CYCLOSTOMES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Lamproie : squelette de la région céphalique

Lamproie : squelette de la région céphalique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Développement de la région céphalique

Développement de la région céphalique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Lamproies et Myxines : phylogénie

Lamproies et Myxines : phylogénie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Les myxines

Les myxines sont uniquement marines, prédatrices ou nécrophages. Elles vivent le plus souvent dans des terriers creusés dans la vase, leur tête seule dépassant de la surface du fond marin. Du fait de ce mode de vie, certaines espèces ont des yeux extrêmement régressés et l'on a attribué à une telle régression l'apparence primitive de ces animaux. Le squelette des myxines est très simple et se limite à quelques arcades cartilagineuses sur lesquelles s'attachent les muscles de la tête. Le crâne n'est que fibreux et le squelette axial ne comprend que la corde, les cartilages des arcs neuraux faisant défaut. La muqueuse de la bouche porte des dents cornées en forme de peigne, et dont la ressemblance superficielle avec celles des lamproies fut à l'origine de la réunion des deux groupes au sein des cyclostomes. Ces dents cornées servent à saisir la nourriture grâce à un mouvement d'introversion et d'extroversion de la muqueuse orale. Il s'agit là d'un mécanisme très simple, qui n'est guère comparable à celui de l'appareil lingual des lamproies.

Contrairement aux lamproies et à tous les gnathostomes, les myxines ne possèdent pas d'innervation cardiaque, pas de vrais lymphocytes, pas de tubules excréteurs dans les reins, une très faible réponse immunitaire, un pancréas très primitif, disséminé le long de l'intestin, et aucune musculature associée aux rayons des nageoires impaires. On compte actuellement plus de vingt caractères présents chez les lamproies et gnathostomes actuels, mais absents chez les myxines et les autres cordés. C'est pour cette raison que certains phylogénéticiens tendent à considérer que les myxines se sont séparées des autres vertébrés avant la séparation lamproies-gnathostomes.

Le genre Myxine, commun sur les côtes d'Europe, ne possède qu'un seul orifice branchial commun de chaque côté. Chez d'autres genres (Eptatretus, Paramyxine) les orifices branchiaux restent séparés et nombreux. Sur le côté gauche uniquement, les myxines possèdent un orifice par lequel le tub [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CYCLOSTOMES  » est également traité dans :

OSMORÉGULATION

  • Écrit par 
  • Brahim LAHLOU
  •  • 3 306 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Osmorégulation des Vertébrés »  : […] Les Cyclostomes et les Élasmobranches sont en équilibre isosmotique avec l'eau de mer, mais suivant des mécanismes différents. Chez les premiers, qui constituent le groupe le plus primitif, la forte concentration interne est réalisée comme chez les Invertébrés, par l'abondance des ions minéraux, surtout Na + et Cl - . Chez les seconds, ces ions ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/osmoregulation/#i_15615

POISSONS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 10 059 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Centres nerveux »  : […] Le système nerveux des Poissons est construit sur le plan commun à tous les Vertébrés. La moelle épinière , à la fois centre des réflexes élémentaires (substance grise centrale entourant le canal épendymaire) et voie de conduction sensorielle et motrice (substance blanche périphérique), est en relation avec la périphérie par les nerfs rachidiens dont chacun est issu de deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poissons/#i_15615

SYSTÈME IMMUNITAIRE (ORIGINES DU)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 004 mots

Dans le chapitre « Un troisième système immunitaire ? »  : […] Le monde animal a donc d'abord sélectionné le système robuste de l'immunité innée, efficace, totalement déterminé génétiquement et qui implique l'ensemble du corps. Il l'a ensuite complété par la sélection du système adaptatif, de plus grande précision mais plus fragile, qui implique un mécanisme de contrôle et utilise des cellules et des organes spécialisés. Si l'on se replace dans la phylogénie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-immunitaire-origines-du/#i_15615

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre CLAIRAMBAULT, Philippe JANVIER, « CYCLOSTOMES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyclostomes/