CORSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un objet de rivalités historiques

La Corse a toujours attiré l'attention des peuples commerçants qui ont cherché à s'assurer les voies maritimes. Le relief la divise en deux parties : l'Est (ou En deçà, par rapport à l'Italie) et l'Ouest (ou Au-delà), qui se sont souvent opposées et dont la rivalité a réduit l'efficacité de la lutte contre les conquérants, qui est le fait constant de son histoire.

Une succession de colonisations

Les origines

Il n'est pas certain que l'île ait été occupée au Paléolithique ; par contre, les vestiges néolithiques sont très abondants, surtout dans le Centre, l'Ouest (Balagne) et le Sud (Sartenais). La période protohistorique commence à être connue grâce aux recherches systématiques conduites depuis 1954, qui ont mis au jour une civilisation mégalithique près du golfe de Valinco (Filitosa). Au IIe millénaire, les envahisseurs construisent des lieux fortifiés, des tours rituelles comparables aux nuraghès de Sardaigne, et ils dressent des statues-menhirs.

À l'époque historique, l'île abrite des populations d'origine ibérique et celtoligure venues du continent. Les Phéniciens ne font qu'y créer des comptoirs pour échanger leurs marchandises contre les produits indigènes. Les premières installations permanentes sont dues aux Phocéens, Grecs d'Asie Mineure, qui, après avoir fondé Marseille (vers 598 av. J.-C.), cherchent à assurer leurs liaisons avec la Grande Grèce et fondent vers 540 Alalia, à l'est, au débouché du Tavignano. De là, ils mettent en culture la plaine orientale, introduisent les techniques et la civilisation grecques ; c'est devant le port qu'une coalition étrusco-carthaginoise est vaincue en 535. Les fouilles entreprises à Aleria (Alalia) depuis 1955 ont démontré que l'occupation grecque avait eu plus de portée qu'on ne le pensait jusque-là, et que les relations avec la Grande Grèce furent étroites pendant tout le ive siècle ; puis le déclin de Syracuse fait passer l'île sous l'influence carthaginoise.

Romanisation et prospérité

La Corse apparaît alors dans la rivalité entre Rome et Carthage ; après avoir conquis la Sicile entre 264 et 241, les Romains sont obligés d'engager dix expéditions pour que sa pacification soit assurée en 162. L'occupation romaine marque une période féconde ; on savait depuis longtemps qu'Aleria avait été un foyer important de romanisation ; des recherches plus systématiques ont permis de retrouver le plan de la ville romaine et d'exhumer des vestiges remarquables. Des colonies de vétérans sont installées, surtout dans la plaine orientale, des marchés permanents sont fondés, des routes tracées, les échanges commerciaux avec l'Italie sont actifs ; la civilisation et la langue romaines pénètrent en profondeur. Le christianisme est apparu de bonne heure par la voie des colonies romaines ; des persécutions, les Corses ont retenu, sans que l'on puisse exactement les dater, les martyres de Dévote, Julie, Restitute.

La papauté, Gênes et l'Aragon

Avec l'effondrement du monde romain s'efface aussi ce temps de prospérité. La Corse, comme le reste de l'Europe, voit déferler les Barbares (Vandales). Au début du vie siècle après J.-C., l'Empire romain centré à Byzance tente de reprendre ses anciennes provinces ; la Corse est conquise sous Justinien, mais la domination byzantine, avec les exactions des collecteurs d'impôts, n'apporte que la misère, ce qui entraîne l'intervention du pape Grégoire le Grand (590-604) ; sa correspondance avec les visiteurs apostoliques et les évêques donne des précisions sur la situation misérable de l'île, sur l'œuvre de pacification et sur la pénétration du christianisme qui a donné lieu à la création de six évêchés ; ainsi se fondent les droits du pape sur la Corse, qui sont confirmés par Pépin le Bref (755). Mais la papauté ne peut pas empêcher les incursions sarrasines, qui submergent l'île épisodiquement ; des libérateurs venus d'Italie (Bonifacio vers 830) ou des chefs locaux improvisés (Arrigo Bel Messere, mort en 1000) mènent la lutte durant deux siècles ; beaucoup d'insulaires se réfugient en Italie. De cette période mal connue il restera des noms d'origine sarrasine, beaucoup de ruines, une influence sur l'art et la formation d'une féodalité batailleuse dont les luttes de clans achèvent d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Corse : carte administrative

