CYCLOSTOMES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Lamproie : squelette de la région céphalique

Lamproie : squelette de la région céphalique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Développement de la région céphalique

Développement de la région céphalique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Lamproies et Myxines : phylogénie

Lamproies et Myxines : phylogénie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Quelques aspects de la biologie des cyclostomes

Des caractères biologiques assez différents opposent les deux ordres que l'on distingue chez les cyclostomes : pétromyzontidés et myxinidés.

Les pétromyzontidés, ou lamproies, présentent deux types :

– les lamproies parasitaires (exemple : Petromyzon marinus, la grande lamproie), qui vivent dans la mer, se nourrissent de la chair d'autres poissons pendant plusieurs années, puis remontent le cours d'un fleuve, où elles viennent se reproduire après avoir cessé toute prise de nourriture ;

– les lamproies non parasitaires (exemple : Lampetra planeri) par suite d'une oblitération œsophagienne, qui vivent uniquement sur les réserves emmagasinées au cours de la vie larvaire ; après quelques mois, l'animal se reproduit et meurt.

Les sexes sont séparés. De l'œuf sort une larve, l'ammocète, qui passe les premières années de sa vie enfouie dans le sable des rivières où elle se nourrit de micro-organismes. La larve subit ensuite une véritable métamorphose dont les facteurs sont mal connus, mais on sait que l'hormone thyroïdienne n'y joue aucun rôle. Il n'y a pas de migration et la lamproie de Planer ne vit qu'en eau douce (Europe).

Les myxinoïdes, ou myxines, de mœurs très carnassières, pénètrent à l'intérieur d'un poisson par les ouïes et rongent complètement les tissus de l'hôte, grâce à une langue armée de nombreuses et fortes « dents » cornées. Les myxinoïdes (Myxine, Eptatretus) vivent principalement dans les eaux marines froides des deux hémisphères, mais il existe quelques rares espèces tropicales de moyenne profondeur. Dans cet ordre, Myxina vit en Méditerranée et dans l'Atlantique nord ; Eptatretus dans l'Atlantique et le Pacifique.

Les sexes sont séparés, mais l'appareil génital possède une partie mâle et une partie femelle ; l'une des deux, seule, est fonctionnelle. Pendant une grande partie de leur existence, les myxines sont sexuellement indéterminées. Les embryons se développent très lentement, dans des œufs relativement gros, enfermés dans une capsule rigide, et déposés à même le fond. Les jeunes ne présentent pas de mé [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CYCLOSTOMES  » est également traité dans :

OSMORÉGULATION

  • Écrit par 
  • Brahim LAHLOU
  •  • 3 306 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Osmorégulation des Vertébrés »  : […] Les Cyclostomes et les Élasmobranches sont en équilibre isosmotique avec l'eau de mer, mais suivant des mécanismes différents. Chez les premiers, qui constituent le groupe le plus primitif, la forte concentration interne est réalisée comme chez les Invertébrés, par l'abondance des ions minéraux, surtout Na + et Cl - . Chez les seconds, ces ions ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/osmoregulation/#i_15615

POISSONS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 10 059 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Centres nerveux »  : […] Le système nerveux des Poissons est construit sur le plan commun à tous les Vertébrés. La moelle épinière , à la fois centre des réflexes élémentaires (substance grise centrale entourant le canal épendymaire) et voie de conduction sensorielle et motrice (substance blanche périphérique), est en relation avec la périphérie par les nerfs rachidiens dont chacun est issu de deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poissons/#i_15615

SYSTÈME IMMUNITAIRE (ORIGINES DU)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 004 mots

Dans le chapitre « Un troisième système immunitaire ? »  : […] Le monde animal a donc d'abord sélectionné le système robuste de l'immunité innée, efficace, totalement déterminé génétiquement et qui implique l'ensemble du corps. Il l'a ensuite complété par la sélection du système adaptatif, de plus grande précision mais plus fragile, qui implique un mécanisme de contrôle et utilise des cellules et des organes spécialisés. Si l'on se replace dans la phylogénie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-immunitaire-origines-du/#i_15615

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre CLAIRAMBAULT, Philippe JANVIER, « CYCLOSTOMES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyclostomes/