COMITÉ FRANÇAIS DE LIBÉRATION NATIONALE (C.F.L.N.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La première séance du Comité français de Libération nationale (C.F.L.N.), créé le 3 juin 1943, eut lieu le 4 juin à Alger, sous la coprésidence du général de Gaulle, représentant les Français de Londres, et du général Giraud, représentant ceux d'Alger. Il comportait cinq membres : général Catroux, général Georges, Massigli, Monnet, Philip. Le 7, il sera complété avec Abadie, Couve de Murville et René Mayer, présentés par Giraud, et André Diethelm, René Pleven, Adrien Tixier et Henri Bonnet, présentés par de Gaulle. Au cours des cinq mois de coprésidence, l'influence du général Giraud va décliner au profit de celle du général de Gaulle. Giraud était au 4 juin 1943 « combattant civil et militaire » de l'Empire, rentré dans la lutte contre l'Allemagne nazie. Sa réputation de soldat était grande ainsi que sa popularité en Afrique du Nord. Il va jouer un rôle prépondérant dans la campagne victorieuse de Tunisie et dans la libération de la Corse, et l'armée française nouvelle sera en grande partie son œuvre. Peu soucieux de politique, il avait essayé de libéraliser le régime en Algérie en laissant en place les fonctionnaires du gouvernement de Vichy et en libérant les adversaires emprisonnés. Il bénéficie de l'appui de Roosevelt. De Gaulle jouit, quant à lui, du soutien de Churchill et, le 27 mai 1943, le Conseil national de la résistance, réuni par Jean Moulin à Paris, s'est prononcé en faveur d'une direction politique confiée au général de Gaulle.

Charles de Gaulle à Alger, 1944

Photographie : Charles de Gaulle à Alger, 1944

Le général Charles de Gaulle (1890-1970), président du gouvernement provisoire de la République française, s'adresse à l'Assemblée nationale installée à Alger, le 18 juin 1944. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Le général Giraud

Photographie : Le général Giraud

Le général français Henri Giraud (1879-1949), coprésident du Comité français de Libération nationale (C.F.L.N.), passe en revue, à Londres, le 21 juillet 1943, une garde d'honneur composée de soldats français. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

La France libre

Photographie : La France libre

Les chefs de la France libre René Pleven (1901-1993), à gauche, et René Cassin (1887-1976), à droite, lors d'un rassemblement des Français libres au Royal Albert Hall, à Londres, en 1942. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

D'emblée un vif conflit oppose les deux hommes sur la conception de leur rôle respectif. Le 3 août 1943, Giraud accepte le commandement en chef des forces françaises, ce qui tendait à l'éloigner de toutes fonctions politiques. Le 1er octobre, au terme de la libération de la Corse, le C.F.L.N. décrète qu'il n'y aura plus désormais qu'un seul président élu pour un an et rééligible. Le 9 novembre, le C.F.L.N. remanié n'a qu'un président : le général de Gaulle. Le 8 avril 1944, le général Giraud est privé de toutes responsabilités militaires. Sous l'impulsion du C.F.L.N., une politique d'épuration se fait jour en Afrique du Nord et frappe d'abord les représentants les plus élevés de l'administration civile et militaire. Le 10 août, le C.F.L.N. décide que Pucheu, ancien ministre de Vichy qui avait rallié Alger, sera jugé par un tribunal militaire. Il est condamné à mort et exécuté (mars 1944). Parmi les militaires aussi, une sourde rivalité oppose partisans du général de Gaulle et partisans de Giraud. L'amalgame se réalise lentement grâce à la mise sur pied d'un état-major commun, puis à la fusion du B.C.R.A. (Bureau central de renseignements et d'action), anciennement à Londres, et du S.R.C.E. (Service de recherche et de contre-espionnage). De Gaulle en fait une direction générale des services spéciaux dirigée par Jacques Soustelle. Le 3 novembre, le C.F.L.N. suscite la naissance d'un partenaire où dominent les représentants de la résistance intérieure : l'Assemblée consultative provisoire. Désormais le C.F.L.N. se comporte comme s'il était le gouvernement reconnu de la France. Il prévoit l'ensemble des sanctions qui frapperont les collaborateurs, à la libération du territoire métropolitain (de la suspension de fonctions à l'indignité nationale), et la création de juridictions exceptionnelles. Pendant la même période, le C.F.L.N., grâce notamment à Giraud obtient des Américains la formation de quatre divisions blindées (dont celle de Leclerc qui débarquera en Normandie) sur douze divisions françaises. Les corps expéditionnaires représentent 256 000 hommes. Celui d'Italie est confié au général Juin, et une deuxième armée est mise sur pied sous le commandement du général de Lattre de Tassigny qui doit débarquer en Provence. Développant une esquisse politique extérieure indépendante, le C.F.L.N. se proclame, le 26 mai 1944, gouvernement provisoire de la République française.

