FROISSART JEAN (1337 env.-apr. 1404)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poète et chroniqueur français. Entre 1361 et 1369, Froissart séjourna en Angleterre au service de Philippa de Hainaut, devenue reine par son mariage avec Édouard III. Après la mort de celle-ci, il se retira à Valenciennes. Ordonné prêtre, il obtint une cure près de Mons. Il fréquenta la cour des ducs de Brabant, fut chapelain de Beaumont et chanoine de Chimay. Il voyagea en France, en Italie, aux Pays-Bas.

Durant un premier temps, il semble avoir consacré aux lettres la majorité de ses loisirs. Outre un bon nombre de pièces lyriques, il composa des textes narratifs ou didactiques de facture et d'inspiration courtoises, ainsi L'Espinette amoureuse et Le Joli Buisson de Jonece, deux romans de quatre à cinq mille vers chacun où abondent l'allégorie comme l'afféterie. Plus prétentieux, plus fastidieux aussi les quelque trente mille vers de Meliador ; ce roman qui se rattache au cycle arthurien conte la quête du chevalier Meliador possédé par l'amour de la princesse Hermondine, fille du roi d'Écosse. Cette œuvre fut présentée en 1388 à Gaston Phébus, comte de Foix. C'est l'un des rares repères chronologiques certains que l'on possède concernant les écrits littéraires de Froissart.

C'est probablement vers 1370 qu'il entreprit d'écrire les Croniques de France, d'Engleterre et des païs voisins, qui constituent l'un des grands livres du xive siècle. Ce récit englobe les guerres qui ont sévi entre 1327, date de l'avènement d'Édouard III, et la mort de son petit-fils Richard II en 1400. Pour une première partie — jusqu'en 1361 — Froissart s'inspire largement d'une chronique antérieure due au chanoine liégeois Jean le Bel. S'il puise sans scrupule à cette source de bon aloi, il la complète grâce à une documentation personnelle, qui est en bonne partie de première main et dont il use avec intelligence. Ses relations en haut lieu, ses multiples voyages lui ont permis d'interroger nombre de témoins ou même d'acteurs des faits qu'il relate, et il n'hésite pas, pour éclairer sa lanterne, à recouper les témoignages et à recourir, le cas échéant, à l'opposition, c'est-à-dire à des sources émanant du camp adverse. Curieux de nature, interviewer habile, il ne ménagea ni son temps ni les démarches ; en revanche, il fait trop volontiers crédit à ce qu'on lui conte et manque évidemment des méthodes critiques au sens actuel du terme ; sa datation est peu sûre. Il ne faut pas non plus chercher dans son œuvre une philosophie de l'histoire. Froissart est avant tout un narrateur ; il informe le mieux qu'il peut, mais il aime surtout décrire et peindre ; à cet égard, il évoque les peintres flamands et bourguignons de son temps. Il excelle à rendre compte des fastes et de la somptuosité des cérémonies historiques. Et si ses options politiques ont varié — d'abord anglophile, il prend ensuite le parti du roi de France avant de passer au camp de Bourgogne —, il est resté sa vie durant fidèle à la chevalerie française. Celle-ci a beau s'épuiser en une suite de barouds aussi spectaculaires que catastrophiques — de la bataille des Éperons d'or (1302) à celle d'Azincourt (1415) —, le chroniqueur s'enthousiasme pour ces exploits gratuits sans se soucier des misères qu'ils causent au peuple. Et c'est en esthète qu'il admire le luxe des Valois.

Chroniques, J. Froissart

Photographie : Chroniques, J. Froissart

Dans les chroniques historiques, le français se substitue peu à peu au latin et s'écarte des grands récits à caractère mythologique. L'utilisation de la prose correspond à un souci de vérité et va de pair avec un travail d'enquête et de recherche des sources. Appartenant à un milieu... 

Crédits : British Library/ AKG-images

Afficher

Chroniques de Froissart

Photographie : Chroniques de Froissart

Les soldats anglais utilisaient des tours de siège mobiles, en bois, pour dominer les remparts des villes qu'ils assiégeaient, lors de la guerre de Cent Ans. Enluminure des Chroniques de Jean Froissart rédigées entre 1370 et 1400. 

Crédits : Rischgitz/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

À deux titres au moins l'œuvre de Froissart s'impose : comme la source la plus riche et la plus variée que l'on possède concernant l'histoire des milieux nobiliaires du xive siècle occidental, comme l'ouvrage d'un maître écrivain capable de manier de pair la plume et le pinceau, de donner la couleur à l'action, aux tableaux la vie.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Chroniques, J. Froissart

Chroniques, J. Froissart
Crédits : British Library/ AKG-images

photographie

Chroniques de Froissart

Chroniques de Froissart
Crédits : Rischgitz/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FROISSART JEAN (1337 env.-apr. 1404)  » est également traité dans :

ARTHURIEN CYCLE

  • Écrit par 
  • Cedric E. PICKFORD
  •  • 5 711 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les romans en vers »  : […] Le roman arthurien en vers ne disparut pas pour autant. Au roman de Perceval , que Chrétien de Troyes avait laissé inachevé, on ajouta des Continuations , dont les unes sont anonymes et d'autres l'œuvre de Gerbert de Montreuil et de Manessier. Gauvain, le neveu du roi Arthur, y joue un rôle important. D'autres poèmes furent consacrés à Gauvain, par exemple les Enfances de Gauvain et le charmant p […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Sources et méthodes de l'histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 6 221 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Moyen Âge : l'autorité de l'Église face à la critique des sources »  : […] L'historiographie médiévale se cristallise dans des genres convenus, les annales, les chroniques universelles, les chroniques locales . Dans cette tradition, la foi semble être le premier critère d'acceptation des sources de l'histoire, et les récits chrétiens constituent un socle inattaquable du récit historique. Tout d'abord, l'Ancien et le Nouveau Testament, puis les textes de la tradition ecc […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hubert HARDT, « FROISSART JEAN (1337 env.-apr. 1404) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-froissart/