ARTHURIEN CYCLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La tradition littéraire

Wace

Le Roman de Brut sert de pont entre la matière historique et la littérature médiévale. Wace, dont la source est l'Historia, écrivit un « roman ». C'est à la psychologie de ses personnages qu'il s'intéresse d'abord. Ainsi, l'histoire de la conception du roi Arthur devient ici un roman d'amour. C'est parce qu'il est épris d'Iguerne qu'Uther demande conseil à Merlin qui l'aidera à accomplir ses désirs : Arthur est né de l'union coupable d'Uther et d'Iguerne. Wace explique tout par l'amour, et s'attarde à décrire les noces du couple amoureux. Il introduit les noms de maints chevaliers arthuriens, mais il n'entre pas dans le détail de leurs aventures. Quand il décrit la cour splendide qu'Arthur réunit à Caerlon-sur-Usk, Wace précise qu'à cette époque la période de paix dura douze ans. Une douzaine de vers suffisent pour indiquer que les chevaliers vécurent alors une suite d'aventures extraordinaires. Mais Wace préfère décrire la vie guerrière : il passe sous silence les aventures romanesques et surnaturelles des compagnons de la Table ronde.

Chrétien de Troyes

« L'œuvre de Chrétien de Troyes est un confluent où s'unissent les principaux courants de son époque », dit Jean Frappier. Ce n'est donc pas lui, comme on l'a souvent avancé, le créateur du roman arthurien. Si Chrétien n'a pas inventé le thème arthurien, il y a apporté un souci nouveau ; il a voulu créer une œuvre d'art ; il s'en prend aux mauvais conteurs et proclame, au début de son roman Érec et Énide, qu'il a l'intention de transformer un « conte d'aventure » en une « moult belle conjointure ». Ses romans bretons, ou arthuriens, sont au nombre de cinq : Érec et Énide, Cligès, Lancelot, ou le Chevalier de la charrette, Yvain, ou le Chevalier au lion et, enfin, Perceval, ou le Conte du Graal.

Les problèmes que pose la chronologie de ces œuvres sont des plus délicats. Selon Anthime Fourrier, Érec aurait été composé aux [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, officier des palmes académiques, professeur de littérature française du Moyen Âge à l'université de Hull (Royaume-Uni)

Classification

Autres références

«  ARTHURIEN CYCLE  » est également traité dans :

CYCLE ARTHURIEN DANS LA FANTASY

  • Écrit par 
  • Anne BESSON
  •  • 2 481 mots

Les aventures du roi Arthur et de ses chevaliers constituent un important champ d'expression du merveilleux littéraire et iconographique. Elles forment, à côté des mythes et des contes, une des sources principales de la fantasy, ce genre né à la fin du xix […] Lire la suite

CELTES

  • Écrit par 
  • Christian-Joseph GUYONVARC'H, 
  • Pierre-Yves LAMBERT, 
  • Stéphane VERGER
  •  • 15 892 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La littérature galloise »  : […] Le pays de Galles offre, avec l'Irlande, la littérature celtique médiévale la mieux conservée. Il a d'autre part su garder ses traditions de composition poétique jusqu'à nos jours. D'ailleurs, l'histoire littéraire du pays de Galles suit les époques de sa poésie . On distingue d'abord les cynfeirdd (« premiers bardes »), qui remontent (pour une partie de la production qu'on leur attribue) au vi e […] Lire la suite

CHRÉTIEN DE TROYES (1135 env.-env. 1183)

  • Écrit par 
  • Yasmina FOEHR-JANSSENS
  •  • 1 248 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La rencontre du monde antique et du monde chrétien »  : […] À une époque où la littérature en langue vulgaire semble vouée à l'anonymat, la notoriété de Chrétien fait exception. Certains textes se réclament d'ailleurs de lui, mais ces attributions n'ont pu être établies avec certitude. Le nom « Crestien » apparaît dans le Guillaume d'Angleterre , dont le ton et le décor diffèrent pourtant de celui des autres romans. Chrétien construit en effet ses intrigu […] Lire la suite