Juin et Theodore Roosevelt Jr

Photographie : Juin et Theodore Roosevelt Jr

Les généraux français Alphonse Juin (à droite, 1888-1967) et américain Theodore Roosevelt Jr étudiant une carte, en 1944 en Italie. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Eisenhower et de Lattre De Tassigny

Photographie : Eisenhower et de Lattre De Tassigny

Le général américain Dwight Eisenhower (1890-1969) et le général de Lattre De Tassigny (1889-1952) commandant de la Ire Armée française, en 1944. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Charles de Gaulle à Alger, 1944

Charles de Gaulle à Alger, 1944
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Le général Giraud

Le général Giraud
Crédits : Hulton Getty

photographie

La France libre

La France libre
Crédits : Hulton Getty

photographie

Juin et Theodore Roosevelt Jr

Juin et Theodore Roosevelt Jr
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : metteur en scène, conseiller en éducation populaire et techniques d'expression

Classification

Autres références

«  COMITÉ FRANÇAIS DE LIBÉRATION NATIONALE (C.F.L.N.)  » est également traité dans :

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'évolution des musulmans et la politique indigène »  : […] Les musulmans algériens, vaincus mal résignés, furent l'objet de politiques bien différentes. L'une voulait entreprendre, après la conquête militaire, la « conquête morale », le rapprochement ou la transformation de ces Orientaux qui gardaient les yeux obstinément tournés vers l'Orient arabe ; et certains parlaient de les assimiler, de les franciser. L'autre politique entendait surtout faire plie […] Lire la suite

BOUCHINET-SERREULLES CLAUDE (1912-2000)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 673 mots

Claude Bouchinet-Serreulles, fils d'industriel, né le 26 janvier 1912 à Paris, licencié en droit et diplômé de l'École libre des sciences politiques, avait observé les méfaits du nazisme en 1937-1938 lorsqu'il avait été attaché du conseiller commercial à Berlin. Officier d'ordonnance du général de Gaulle à partir du 26 juillet 1940, son « ami et compagnon de toutes les heures » et un de ses truch […] Lire la suite

GAULLE CHARLES DE (1890-1970)

  • Écrit par 
  • Jean LACOUTURE
  •  • 7 645 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « De Londres à Paris »  : […] Des mois durant, il est Charles-le-Seul, dans ce Londres d'où partent plus d'officiels français qu'il n'y en arrive. La destruction de la flotte française mouillée dans la rade de Mers el-Kébir, le 3 juillet, bien que de Gaulle ait su exprimer dignement « la douleur et la colère » du peuple français, accroît encore les amertumes et les méfiances. Il faudra bâtir la France libre avec des capitaine […] Lire la suite

GIRAUD HENRI (1879-1949)

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 606 mots
  •  • 1 média

Brillant officier d'infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Henri Giraud participe ensuite à la guerre du Rif, puis devient professeur à l'École de guerre (1927-1929). Général en 1930, il retourne au Maroc. En 1936, il est gouverneur militaire de Metz et, en 1939, il commande la VII e  armée. Le 15 mai 1940, il est nommé à la tête de la IX e  armée en remplacement du général Corap, mais la […] Lire la suite

GRENIER FERNAND (1901-1992)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 710 mots

Né à Tourcoing le 9 juillet 1901, Fernand Grenier est le fils d'un ouvrier métallurgiste mort pour la France en 1917. Ouvrier boulanger, il témoigne de son antimilitarisme lors de l'occupation de la Ruhr. Dès 1924, il suit les cours de l'école centrale du parti, aux côtés de Jacques Duclos. À la mairie d'Halluin avant guerre, comme député de Saint-Denis de 1937 à 1939 et de 1945 à 1968, il ne s'éc […] Lire la suite

OCCUPATION (France)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GUILLON
  •  • 6 046 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  Unité et diversité de la Résistance »  : […] En Afrique du Nord passée sous leur contrôle, les Américains choisissent d'écarter de Gaulle dont ils se méfient. Tenant compte de la force du vichysme, en particulier en Algérie, ils préfèrent d'abord miser sur l'amiral Darlan, qui s'y trouve de façon fortuite et qui prend le titre de Haut-Commissaire de France en Afrique, puis, après son assassinat le 24 décembre 1942, sur l'un des généraux les […] Lire la suite

PARODI ALEXANDRE (1901-1979)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 987 mots

Haut fonctionnaire, auditeur au Conseil d'État dès 1926, Parodi a occupé la vice-présidence de la Haute Assemblée de 1960 à 1971. Né à Paris, descendant d'un député de 1848, fils de Dominique Parodi, inspecteur général de l'Instruction publique, philosophe et membre de l'Institut, Alexandre Parodi, légiste républicain, est apparu dans toute sa stature aux temps difficiles de l'Occupation. « L'air […] Lire la suite

Les derniers événements

15 février - 3 mars 1994 Algérie. Persistance de l'insécurité et élection de Liamine Zéroual comme chef de l'État à la suite de la Conférence nationale

nationale convoquée par le Haut Comité d'État (H.C.E.) afin de dégager un consensus autour de solutions à la crise politique, et de légitimer les nouvelles institutions qui doivent régir le pays durant trois ans. Aucun représentant de l'ex-Front islamique de salut n'est convié et aucune des grandes formations politiques – Front de libération nationale […] Lire la suite

Pour citer l’article

Armel MARIN, « COMITÉ FRANÇAIS DE LIBÉRATION NATIONALE (C.F.L.N.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/comite-francais-de-liberation-nationale/