). Ces trois groupes partagent un orifice naso-hypophysaire dorsal, considéré comme une spécialisation. Toutefois, la présence, chez les ostéostracés, de cinq caractères partagés uniquement avec les gnathostomes jette un doute sur ce regroupement avec les lamproies.

Deux myxines fossiles sont connues à l'état d'empreinte dans le Carbonifère (environ 300 millions d'années) des États-Unis d'Amérique et de France : Myxikinela et Myxineides, qui ne diffère des myxines actuelles que par une position des poches branchiales plus proches du crâne. Cependant, si l'on en croit la position phylogénétique attribuée aux myxines ou les données de la phylogénie moléculaire (« horloge moléculaire »), il faut admettre que ce groupe s'est séparé des autres vertébrés au moins au Cambrien supérieur, il y a environ 500 millions d'années.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CYCLOSTOMES  » est également traité dans :

OSMORÉGULATION

  • Écrit par 
  • Brahim LAHLOU
  •  • 3 306 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Osmorégulation des Vertébrés »  : […] Les Cyclostomes et les Élasmobranches sont en équilibre isosmotique avec l'eau de mer, mais suivant des mécanismes différents. Chez les premiers, qui constituent le groupe le plus primitif, la forte concentration interne est réalisée comme chez les Invertébrés, par l'abondance des ions minéraux, surtout Na + et Cl - . Chez les seconds, ces ions ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/osmoregulation/#i_15615

POISSONS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 10 059 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Centres nerveux »  : […] Le système nerveux des Poissons est construit sur le plan commun à tous les Vertébrés. La moelle épinière , à la fois centre des réflexes élémentaires (substance grise centrale entourant le canal épendymaire) et voie de conduction sensorielle et motrice (substance blanche périphérique), est en relation avec la périphérie par les nerfs rachidiens dont chacun est issu de deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poissons/#i_15615

SYSTÈME IMMUNITAIRE (ORIGINES DU)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 004 mots

Dans le chapitre « Un troisième système immunitaire ? »  : […] Le monde animal a donc d'abord sélectionné le système robuste de l'immunité innée, efficace, totalement déterminé génétiquement et qui implique l'ensemble du corps. Il l'a ensuite complété par la sélection du système adaptatif, de plus grande précision mais plus fragile, qui implique un mécanisme de contrôle et utilise des cellules et des organes spécialisés. Si l'on se replace dans la phylogénie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-immunitaire-origines-du/#i_15615

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre CLAIRAMBAULT, Philippe JANVIER, « CYCLOSTOMES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyclostomes/