GIRAUD HENRI (1879-1949)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Brillant officier d'infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Henri Giraud participe ensuite à la guerre du Rif, puis devient professeur à l'École de guerre (1927-1929). Général en 1930, il retourne au Maroc. En 1936, il est gouverneur militaire de Metz et, en 1939, il commande la VIIe armée. Le 15 mai 1940, il est nommé à la tête de la IXe armée en remplacement du général Corap, mais la percée allemande autour de Sedan se confirme. Il est fait prisonnier le 18 mai. Il s'évade en avril 1942 de la forteresse de Königstein, rejoint Vichy, puis passe en zone libre et parvient à Alger où il va jouer un rôle décisif. C'est là qu'il prend la tête du « groupe des cinq », où entrent notamment Lemaigre-Dubreuil, Jean Rigault et Henri d'Astier de La Vigerie, qui prépare le réarmement de l'Afrique du Nord et son entrée en guerre aux côtés des Alliés. N'étant pas averti par les Américains du projet de débarquement de novembre 1942 à Alger et à Casablanca, Giraud ne pourra empêcher des combats entre les troupes alliées et l'armée fidèle à Vichy. Il représente Vichy, mais dans la tendance patriote très hostile aux Allemands, et il va être un temps soutenu par les Américains qui souhaitent faire entrer l'Afrique française dans la guerre et voient en Giraud la « troisième voie » entre Pétain et De Gaulle. Dans cette optique, le général Giraud ne reconnaît aucune autorité particulière à De Gaulle. Au lendemain de l'assassinat de l'amiral Darlan, il est nommé, par le Conseil impérial, haut-commissaire en Afrique française et commandant en chef des armées. Il va s'en tenir à la politique de Darlan, affirmant qu'Alger prend la suite de Vichy, provisoirement empêché d'exercer son autorité légitime. Pendant les cinq mois où il gouverne seul, il mène une politique d'apaisement. Il semble qu'il soit surtout très préoccupé de rassembler toutes les forces disponibles pour lutter contre les armées du Reich. Dans ces conditions, l'unité française est largement ouverte à to [...]

Le général Giraud

Le général Giraud

Photographie

Le général français Henri Giraud (1879-1949), coprésident du Comité français de Libération nationale (C.F.L.N.), passe en revue, à Londres, le 21 juillet 1943, une garde d'honneur composée de soldats français. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  GIRAUD HENRI (1879-1949)  » est également traité dans :

COMITÉ FRANÇAIS DE LIBÉRATION NATIONALE (C.F.L.N.)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 694 mots
  •  • 5 médias

La première séance du Comité français de Libération nationale (C.F.L.N.), créé le 3 juin 1943, eut lieu le 4 juin à Alger, sous la coprésidence du général de Gaulle , représentant les Français de Londres, et du général Giraud , représentant ceux d'Alger. Il comportait cinq membres : général Catroux, général Georges, Massigli, Monnet, Philip. Le 7, il sera complété avec Abadie, Couve de Murville et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comite-francais-de-liberation-nationale/#i_13782

GAULLE CHARLES DE (1890-1970)

  • Écrit par 
  • Jean LACOUTURE
  •  • 7 636 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « De Londres à Paris »  : […] Des mois durant, il est Charles-le-Seul, dans ce Londres d'où partent plus d'officiels français qu'il n'y en arrive. La destruction de la flotte française mouillée dans la rade de Mers el-Kébir, le 3 juillet, bien que de Gaulle ait su exprimer dignement « la douleur et la colère » du peuple français, accroît encore les amertumes et les méfiances. Il faudra bâtir la France libre avec des capitaine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-de-gaulle/#i_13782

GAULLISME

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 5 643 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le gaullisme de guerre »  : […] Le gaullisme naît à l'histoire le 18 juin 1940 comme un réflexe patriotique de refus de l'armistice négocié par le maréchal Pétain, qui signifie l'acceptation de la défaite de la France, puis de l'asservissement que représenteront l'Occupation et la collaboration. À ce stade, le gaullisme est d'abord volonté de remettre la France dans la guerre et, pour ce faire, de combattre l'Allemagne et ses al […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaullisme/#i_13782

OCCUPATION (France)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GUILLON
  •  • 6 042 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  Unité et diversité de la Résistance »  : […] En Afrique du Nord passée sous leur contrôle, les Américains choisissent d'écarter de Gaulle dont ils se méfient. Tenant compte de la force du vichysme, en particulier en Algérie, ils préfèrent d'abord miser sur l'amiral Darlan, qui s'y trouve de façon fortuite et qui prend le titre de Haut-Commissaire de France en Afrique, puis, après son assassinat le 24 décembre 1942, sur l'un des généraux les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/occupation-france/#i_13782

Pour citer l’article

Solange MARIN, « GIRAUD HENRI - (1879-1949) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-giraud/