NEW DEAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Historiens et économistes ont beaucoup discuté sur le sens et la portée du New Deal. Aux États-Unis, pays consacré au capitalisme libéral, l'intervention de l'État fédéral dans la vie économique n'était sans doute pas une nouveauté, mais jamais encore cette intervention n'avait été aussi massive, aussi continue, aussi efficace à bien des égards. Surtout, elle n'avait jamais autant affecté le domaine social et la vie individuelle des Américains. Une analyse plus poussée révèle cependant qu'aucun des remèdes adoptés par Roosevelt ne peut passer pour révolutionnaire. Certains ont voulu voir dans l'expérience du New Deal une manifestation des idées keynésiennes. Tout au plus peut-on parler d'une concomitance, non d'une influence. Car si Roosevelt eut l'occasion de rencontrer John Maynard Keynes, il déclara ne rien comprendre à ses théories, et le grand ouvrage de l'économiste anglais parut en 1935, trop tard pour influencer le cours des choses. Plusieurs des collaborateurs de Roosevelt connaissaient bien mieux Keynes, mais ils conseillèrent fort mal le président en 1937, en le laissant présenter un budget en équilibre grâce à des suppressions massives de crédits indispensables à la relance de l'économie.

On peut d'ailleurs mettre en doute l'efficacité du New Deal en tant que remède économique. En 1938, les États-Unis atteignent tout juste leur niveau de production d'avant la crise, mais leur revenu national reste encore en deçà, et le chômage est loin d'être résorbé. Le seul pays avec lequel puisse être comparée la modicité de ces résultats est la France.

Cependant, le New Deal a servi d'exemple dans plusieurs pays. La politique consistant à lutter contre la crise par une augmentation des prix et des salaires, au lieu de recourir à la traditionnelle déflation, inspira le Front populaire après son succès électoral de 1936. Mais, comme aux États-Unis, il se heurta à l'incompréhension des milieux d'affaires qui considéraient cette expérience comme une préface à un régime socialiste, alors qu'elle prétendait seulement sauver le régime capitaliste.

Le «  brain trust » et la crise

On désigne par l'expression « New Deal » l'expérience tentée par le président Franklin D. Roosevelt pour mettre fin à la crise économique que traversaient les États-Unis depuis 1929. Bien que l'expérience proprement dite puisse être considérée comme terminée en 1938, par extension l'expression est couramment employée pour couvrir toute la période qui va de l'arrivée au pouvoir de Roosevelt (mars 1933) à l'entrée en guerre des États-Unis (déc. 1941). Les deux mots new deal apparaissent pour la première fois dans le discours de Roosevelt devant la convention de Chicago qui venait de le désigner comme candidat du Parti démocrate à la présidence, le 2 juillet 1932, sans aucune déclaration d'intention de sa part. La presse s'en empara aussitôt pour désigner un programme, qui n'existait pas, à l'image d'autres expressions utilisées pour les prédécesseurs de Roosevelt, le Square Deal de Theodore Roosevelt ou le New Freedom de Woodrow Wilson. Le véritable « inventeur » du New Deal fut un des membres du brain trust, Raymond Moley.

Au moment où, en novembre 1932, les électeurs américains sont appelés à élire un nouveau président, une nouvelle Chambre des représentants et à renouveler un tiers des sénateurs, le pays est plongé depuis trois ans dans une crise économique sans précédent, sur la nature de laquelle les contemporains comme les économistes actuels n'ont cessé de discuter. Le 24 octobre 1929, le «  jeudi noir », le marché financier s'effondrait dans les bourses de New York, avec treize millions d'actions vendues. Un mouvement général de baisse se déclenchait, portant, en moyenne, les cours au tiers de leur valeur antérieure. En même temps, l'activité économique se ralentissait dans tous les secteurs et les trois signes caractéristiques d'une crise économique pouvaient être décelés : augmentation des stocks de produits agricoles et chute des cours, baisse de la production industrielle et maintien des prix, exacerbation du chômage (10 millions de chômeurs en 1932).

Krach de 1929

Photographie : Krach de 1929

La foule dans Wall Street, à New York, après l'effondrement de la Bourse, en 1929. 