FERGUS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 346 mots

Parmi les nombreux romans arthuriens en vers rédigés en français entre la mort de Chrétien de Troyes (peu après 1190) et le Meliador de Froissart (1370-1390), Fergus (vers 1225) a l'originalité de prendre pour héros le fils d'un paysan ; le jeune Fergus pousse la charrue dans le champ de son père quand passe le roi Arthur ; aussitôt le garçon quitte sa famille, il est bientôt fait chevalier et i […] Lire la suite

FROISSART JEAN (1337 env.-apr. 1404)

  • Écrit par 
  • Hubert HARDT
  •  • 654 mots
  •  • 2 médias

Poète et chroniqueur français. Entre 1361 et 1369, Froissart séjourna en Angleterre au service de Philippa de Hainaut, devenue reine par son mariage avec Édouard III. Après la mort de celle-ci, il se retira à Valenciennes. Ordonné prêtre, il obtint une cure près de Mons. Il fréquenta la cour des ducs de Brabant, fut chapelain de Beaumont et chanoine de Chimay. Il voyagea en France, en Italie, aux […] Lire la suite

GALAAD

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 724 mots

Le personnage de Galaad (Galahad pour Malory), fils de Lancelot et de la fille du roi du Graal, c'est-à-dire descendant par son père de David et de Joseph d'Arimathie et par sa mère de la dynastie du Graal, articule la légende profane et la tradition mystique du cycle du Saint-Graal et fait l'unité du Lancelot-Graal ou Vulgate en prose du début du xiii e siècle. Lancelot apprend par prophétie qu […] Lire la suite

GALEHAUT

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 295 mots

Au cœur du Lancelot en prose apparaît un personnage dont les aventures s'entrelacent à celles des héros principaux, Lancelot et Guenièvre. Roi des Lointaines Îles, Galehaut envahit le royaume de Logres, que Lancelot défend pour le compte du roi Arthur. Émerveillé par les exploits de son adversaire, Galehaut rend hommage vassalique à Arthur et s'éprend pour Lancelot d'une amitié qui lui fera devin […] Lire la suite

GAUVAIN

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 953 mots

Un héros solaire du nom de Gwalchmei apparaît dans les triades galloises du haut Moyen Âge (petits poèmes mnémotechniques citant trois héros, trois exploits ou trois merveilles) ; ce même nom réapparaît dans les traductions galloises de l' Histoire des rois d'Angleterre de Geoffrey de Monmouth (vers 1130), comme équivalent de Galguanus ou de Walwanius. C'est sans doute Geoffrey qui introduit Gauv […] Lire la suite

GEOFFROY DE MONMOUTH (1100 env.-1154)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 640 mots

Chroniqueur anglais de l'époque médiévale et évêque de Saint-Asaph (1152), né vers 1100, mort en 1155, Geoffroy de Monmouth donne dans son œuvre principale, Historia regum Britanniae , une place prépondérante au roi Arthur, qui lancera la vogue de ce personnage dans la littérature européenne. Dans trois passages de son Historia , Geoffroy se désigne lui-même sous le nom de « Galfridus Monemuten […] Lire la suite

GIRART D'AMIENS (fin XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 233 mots

Vers 1280, Girart d'Amiens écrit un roman (26 000 vers) dans la tradition arthurienne pour Éléonore d'Angleterre, Escanor , où il raconte les amours du sénéchal Keu et d'Andrivette, la lutte de Gauvain et d'Escanor, leur réconciliation. Il faut peut-être y voir une allusion aux rapports entre Édouard I er et le prince de Galles (1277), M. Brault ayant reconnu les armoiries de ce dernier dans une […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Cedric E. PICKFORD, « ARTHURIEN CYCLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cycle-arthurien/