Corse : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Gorges de la Spelunca, Corse

Gorges de la Spelunca, Corse
Crédits : V. Giannella/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Bastia

Bastia
Crédits : Chris Hellier/ Corbis

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CORSE  » est également traité dans :

AJACCIO

  • Écrit par 
  • Bernard RAFFALLI
  •  • 895 mots
  •  • 1 média

Chef-lieu de la collectivité territoriale de Corse et du département de la Corse-du-Sud, « cité impériale » ainsi que la nomment ses habitants, Ajaccio (67 007 hab. en 2012) occupe dans la partie sud-ouest de l'île les bords d'un des plus beaux golfes de la Méditerranée . La légende prétendait que la ville avait été fondée par Ajax. En fait, parmi les diverses étymologies proposées pour Ajaccio, l […] Lire la suite

BASTIA

  • Écrit par 
  • Bernard RAFFALLI
  •  • 1 039 mots
  •  • 2 médias

Préfecture du département de la Haute-Corse, Bastia (44 121 hab. dans la commune et 66 717 dans l'agglomération en 2012) jouit au nord-est de l'île, à 55 kilomètres de l'île d'Elbe et à 110 kilomètres de Livourne, d'une position très avantageuse : au nord, le cap Corse avec ses vignobles fameux (Patrimonio), région traditionnellement fertile, en net recul cependant ; au sud, la vaste plaine orient […] Lire la suite

BONAPARTE LES

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 285 mots

Famille de Ligurie originaire de Sarzana, remontant à Gianfardo qui prêta serment à l'évêque de Luni en 1219 ; son fils Bonaparte la Paix (1237-1278) était notaire comme le seront bon nombre de ses descendants. Contrairement à ses vœux, cette lignée n'a rien à voir avec les Bonaparte de Toscane. À la fin du xv e siècle, les Bonaparte s'attachèrent à la fortune des Campofregosi et passèrent ainsi […] Lire la suite

BOSWELL JAMES (1740-1795)

  • Écrit par 
  • Frederick A. POTTLE
  • , Universalis
  •  • 729 mots

Mémorialiste britannique né le 29 octobre 1740, à Édimbourg, mort le 19 mai 1795, à Londres. Fils de lord Auchinleck, riche aristocrate, le jeune Boswell suit les enseignements de précepteurs privés. De 1753 à 1758, il étudie les arts, puis le droit à l'université d'Édimbourg. Envoyé par son père à Glasgow, il s'enfuit pour Londres en 1760, où il mène une vie de débauche. De 1760 à 1762, James Bo […] Lire la suite

CORTE

  • Écrit par 
  • Gilbert GIANNONI
  •  • 552 mots
  •  • 1 média

Avec 7 422 habitants en 2012, Corte, commune du département de la Haute-Corse, venait au quatrième rang des villes corses, après Porto-Vecchio et loin derrière les agglomérations d'Ajaccio et de Bastia rassemblant à elles deux près du tiers de la population de l'île. C'est dire que son importance se mesure moins en termes de démographie ou d'économie qu'au rôle qu'elle a joué dans l'histoire insul […] Lire la suite

FRANCE (Le territoire et les hommes) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Jean COGNÉ, 
  • Michel DURAND-DELGA, 
  • François ELLENBERGER, 
  • Jean-Paul von ELLER, 
  • Jean GOGUEL, 
  • Charles POMEROL, 
  • Maurice ROQUES, 
  • Étienne WINNOCK
  •  • 16 657 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre «  Corse »  : […] La Corse se divise en deux ensembles géologiques très différents (fig. 21) , dont l'étude a été marquée par de grands progrès depuis le début des années soixante-dix : à l'ouest, formant les hauts reliefs, la Corse ancienne, dite aussi granitique ; à l'est, du cap Corse au Fium'Orbo, la Corse alpine, schisteuse. Une étroite dépression centrale, orientée nord-sud et s'étendant de L'Île-Rousse à Ven […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Formation territoriale

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 12 875 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Lorraine, Corse et Dombes »  : […] La France allait devoir la réunion de la Lorraine à des pratiques de ce genre. Au siècle précédent, les armées françaises avaient occupé le duché de 1634 à 1659 et de 1670 à 1697. Le roi de France y avait obtenu le passage de ses troupes vers l'Alsace et la politique des réunions avait commencé à entamer les terres lorraines. Une intendance et un parlement dans les Trois-Évêchés veillaient à conse […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - Les langues régionales