Crédits : Fox Photos/ Getty Images

Afficher

Crise de 1929

Vidéo : Crise de 1929

Le krach qui se produit à Wall Street le 24 octobre 1929 est un événement considérable. L'effondrement des cours de la Bourse de New York provoque l'affolement des milieux financiers. Rapidement, la crise financière s'étend à l'ensemble de l'économie américaine, puis à l'économie... 

Crédits : The Image Bank

Afficher

Devant l'aggravation générale, le président Herbert Hoover, élu en 1928, avait d'abord eu l'attitude classique du libéral : prêcher à ses concitoyens la confiance, en atte [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Krach de 1929

Krach de 1929
Crédits : Fox Photos/ Getty Images

photographie

Crise de 1929

Crise de 1929
Crédits : The Image Bank

vidéo

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification

Autres références

«  NEW DEAL  » est également traité dans :

NEW DEAL, en bref

  • Écrit par 
  • Francis DEMIER
  •  • 342 mots
  •  • 1 média

Le New Deal (« nouvelle donne ») amorcé aux États-Unis au début de la présidence de Franklin D. Roosevelt, au printemps de 1933, est d'abord une entreprise psychologique destinée à restaurer l'image d'une Amérique capable de surmonter la crise. Mais alors que son prédécesseur, Herbert C. Hoover, voyait dans l'État un simple auxiliaire des hommes d'affaires, […] Lire la suite

BYRNES JAMES FRANCIS (1879-1972)

  • Écrit par 
  • André KASPI
  •  • 344 mots

D'origine modeste, James F. Byrnes est élu, en 1910, représentant démocrate de la Caroline du Sud. En 1924, il abandonne la Chambre, se présente sans succès aux élections sénatoriales, mais prend sa revanche en 1930. Solide partisan du New Deal au cours du premier mandat de Franklin D. Roosevelt, Byrnes désapprouve ce qu'on appelle le deuxième New Deal, plus radical, condamne la campagne menée con […] Lire la suite

CRISE DES SUBPRIMES

  • Écrit par 
  • Dominique PLIHON
  •  • 5 432 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Quelles voies de sortie de crise ? »  : […] La sortie de crise et l'avenir de l'économie mondiale dépendront largement des réformes et des politiques qui seront mises en œuvre. De ce point de vue, l'expérience historique est riche d'enseignements. Les économistes s'accordent en effet pour considérer que la crise qui a débuté en 2007 est la plus profonde depuis celle de 1929. Une comparaison avec les politiques menées après la grande dépres […] Lire la suite

CRISES ÉCONOMIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Charles ASSELAIN, 
  • Anne DEMARTINI, 
  • Pascal GAUCHON, 
  • Patrick VERLEY
  •  • 21 780 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les inégalités de la reprise »  : […] Le président Roosevelt, dès l'inauguration de son mandat en mars 1933, affirme résolument la priorité au redressement économique national sur tous les impératifs internationaux. C'est aussi dans un cadre national que se développent les politiques de reprise des autres grands pays. L'interprétation de la reprise reste un sujet bien plus controversé que les mécanismes de crise. Mais l'issue à la dép […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Annick FOUCRIER, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 33 202 mots
  •  • 58 médias

Dans le chapitre « Dépression et New Deal »  : […] Cette prospérité qui semblait durable prend fin brusquement les 4 et 29 octobre 1929, par une chute spectaculaire des cours en bourse à Wall Street . Quelques craquements s'étaient déjà produits auparavant, mais personne n'en avait tenu compte. Des dizaines de millions de titres sont brusquement jetés sur le marché par des actionnaires affolés, la baisse nourrit la baisse, les banques se trouvent […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire des politiques économiques depuis 1945

  • Écrit par 
  • Ruxandra PAVELCHIEVICI
  •  • 8 699 mots

Dans le chapitre « Bilan économique au sortir de la guerre  »  : […] Conformément à la volonté du président Franklin D. Roosevelt, qui souhaitait que l’Amérique devînt le « grand arsenal de la démocratie », un effort de guerre massif est déployé à partir de 1941. La conversion de l’économie américaine en économie de guerre prend la forme d’une « économie mixte », où « l’État fédéral fortement interventionniste – le big government – collabore avec les grandes entre […] Lire la suite

FED (Federal Reserve System ou Système fédéral de réserve américain)

  • Écrit par 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 8 548 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La réglementation bancaire »  : […] Les débuts de la politique du Fed ne parviennent pas à réaliser la stabilité financière espérée. Aussi bas que soient fixés les taux d'intérêt nominaux, la déflation continue des prix, qui accompagne la dépression des années 1930, accroît les taux d'intérêt réels et paralyse l'activité. Les défaillances cumulées pendant la grande crise affectent quelque 15 000 établissements, principalement des b […] Lire la suite

HOOVER HERBERT CLARK (1874-1964)

  • Écrit par 
  • André KASPI
  •  • 497 mots

Après des études à Stanford (Calif.), Herbert C. Hoover devient ingénieur des mines et travaille dans l'ouest des États-Unis, puis en Australie, en Asie, en Europe, en Amérique du Sud. Il est en Chine lorsque éclate la révolte des Boxers (1900) ; il révèle alors de remarquables talents d'organisateur et met en place un organisme de secours pour les victimes des événements. Lorsque la guerre est dé […] Lire la suite

NEW YORK ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 578 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Genèse et sources du mouvement »  : […] Prenant conscience de la nécessité absolue de dégager leur art du provincialisme dans lequel ils se trouvaient depuis des siècles, les artistes de l'école de New York tentent de créer, à partir de la réalité et du tempérament propres à leurs pays, une tradition picturale nouvelle, à laquelle va s'ajouter et pour longtemps, « ce sentiment totalement nouveau, écrit Clement Greenberg, d'être au centr […] Lire la suite

ROOSEVELT FRANKLIN DELANO (1882-1945)

  • Écrit par 
  • Marianne DEBOUZY, 
  • Universalis
  •  • 1 309 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « « Les 100 jours » »  : […] Issu d'une famille aisée, Franklin Delano Roosevelt fréquente les meilleures écoles privées, l'université Harvard puis celle de Columbia. En 1905, il se marie avec une cousine lointaine, Eleanor, nièce du président Théodore Roosevelt. Mais, à la différence de son oncle par alliance, Roosevelt est démocrate et se présente sous cette étiquette aux élections sénatoriales de l'État de New York en 191 […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

29 juin 2010 France. Adoption de la loi Grenelle 2

Les opposants au projet estiment que le « new deal écologique » annoncé par le président Sarkozy n'existe plus dans ce texte révisé, notamment sous la pression des nombreux lobbies.  […] Lire la suite

24-25 octobre 2007 France. Le « Grenelle de l'environnement »

Le 25, le président Sarkozy salue dans son discours de clôture l'« acte fondateur d'un New Deal écologique ». Les principales mesures annoncées sont les suivantes: arrêt de l'augmentation des capacités autoroutières et aéroportuaires au profit du rail; instauration d'une écotaxe sur le transport routier hors autoroutes; adoption de normes strictes de consommation d'énergie dans l'habitat; triplement d'ici à 2010 des surfaces dédiées à l'agriculture biologique; réduction de moitié de l'usage des pesticides en dix ans; gel des cultures O. […] Lire la suite

22 août 1996 États-Unis. Profonde réforme de la politique d'aide sociale

Cette réforme met fin à la politique d'aide aux plus démunis qui avait été mise en place lors du New Deal, dans les années 1930, et qui avait été développée sous les présidences démocrates des années 1960. Devenue un système d'assistance, celle-ci profitait à treize millions d'Américains. Le versement des prestations, qui sera désormais du ressort de chaque État, doit être strictement limité dans le temps et assorti de nombreuses restrictions et réductions de montant ainsi que de contreparties. […] Lire la suite

24 janvier 1995 États-Unis. Recentrage politique

Faisant référence au New Deal présenté par le président démocrate Franklin D. Roosevelt en 1933, il propose un « nouveau contrat social » entre l'État, qui continue à offrir des « opportunités », et le peuple, qui doit faire preuve de « responsabilité ». Il défend le rôle de l'État, principalement dans le domaine social, mais admet que celui-ci doit diminuer et que le déficit budgétaire doit être réduit. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude FOHLEN, « NEW DEAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/new-deal/