  • Écrit par 
  • Jean SIBILLE
  •  • 3 695 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « France métropolitaine  »  : […] –  Français et « langues d'oïl » . Parmi les langues issues du latin, on distingue classiquement la langue d'oïl (au singulier) au nord de l'ancienne Gaule et la langue d'oc , au sud. Le français standard est une forme codifiée de la langue d'oïl, issue principalement des parlers centraux de l'Île-de-France et de l'Orléanais (que certains linguistes appellent francien). Le terme de langues d'oïl […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2000

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 817 mots

Dans le chapitre « L'impossible consensus corse »  : […] Au-delà des débats sur la politique économique et fiscale, la question corse a été le problème politique central auquel le gouvernement a entendu apporter des solutions, non sans provoquer des heurts dans la cohabitation et avec sa propre majorité. La démission de Jean-Pierre Chevènement à la fin d'août 2000 a privé le Premier ministre d'un autre « poids lourd » de son gouvernement. Comme l'école […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 1999

  • Écrit par 
  • Bruno DIVE
  •  • 3 065 mots

Dans le chapitre « Tempêtes sur la majorité plurielle »  : […] Ce sont les Verts qui font l'actualité à la fin de l'été de 1999. Ils réclament avec force un moratoire sur la construction de centrales nucléaires et l'introduction de la proportionnelle aux élections législatives. Souvent embarrassée par les déclarations de ses amis, et notamment par celles de Daniel Cohn-Bendit, qu'elle voit sans plaisir revenir en France, Dominique Voynet menace même de démis […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-25 mars 2022 France. Meurtre du nationaliste corse Yvan Colonna en prison.

Le 16, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin se rend en Corse. Il reconnaît la responsabilité de l’État dans l’agression en prison d’Yvan Colonna et affirme que le gouvernement est « prêt à aller jusqu’à l’autonomie » de la Corse. Le 18, Gérald Darmanin et Gilles Simeoni signent un document annonçant « l’ouverture d’un processus à vocation historique de discussion entre l’État et la Corse afin de construire une réponse politique globale à la question corse impliquant l’ensemble des élus et des forces vives ». […] Lire la suite

20-27 juin 2021 France. Élections régionales et départementales.

Les autonomistes l’emportent en Corse, LRM en Guadeloupe et la gauche à La Réunion, en Martinique et en Guyane. Le RN échoue à s’imposer en PACA et ne conquiert par ailleurs aucun département. Aux départementales, la droite, principalement LR, l’emporte dans soixante-cinq des quatre-vingt-quinze circonscriptions, enlevant à la gauche les Alpes-de-Haute-Provence, l’Ardèche, le Finistère, le Puy-de-Dôme et le Val-de-Marne, dernier département contrôlé par le Parti communiste. […] Lire la suite

4-29 avril 2019 France. Annonce des mesures inspirées par le « grand débat national ».

Le 4, le président Emmanuel Macron effectue, à Cozzano (Corse du Sud), son onzième et dernier déplacement dans les régions, dans le cadre du « grand débat national » lancé en réponse à la crise des « gilets jaunes ». Le 8, le Premier ministre Édouard Philippe réunit le gouvernement, les directeurs d’administration centrale et des représentants syndicaux et associatifs pour présenter les premières conclusions du grand débat national. […] Lire la suite

24-27 juin 2018 France. Arrestation dans les rangs de l'ultradroite.

Le 24, la police procède, en région parisienne, en Charente-Maritime, dans la Vienne et en Corse, à l’arrestation de dix personnes proches du groupuscule d’ultradroite Action des forces opérationnelles (AFO), suspectées de préparer des attentats contre des musulmans – imams radicaux, détenus islamistes sortis de prison, femmes voilées ou magasins halal. […] Lire la suite

2-7 février 2018 France. Visite du président Emmanuel Macron en Corse.

Le 2, l’Assemblée de Corse adopte une résolution appelant le chef de l’État à « ouvrir avec les représentants élus de la Corse […] un dialogue sans préalable et sans tabou ». Le 3, quelques milliers de personnes manifestent à Ajaccio à l’appel des dirigeants nationalistes élus en décembre 2017 à la tête de la nouvelle collectivité territoriale unique. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian AMBROSI, Gilbert GIANNONI, Janine RENUCCI, André RONDEAU, « CORSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/corse/